Share
Suivez nous

« Arrêter de râler » : Une bonne résolution pour la vie au quotidien !

Ajouté par , Le mars 19, 2012 , dans PSY


Affronter, le métro bondé, les bouchons sur la route, notre patron qui nous tombe dessus à peine arrivé de vacances, les dizaines de mails à traiter… et la trop longue liste de choses à faire au bureau et à la maison… Dur dur de ne pas râler !
Une personne râle en moyenne 15 à 30 fois par jour ! Et Christine Lewicki faisait partie des râleurs, comme beaucoup de français, avant de se lancer dans un challenge que certains diraient impossible : Ne pas râler pendant 21 jours consécutifs !

Christine nous fait partager son expérience et nous explique en quoi consiste ce challenge ; mais aussi la face cachée de nos râleries, comment communiquer autrement, ne plus être dans la position de victime, lâcher prise… Et finalement, comment faire pour que notre quotidien soit plus léger et source de satisfactions, dès à présent.

Ce challenge se déroule en quatre phases et se fait à l’aide d’un bracelet que l’on change de poignet à chaque fois que l’on se surprend à râler. Chaque changement de poignet remettant les compteurs à zéro.

  BioChristine Lewicki est coach certifiée et aide les dirigeants d’entreprise. Elle sert aussi depuis trois ans au bureau des Directeurs de la Fédération de coaching de LA (ICFLA). Elle est l’auteur du blog www.jarretederaler.com qu’elle anime depuis avril 2010.

Le préfacier, Laurent Gounelle est l’auteur du best-seller « L’homme qui voulait être heureux » et de « Dieu voyage toujours incognito » – Editions Anne Carrière.

 

 

 

 

Entretien:

Ne plus râler, ne plus être victime, ne plus attirer autour de soi ni projeter autour de soi d’ondes négatives, voici le dernier bouquin de la psychologue Christine Lewicki paru aux éditions Eyrolles, tout un challenge et tout un programme! Quand on considère que râler est devenu un automatisme, voire une culture que l’on cultive dans certains pays qui sont considérés comme les  » Best râleurs » du Monde…
Une personne râle en moyenne 15 à 30 fois par jour ! Et Christine Lewicki faisait partie des râleurs, comme beaucoup de français, avant de se lancer dans un challenge que certains diraient impossible : Ne pas râler pendant 21 jours consécutifs !

Christine nous fait partager son expérience et nous explique en quoi consiste ce challenge ; mais aussi la face cachée de nos râle ries, comment communiquer autrement, ne plus être dans la position de victime, lâcher prise… Et finalement, comment faire pour que notre quotidien soit plus léger et source de satisfactions, dès à présent.

Entretien avec la psychologue :

Arrêter de râler pour vous c’est tout un challenge non ? Oui arrêter de râler est un challenge car il s’agit de se sevrer d’une habitude profondément ancrée en nous. A la moindre frustration notre réflexe automatique est de râler. Or quand on râle on croit punir les autres mais en fait on se punit soi-même en se positionnant nous-même en victime, en s’attachant a nos  » drames » nous polluons notre propre quotidien.
Pour se sevrer de cette habitude il faut littéralement créer une nouvelle connexion dans notre cerveau et les chercheurs nous disent que pour faire cela il faut répéter la même pratique pendant 21 a 30 jours.
J’ai choisis de me lancer un challenge de ne pas râler pendant 21 jours consécutifs pour créer ce changement profond en moi.

