Share
Suivez nous

Les huiles essentielles aseptisent votre maison !

Ajouté par , Le avril 20, 2020 , dans Beautiful & Zen, Relaxation, Santé

En ces temps de confinement, beaucoup de choses peuvent se brasser et macérer à l’intérieur. Très important donc surtout ceux vivant en appartement et étant en ville, de pouvoir renouveler l’air.

immunite

UFFP vous propose le pack suivant

Le pack Immunité N°4 contient les 4 huiles essentielles assainissantes pour réaliser un mélange synergique antibactérien et antiviral pour un air purifié et sain. Ce mélange composé de 4 huiles essentielles Bio s’utilise uniquement en diffusion.
Les 4 huiles essentielles vont offrir une synergie formidable, qui une fois diffusée dans l’atmosphère, va assainir l’air ambiant et désinfecter un intérieur.
Ce mélange ainsi réalisé avec les huiles essentielles Bio d’Eucalyptus radié, de Marjolaine à coquille, de Citron et de Ravintsara, va se diffuser idéalement avec un diffuseur thérapeutique à nébulisation. L’idéal étant de ne pas chauffer les huiles essentielles pour conserver leurs actifs en intégralité.
Le mélange de ces 4 huiles essentielles doit s’utiliser uniquement en diffusion, et ne doit pas être ingéré ou appliqué sur la peau.

Sinon de façon générale et vous le savez déjà les huiles essentielles ont un rôle antiseptique et anti virale et ce n’est pas un effet placebo, malgre les détracteurs « de l’allopathique »

 

Le premier intérêt des huiles essentielles, et pas des moindres, est de mettre à profit dans ces temps de confinement, leur activité antiseptique atmosphérique. En effet, le COVID-19 se propage dans l’air ambiant et la contamination est maximale dans un lieu confiné. Pour limiter les risques de contamination, il est donc important de pouvoir assainir l’air ambiant dans sa propre maison en diffusant des huiles essentielles à l’aide d’appareils adaptés comme les nébuliseurs ou les brumisateurs. Bien entendu, une bonne aération de toutes les pièces de la maison est nécessaire et ce, plusieurs fois par jour. Le protocole de diffusion devra être adapté en fonction des appareils utilisés, mais en général il est conseillé de diffuser par cycle de 10 à 15 minutes, 3 à 4 fois par jour. Il faudra toutefois faire attention aux personnes sensibles tels les enfants de moins de 3 ans, les femmes enceintes ou allaitant ou encore les personnes asthmatiques ou épileptiques.

Pour la diffusion atmosphérique, les huiles essentielles riches en aldéhydes, en carbures monoterpéniques ou en 1,8 cinéole seront les plus intéressantes. Elles vont limiter la prolifération des germes pathogènes dans l’air ambiant et sont donc qualifiées d’antiseptiques atmosphériques.

Nous retrouvons dans les huiles essentielles antiseptiques atmosphériques, celles riches en citronellal et citrals comme l’eucalyptus citronné (Eucalyptus citriodora), la citronnelle de Ceylan (Cymbopogon nardus), le lemongrass (Cymbopogon flexuosus) ou encore la litsée citronnée (Litsea citrata).

Aussi, les huiles essentielles riches en limonène (monoterpène) seront très intéressantes. Il s’agit des essences extraites des zestes des Citrus tels le citron jaunel’orange douce, les mandarines rouges et vertes, le pamplemousse, le combava, etc.

Les huiles essentielles riches en alpha-pinène sont également d’excellents antiseptiques atmosphériques et sont retrouvées dans les aiguilles de pins (Pinus sp. : pin sylvestrepin maritimepin des montagnes, etc.) ou de sapins (Abies sp. : sapin baumiersapin de Sibériesapin blanc, etc.).

Enfin, les huiles essentielles riches en 1,8 cinéole sont d’excellentes antiseptiques atmosphériques. Nous retrouvons les huiles essentielles de ravintsara (Cinnamomum camphora CT 1,8 cinéole), de romarin officinal (Rosmarinus officinalis CT 1,8 cinéole), d’eucalyptus radié (Eucalyptus radiata) ou de niaouli (Melaleuca quinquenervia).

Propriété antivirale des huiles essentielles

Le deuxième intérêt majeur de l’aromathérapie dans la lutte des infections virales respiratoires est bien entendu leur propriété antivirale remarquable. Il ne s’agit pas en réalité de toutes les huiles essentielles présentes sur le marché (environ 300) mais uniquement de celles qui contiennent certains composés biochimiques particuliers : phénols monoterpéniques, eugénol, alcools monoterpéniques, époxydes monoterpéniques, aldéhydes monoterpéniques ou aromatiques.

Cette activité antivirale découle en réalité de la forte liposolubilité des huiles essentielles, leur permettant de pénétrer dans l’enveloppe des virus, qui est constituée de lipides. Elles seront donc plus actives sur les virus enveloppés (comme les virus de la grippe ou de l’herpès) que sur les virus nus.

