Share
Suivez nous

L’AMOUR ou désamour en temps de Covid 19 !

Ajouté par , Le janvier 22, 2022 , dans Beautiful & Zen, Relaxation, Santé

 

Réseaux sociaux, jeux, alcool, malbouffe, drogues, sexe sans amour, sédentarité, télétravail, chômage et précarité sociale… tous ces comportements sont attisés au détriment du   « grand amour » et oui, les addictions de toutes sorte font de plus en plus  la part belle  à  l’isolement affectif, et ce depuis près de deux ans.

Dans un Monde du fast love fast consommé où nous assistons de plus en plus à un délitement des relations émotionnelles au profit du sexe et des sensations, nous avons bien souvent oublié les vertus de la tendresse et des câlins.

Par Fériel Berraies thérapeute

Pour commencer, je vous invite à vous poser cette question simple :

Quand est ce la dernière fois où vous l’avez serré « e » ou pris « e » dans les bras que vous lui avez dit je t’aime que vous lui avez pris la main ?

Il ne faut pas attendre la Saint Valentin pour le faire  ou la fin du COVID!

C’est tous les jours qu’il faut se toucher se faire des câlins, donnez au corps et à l’âme la dose d’amour qu’il lui faut.

Dans son ouvrage Le Petit Livre des gros câlins (Seuil, 1988), Kathleen Keating au travers de  ces héros, les ours qu’elle met en scène dans son récit, les différents types de câlins et précise que, les câlins parlent une langue universelle (…) et valent mieux qu’un long discours ».

« Quand on est en manque de câlins, on vit à moitié ! »

Il n’est pas rare de se trouver dans des routines qui font que l’on ne se touche plus que l’on ne se désire plus: stress, hormones, fatigue, maladies, dépression, usure du temps, tout concours à ce que l’on ne se touche plus.  MAIS LA COVID NOUS A MIS KO!!!

1222838-quels-sont-les-bienfaits-des-calins

 

Les Hugs sont essentiels pour la santé

Ce que l’on recevait quand on était enfant, de sa maman de son papa ( sauf pour les enfants qui ont grandis dans un cadre de déficit affectif) en adulte, c’est ce qui fera de vous l’adulte que vous êtes aujourd’hui face à l’ amour

C’est ce qui va faire de vous une personne équilibrée ou pas, ici il ne s’agit pas de sexe mais juste de tendresse, de sentir une chaleur qui pourrait nous rassurer et nous donner l’envie de continuer d’exister.Le toucher est essentiel à notre survie, sa privation pourrait en fait alimenter en nous une sorte de carence voire de dette affective.

Il est admit que le toucher permet d’évacuer le stress et de renforcer notre système immunitaire, améliorant ainsi notre confort de vie.

Bien sûr, le Covid a bon dos, déjà que le numérique et le fast love sévissait depuis des années. Cette pandémie n’a fait qu’empirer les choses. Mais il ne faut pas se réfugier derrière tout cela non plus.

Les statistiques sont criantes et durant l’isolement, bon nombre de couples ont éclaté, divorce, rupture, adultère, abandon de foyer, maltraitance domestique et conjugale.

Suicide des ados, décrochage social,  l’amour tout comme la santé mentale et physique sont en péril de mort.

Génération mal aimée et b…

Plus d’amour, plus de contacts rapprochés, à la place masque et lotion désinfectante, distanciation,  peur de la contamination, peur du virus, peur de la mort, nous avons oublié de vivre NOUS AVONS OUBLIER D’aimer !

Affrontements entre les pro et le  cons vax, la guerre est partout mais pas l’amour.

Ses comportements de plus en plus anodins devenus la routine sont dangereux pour le tissu social.  Alors que  paradoxalement les sites et applications de rencontres  pullulent et se nourrissent des comptes bancaires de ceux qui se laissent facilement berner. L’amour au 21 E siècle n’a jamais été aussi improbable voire moribond voir fake et prédateur. On chasse, on consomme on jette on détruit on ghost et NEXT !!

Le Covid c’est  le Sida sur les relations amoureuses des  années 80: la peur, la solitude, la méfiance. Le spontané disparait, plus de lieux possibles pour se rencontrer, plus la possibilité de reconnaitre l’autre, nous sommes toujours masqués. Nous n’avons pas où nous rencontrer, tout est accéléré on consomme mais on ne s’aime plus.

Tout est déformé  tout est amplifié.

Quand le virtuel tue le réel

On ne se touche plus, on a peur de faire la bise, on accepte plus les rendez vous… les french kiss faut oublier grrrrrr

Derrière tous ces interdits, libido en berne, et la romance est morte née.

Pas facile de rencontrer l’âme sœur en pleine crise sanitaire. Pas facile de croire en l’amour quand l le sexe devient une obnubilation à force de pas « pratiquer »  les bons sentiments aux oubliettes, on tire un coup et c’est fini.

Oui les célibataires se tournent davantage vers les sites et applis de rencontres, mais l’amour n’a jamais été aussi ras les pâquerettes et l’on veut du rêve et cela aussi peut DETRUIRE.

Coronaromances à défaut de CORONASUTRA

Les lieux habituels de sorties et les opportunités de rencontres sont rares et même chez les AMIS, les regroupements ne sont pas OU PEU admis.

Depuis le premier confinement  le nombre de personnes qui se sont rencontrées via un site ou une appli (a connu une une hausse de 9% par rapport à janvier 2020). Tinder, Happn … Même s’il complique les rencontres, le coronavirus ne change rien aux attentes dans la réalité des faits 67% des femmes* recherchent des relations sérieuses, alors que 73% des hommes souhaitent plutôt pimenter leur quotidien avec des aventures sans lendemain. SYMPA LE CORONA !

Décidemment les femmes et les hommes ne viennent pas de la même planète, c’est pas gagné.

Les thérapies comportementales à la rescousse

La période actuelle a crée beaucoup d’isolement chez les jeunes et moins jeunes pour par dire un désert affectif réel qui a conduit à pas mal de troubles du comportement et des addictions  ( repli sur soi, dépression, suicides, violences, drogues etc )

En cas de souffrance profonde, il est recommandé de voir un thérapeute spécialisé car  l’intérêt ici est de trouver une approche alternative et la plus adaptée, globale et qui s’attache à  aider les personnes en souffrance dans la réalité objective. Afin d’une part, à les aider à se  libérer des pulsions, c’est-à-dire le sevrage ; ( alcool, drogues, boulimie, jeux en réseaux, sexe sans émotion etc)

mais aussi l’aider à pallier les « failles intérieures » qui sont à l’origine de l’addiction ; et  lui  donner les outils pour inscrire son équilibre retrouvé dans la durée ( reconstruire le lien social et affectif, s’ouvrir à l’amour, à l’ affect etc)

CASSEZ LE VIRTUEL ET VIVEZ VOS HISTOIRES sans mensonges ni pretextes !

En aucun cas les informations et conseils proposés sur cet article ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé.

Article rédigé par Fériel Berraies
Sophrologue certifiée RNCP spécialisée en Entreprise, et hypnothérapeute

Découvrez le Site :www.feriel-berraies-thérapeute.com
Son profil therapeutes.com
Lui écrire : fbsophro@gmail.com


Mots clés: , , , , , , , ,

Suivez-Nous

Ne manquez plus nos astuces, buzz, bons plans et dernières tendances en les recevant par mail.

ok
Please: don't use the images and text of UFFP WEBZINE on websites, blogs or other media without my explicit permission_ 2010 ©UNITED FASHION FOR PEACE_ All Rights Reserved
United Fashion For Peace 2013 :: Powered by PiVO