C’est pourtant une forme d’exutoire quand on est d’un tempérament nerveux ou anxieux c’est soi manger soit fumer soit râler non?
Les gens viennent en effet a moi pour me dire que râler sert a se soulager, a faire tomber la pression.Je suis d’accord avec eux, raler peux permettre de se soulager quand la pression est montée trop haut (comme dans une cocotte minute). L’idée de ce challenge est de ne plus se retrouver dans ces situations d’explosion et de prendre soin de nos frustrations au fur et a mesure sans laisser les choses dériver.
C’est culturel non le raleur quelle que soit l’origine ?
C’est vrai que raler est culturel et que la France particulièrement est reconnue pour être un pays râleur et pessimiste. Par contre vivant aux Etats-unis je côtoie aussi la bas beaucoup de râleurs, les petits râleurs du quotidien (et j’en faisais partie). Je pense que c’est surtout propre aux modes de fonctionnements des société occidentales ou nous sommes constamment entrain de chercher a avoir plus ( plus de temps, plus d’argent, plus de choses….). On cours après la vie et on a tendance a la subir.
A quand le déclic? qu’elles sont les servitudes? vous vous sentez pas frustrée?
Merci de preciser ces questions
En quoi cela change le regard face au Monde?
Je crois que surtout ce challenge redonne confiance en soi et en la vie. Quand raler n’est plus une option, nous pouvons commencer a approcher la vie avec un désir de profiter et un engagement a faire avancer les choses pour améliorer notre bien-être.
Beaucoup de lecteurs me disent que suite a la lecture du livre ils ont pu reprendre leur vie en main.
Nous ne voyons plus les autres comme «nos coupables » (ceux qu’on accusent quand on râle) mais des personnes humaines (avec leurs défauts, leurs limites, leurs frustrations et leurs besoins) avec qui nous devons collaborer et trouver des accords.
Cela nous permet d’aborder la relation avec plus de sérénité.
Est ce que le regard du Monde sur vous change pour autant?
Je pense que les autres trouvent que c’est plus agréable de “ traiter” avec moi car je suis plus sereine et j’ai envie de trouver des solutions qui soient gagnants-gagnants. J’arrive mieux en comprendre l’autre car je suis capable de l’écouter vraiment et je ne cherche pas a l’accuser ni a me défendre de manière agressive ou négative.
Râler c’est revendiquer le nouveau né le fait dés sa naissance comment comptez vous enseigner à un enfant de ne plus le faire?
Tout d’abord que les choses soient bien claires. On peux tout a fait revendiquer sans râler. Bien au contraire on pourra le faire de manière beaucoup plus efficace sans exagérer, sans agresser, en ayant le mot juste ( ce qui permet a l’autre de constater notre honnêteté et d’avoir plus envie de négocier avec nous).
Ensuite je pense que vis a vis des enfants, le meilleurs moyen de les influencer est de montrer l’exemple « Soyez le changement que vous voulez voir dans ce monde » nous dit Ghandi.
Si vous vous décidez que râler peux améliorer votre vie. Faites le, expliquer votre démarche a vos enfants, partager VOTRE chemin ( sans leur imposer d’en faire autant… de toute façon c’est impossible) et laissez les constater l’amélioration. Ils seront probablement inspirés.

Parlez nous de votre méthode?
J’ai décidé de créer un challenge qui consiste à consacrer 21 jours pour passer de râler à célébrer.
Le principe est simple, pour commencer mettez à votre poignet un bracelet pour vous rappeler que vous vous engagez dans ce challenge.
Commencez votre journée et à chaque fois que vous vous surprenez à râler mettez le bracelet de l’autre côté (ne vous inquiétez si pendant les premiers jours vous changez le bracelet plusieurs fois)
Lorsque vous changez le bracelet de côté le compte à rebours repart à zéro. (Et oui !)
Le challenge est difficile (certains diront même impossible) mais une chose est certaine c’est que l’essayer et le tenter c’est ouvrir la porte à plus de bonheur, plus d’appréciations pour les délices de la vie et la création d’un monde meilleur.
Comment communiquer autrement?
Pour communiquer autrement il faut deja commence par en avoir vraiment envie ! Avoir vraiment conscience que nos raleries ne font pas avancer les choses bien au contraire, elles les aggravent.
Ensuite voici quelques directives:
• S’adresser a la personne concernée ( raler avec ses collègues ou ses copains ne sert a rien)
• Parler en mode « Je » et non pas en mode «Tu»
• Avoir le mot juste ( on évite d’exagérer, de dramatiser)
• Décrire les faits, la situations qui vous énervent ou vous frustrent ou ne vous convient pas « quand je vois ceci….. »
• Nommer et Exprimer a notre interlocuteur notre frustration, notre émotion « cela me met en colère…. je suis dégoutée…. »
• Identifier pourquoi on se sent comme cela ( On râle souvent en surface mais notre ralerie est une tentative de satisfaire un besoin plus profond) « j’ai l’impression que mon travail n’est pas respecte…. je peux faire beaucoup de choses mais j’ai besoin de collaboration… »
• Faire une demande précise de ce qui permettrait que notre besoin soit satisfait: « Est-ce que tu peux venir mettre la table avant que maman arrive, elle devrait arriver dans 15mn »? ou « serait-il possible de prévoir un rencontre la semaine prochaine avec le service …. pour qu’on mette les choses a plat? » ( plus on sera précis dans la demande plus on a de chance que notre besoin soit satisfait)
• Comprendre que notre demande n’est pas un ordre. C’est une demande et l’autre peut dire non. Si c’est le cas on cherche a trouver un accord: « En quoi ma demande ne te convient pas… comment peut-on trouver un accord car je ne vais pas lâcher prise ( sinon je vais râler !!!)
Ne plus être victime c’est donc possible?
Oui c’est tout l’objet de ce challenge et de ce livre !

 


  • http://www.facebook.com/profile.php?id=100003405779070 Rafael

    Bonjour, ceci est un commentaire. Pour srpmuiper un commentaire, connectez-vous, et affichez les commentaires de cet article. Vous pourrez alors les modifier ou les srpmuiper.

Suivez-Nous

Ne manquez plus nos astuces, buzz, bons plans et dernières tendances en les recevant par mail.

ok
Please: don't use the images and text of UFFP WEBZINE on websites, blogs or other media without my explicit permission_ 2010 ©UNITED FASHION FOR PEACE_ All Rights Reserved
United Fashion For Peace 2013 :: Powered by PiVO