Share
Suivez nous

Sarah ALIMONDO Présidente du Syndicat National des Kinésiologues explique la kinésiologie

Ajouté par , Le décembre 1, 2017 , dans Beautiful & Zen, Relaxation, Santé

Sarah ALIMONDO est  Présidente du Syndicat National des Kinésiologues. Elle décrit l’intérêt grandissant des Français pour la kinésiologie tout en expliquant le métier, la technique, les limites. Elle développe particulièrement ce qu’est un test musculaire. Enfin, elle insiste sur la déontologie et la discipline de la profession.

sarah-ALIMONDO-300x200

UFFP s’est entretenu avec elle

Qu’est ce que la Kinésiologie? 

La kinésiologie est une technique psycho-corporelle qui vise à ramener un équilibre et une réponse adaptative (interne ou externe) là où se sont enregistrés des déséquilibres fonctionnels (non pathologiques) suite à des stress vécus par une personne.
C’est une technique qui libère la charge émotionnelle associée à ce (ces) vécu(s) qui non exprimés laissent des traces et affectent la circulation énergétique du corps et de l’esprit.
Ce qui permet également à la personne concernée de mieux se comprendre dans son fonctionnement et dans son comportement et lui apporte la capacité à rester acteur (rice) de sa vie.
Puisque la kinésiologie s’intéresse de près à la subjectivité de la personne, elle travaille sur la gestion des émotions et dans ce cadre n’a donc aucune visée thérapeutique au sens légal en France.
kinesiologie-drome

Quelle différence avec l’osthéopathie et la Kinésithérapie ?

La kinésithérapie :
Version courte : tout les sépare en termes de pratique, de visée, de formation, de diplôme, de réglementation, d’inscription à un ordre.
Version longue : la kinésithérapie est une pratique de soins réglementée à visée médicale. Elle consiste principalement en une rééducation sur des membres lésés  suite à une blessure, une intervention chirurgicale ou d’un événement traumatisant pour le corps.Le titre de kinésithérapeute fait l’objet d’ un diplôme d’État validé par le Conseil national de l’Ordre des masseurs-kinésithérapeutes et les professionnels ne peuvent exercer qu’en étant inscrits au Conseil national de l’Ordre.L’ostéopathie :

Version courte : bien qu’il y ait des points communs dans la pratique, les différences résident en termes de visée, de formation, de diplôme, de réglementation.

 

Version longue : l’ostéopathie a obtenu une parution au Journal Officiel et sa pratique n’est plus associée à un exercice illégal de la médecine, la durée formation, l’obtention d’un titre RNCP.
Les différences résident dans le fait que la kinésiologie est hors cadre thérapeutique, nous ne faisons pas de rééducation. Elle n’est pas légiférée donc non réglementée. Les kinésiologues ne sont pas diplômés d’Etat et n’ont pas de titre RNCP à ce jour.
Ils obtiennent une attestation (certificat) de formation après avoir passés des examens théoriques et pratiques, voire, selon les écoles, un mémoire.
Il n’existe pas d’Ordre de la kinésiologie et l’adhésion à un Syndicat tout au plus, se fait de façon libre et volontaire.
Les différences majeures de la kinésiologie sont qu’elle est en amont du curatif même si elle peut être utilisée pour accompagner les bouleversements émotionnels qu’engendrent les pathologies ou soutenir et renforcer le corps dans ses fonctions vitales pour accepter les traitements médicaux ; le travail important de la gestion des émotions qui sont le carburant de l’ensemble du corps.
Le seul point commun avec la kinésithérapie et l’ostéopathie est que chacun dispose d’un code de déontologie qui lui est propre.

Quelles sont les racines du désordre? l’émotionnel et le psy y jouent aussi ? 

L’émotionnel et la psyché participent et interagissent en permanence puisque tout est intrinsèquement lié pour faire d’une personne ce qu’elle est. Le tout est indissociable.

A qui peut on appliquer?

Toute personne qui à un moment donné et quelle que soit la raison ne gère plus le stress généré par son vécu ou son histoire personnelle qui souvent interfère encore dans son présent.
contre indications?
Aucune. Ce qui déterminant c’est la posture du kinésiologue en tant que professionnel.

Les limites du test musculaire?

Un article rédigé sur le test musculaire : https://snkinesio.fr/le-test-musculaire-en-kinesiologie/
Ou encore notre code de déontologie points 9 à 12 : http://snkinesio.fr/wp-content/uploads/2016/01/Code-D%C3%A9ontologie-2015.pdf
Il doit être étalonné, ce n’est pas un détecteur de mensonges, ni une boule de cristal.

Le test musculaire utilisé dans la pratique de la kinésiologie est l’outil de base du kinésiologue. Il donne l’indication d’un état de stress en lien avec le sujet abordé pendant la séance. Il indique un ressenti qui ne correspond pas toujours à un fait réel. Le kinésiologue s’abstient d’utiliser, de détourner le test musculaire pour :

  • en faire un instrument de diagnostics, de révéler ou d’affirmer un fait passé de ce qui pourrait être interprété comme une « vérité » dont le bien fondé serait invérifiable, de prédire le futur,ni de savoir si une personne dit la vérité,
  • affirmer des certitudes à propos d’évènements que la personne aurait vécus, dépassant les limites des souvenirs conscients (exemple : vies antérieures, affirmation d’abus sexuels, « syndrome des faux souvenirs »…),
  • affirmer ou confirmer tout événement de l’histoire de la personne qui ne peut être vérifié par elle-même ou son entourage,
  • poser un quelconque jugement sur la personne ou lui imposer des choix.

Un syndicat pour la profession pour empêcher les dérives?

Un syndicat, le SNK, a pour objet principal de procéder à l’étude, à la défense des droits ainsi que des intérêts matériels et moraux des kinésiologues dans leur exercice.
Mais aussi, pour offrir un cadre sécurisant pour le public qui cherche à être accompagné dans le respect de leur histoire, de leur vécu et de leur capacité à être responsable pour aller mieux.
Un syndicat pour mettre en avant des kinésiologues qui ont à cœur de travailler dignement et dans le respect de la législation française.
Quant aux dérives, elles existent comme dans toute profession car elles sont l’objet d’individus et ne peuvent être représentatives de tout un groupe.
Un syndicat, le SNK, est une société civile et n’est donc pas un Ordre. Les règles qui s’appliquent n’ont pas force de Loi et ne valent que pour ceux qui y adhérent.
La force d’un syndicat est dans ses moyens de défense dans ce que la Loi l’ autorise, à savoir : pouvoir aller jusqu’au pénal et au besoin se constituer partie civile.
Donc, oui, un Syndicat a des moyens de défense de la profession quand l’intérêt du groupe représenté est impacté par des « dérives ».
Ni un Ordre, ni aucune structure ne peuvent empêcher les dérives d’individus.
faute de Loi, offrir un cadre (tout dépend ce qu’on y met dedans) est déjà un bon début, voire un sérieux atout pour le public et les kinésiologues eux mêmes.
D’où notre liet motiv : « Choisissez un kinésiologue formé, certifié ET adhérent du SNK ».

 


Mots clés:

Suivez-Nous

Ne manquez plus nos astuces, buzz, bons plans et dernières tendances en les recevant par mail.

ok
Please: don't use the images and text of UFFP WEBZINE on websites, blogs or other media without my explicit permission_ 2010 ©UNITED FASHION FOR PEACE_ All Rights Reserved
United Fashion For Peace 2013 :: Powered by PiVO