Lors d’infections virales (herpès, zona, grippe et par extension coronavirus), les huiles essentielles représentent une alternative thérapeutique sérieuse démontrée dans un certain nombre d’articles. Le couple 1,8-cinéole / alcools monoterpéniques (comme l’alpha-terpinéol) est sans aucun doute l’association la plus pertinente et la plus documentée pour ses propriétés antivirales. Ce couple est réputé être très utile pour traiter les infections virales touchant la sphère respiratoire les plus répandues dans les régions tempérées. Nous retrouvons par exemple les huiles essentielles de ravintsara (Cinnamomum camphora CT 1,8 cinéole), de niaouli (Melaleuca quinquenervia), de saro (Cinnamosma fragrans) ou encore d’eucalyptus radié (Eucalyptus radiata).

Le couple oxyde de linalol / linalol possède également une activité antivirale au niveau de la sphère respiratoire basse (bronches) et concerne l’huile essentielle d’hysope des montagnes (Hyssopus montana ou Hyssopus officinalis var. decumbens). Il faut ici préciser que le pourcentage de cétone de cette huile essentielle est très faible lui conféraant une très faible toxicité, contrairement à l’huile essentielle d’hysope officinale (Hyssopus officinalis), pouvant être elle très toxique en particulier chez les enfants.

 

Les virus sont, en général, très sensibles aux molécules aromatiques, et certaines pathologies virales graves sont susceptibles d’être très nettement améliorées grâces à elles. Fait du plus haut intérêt, mis en lumière lors de recherches fondamentales et d’expérimentations cliniques, les cellules saines des patients soumis aux traitements aromatiques semblent pouvoir acquérir une résistance toute particulière vis-à-vis de la pénétration virale. Il a été démontré cliniquement que les cellules humaines saines devenaient plus résistantes à la pénétration virale après un traitement avec des huiles essentielles, et qu’il y avait une synergie entre un traitement antiviral de référence et certaines huiles essentielles (Oseltamivir et huile essentielle de Melissa officinalis) donnant de meilleurs résultats que l’utilisation seule de l’antiviral de référence. Il s’agit là bien entendu de quelques pistes scientifiques et non de résultats liés à des essais cliniques pertinents, mais toutes les possibilités doivent être à ce jour prises en compte à la vue du contexte actuel.

 

Références.

Le grand guide des huiles essentielles. Dr Fabienne Millet. Edition Marabout 2015.

L’aromathérapie exactement. Pierre Franchomme, Roger Jollois, Daniel Pénoël. Edition Roger Jollois 2001.

Pharmacognosie, Phytochimie, Plantes médicinales, 5e édition. Edition Lavoisier Tec & Doc. Jean Bruneton 2016.

A comprehensive review of the antibacterial, antifungal and antiviral potential of essential oils and their chemical constituents against drug-resistant microbial pathogens.

Microb Pathog. 2019 Sep;134:103580. doi: 10.1016/j.micpath.2019.103580. Epub 2019 Jun 11. Tariq S, Wani S, Rasool W, Shafi K, Bhat MA, Prabhakar A, Shalla AH, Rather MA.

Antiviral activities of Artemisia princeps var. orientalis essential oil and its ?-thujone against norovirus surrogates. Food Sci Biotechnol. 2017 Aug 28;26(5):1457-1461. doi: 10.1007/s10068-017-0158-3. eCollection 2017. Chung MS.

Antiviral activity of the oseltamivir and Melissa officinalis L. essential oil against avian influenza A virus (H9N2). Virusdisease. 2016 Jun;27(2):170-8. doi: 10.1007/s13337-016-0321-0. Epub 2016 May 21. Pourghanbari G1, Nili H2, Moattari A3, Mohammadi A4, Iraji A5.

Antibacterial, antifungal, and antiviral effects of three essential oil blends. Microbiologyopen. 2017 Aug;6(4). doi: 10.1002/mbo3.459. Epub 2017 Mar 14. Brochot A, Guilbot A, Haddioui L, Roques C.

Combinations of 1,8-cineol and oseltamivir for the treatment of influenza virus A (H3N2) infection in mice. J Med Virol. 2017 Jul;89(7):1158-1167. doi: 10.1002/jmv.24755. Epub 2017 Feb 3. Lai YN, Li Y, Fu LC, Zhao F, Liu N, Zhang FX, Xu PP


Mots clés:

Suivez-Nous

Ne manquez plus nos astuces, buzz, bons plans et dernières tendances en les recevant par mail.

ok
Please: don't use the images and text of UFFP WEBZINE on websites, blogs or other media without my explicit permission_ 2010 ©UNITED FASHION FOR PEACE_ All Rights Reserved
United Fashion For Peace 2013 :: Powered by PiVO