Share
Suivez nous

Oulimata Sarr « …les ODD ne seront pas atteints sans l’égalité des sexes » !


Oulimata Sarr est la Conseillère Régionale d’ONU Femmes sur les questions d’autonomisation économique des femmes en Afrique de l’Ouest et du Centre.
Couvrant 24 pays en Afrique de l’Ouest et du Centre, son rôle est de faire progresser l’intégration de la dimension de genre dans les stratégies économiques nationales, les politiques publiques, le secteur privé ainsi que le financement du développement. Elle appuie les pays ou ONU Femmes est présent dans la sous-région à l’élaboration de programmes d’autonomisation économique liés aux moyens de subsistance des femmes, à l’entrepreneuriat et à l’accès aux marchés. Elle compte vingt-cinq années d’expérience en finance et développement.
Oulimata est la Présidente du Jury Afrique du Cartier’sWomen Initiative, une compétition mondiale de business plan pour les femmes entrepreneurs. Elle est membre du Women Investment Club (WIC) Sénégal qui compte 70 membres. Elle est nommée Vital Voices Global Ambassadors pour leur programme de mentorat des jeunes femmes leaders à travers le monde créée par Hillary Clinton il y a de cela 16 ans.
Diplômée de HEC Montréal et avec un MBA de l’Université de Bedfordshire (Grande Bretagne), cette ancienne d’Ernst & Young, a passé 10 ans à la Société Financière Internationale (SFI) du Groupe de la Banque Mondiale.

Nous avons rencontré Oulimata Sarr durant la 8e édition de la Women Tribune à Essaouira. L’occasion d’échanger sur les avancées depuis le Sommet de Beijing s’agissant du statut des femmes africaines. Un bilan mitigé pour nos soeurs africaines, que vous allez découvrir au travers de cet entretien exclusif pour UFFP.

AD2A4202-Edit-2-2 (Copier)

Oulimata SARR photo all rights reserved

 

Entretien  avec Oulimata Sarr

Si vous aviez à faire un bilan sur l’avancée du sommet de Beijing  d hier à aujourd’hui que diriez vous?

Malgré quelques progrès accomplis ces dernières décennies pour promouvoir l’égalité des sexes, notamment par des accords historiques tels que la Déclaration et le Programme d’action de Beijing de 1995 et la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes (CEDAW), largement ratifiée, nous constatons toujours que les droits des femmes et leur autonomisation sont loin de la réalité dans la plupart des pays. Des normes discriminatoires et des lois coutumières demeurent, même si de nouvelles lois ont été adoptées. Pratique, et la tradition l’emporte sur les changements législatifs plusieurs fois, et je suis heureuse de voir que cela sera traité à travers les Objectifs du Développement Durable (ODD). Cela a une incidence sur les attitudes qui n’ont souvent pas changé. Par exemple, le manque de salaire égal pour un travail égal.

• Économie: l’écart de rémunération entre les sexes est universel; globalement, les femmes sont payées 24% de moins que les hommes; et les femmes font presque deux fois et demi plus de soins non rémunérés et de travail domestique que les hommes. Les femmes continuent également d’être regroupées dans des types de travail vulnérables et informels.

• Violence: Des niveaux alarmants de violence contre les femmes et les filles persistent dans tous les pays et sous de nombreuses formes. Quelque 35% des femmes (une sur trois) font l’expérience de la violence entre partenaires intimes et de la violence sexuelle sans partenaire au cours de leur vie.

• Paix et sécurité: Bien que les femmes aient mené des mouvements de paix et guidé le relèvement communautaire après un conflit, elles sont presque complètement absentes des négociations de paix. Entre 1990 et 2010, seulement 11% des accords de paix ont même mentionné les femmes ou les questions de genre.

• Leadership: Les femmes continuent d’être exclues de la prise de décision à tous les niveaux. Au rythme actuel, il faudra encore 50 ans avant de voir la représentation égale des femmes en politique. [À ce jour, seuls 19 pays ont des femmes à la tête de l'État ou du gouvernement, seulement 17% des ministres sont des femmes et un peu plus de 22% de tous les parlementaires nationaux sont des femmes; cela signifie que près de 80% des parlementaires du monde sont des hommes]. Pourtant, nous constatons que dans les pays où les femmes sont habilitées en tant que leaders politiques, une plus grande attention est accordée à des questions comme la santé, l’éducation, les infrastructures, la violence contre les femmes et la qualité de vie.

• De même, dans le secteur privé, les femmes chefs de la direction des sociétés Fortune 500 se situent à 22 (c.-à-d. 4,4%), même si les recherches montrent que plus de femmes dans les conseils d’administration et dans l’entreprise génèrent plus de profits. Donc, il y a encore un long chemin vers l’égalité des sexes.

Qu’est ce que les Objectifs du développement durable représentent pour l’égalité des genres ?

L’Agenda 2030 pour le développement durable récemment adopté aux Nations Unies apporte de l’espoir. Il représente une victoire significative et durement gagnée pour les défenseurs de l’égalité des sexes. Avec le Programme d’action d’Addis-Abeba (sur le financement du développement), l’Agenda 2030 positionne l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes comme des moteurs essentiels et essentiels du développement durable. Il existe un objectif de développement durable sur l’égalité des sexes (objectif 5) qui vise à «réaliser l’égalité des sexes et autonomiser toutes les femmes et les filles» et définit des objectifs mondiaux pour surmonter les nombreux obstacles à l’inégalité entre les sexes.

Ce qui est particulièrement important dans le nouveau cadre, c’est son ferme engagement à «ne laisser personne de côté». Concrètement, cela signifie que les dirigeants mondiaux se sont engagés à regarder au-delà des moyennes et à s’assurer d’atteindre les groupes les plus marginalisés, y compris les femmes et les filles les plus marginalisées. Cette fois-ci, on se rend bien compte que l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes et des filles sont essentielles pour réaliser des progrès sur tous les buts et objectifs.

Faire de cette vision une réalité nécessite beaucoup: des cadres politiques solides avec l’égalité des sexes, la mobilisation des budgets et des ressources pour traduire les politiques en acquis concrets et de solides organisations de droits des femmes pour surveiller les politiques, la mise en œuvre et les résultats. – Rendre les gouvernements responsables. Nous savons tous que ce qui ne se mesure pas devient invisible et que l’invisible se perd. Par conséquent, nous devons tous garantir un processus de suivi et de reporting systématique et coordonné, en particulier les résultats en matière de genre. C’est alors seulement que nous pourrons atteindre les ODD.

Oulimata Sarr Feriel Berraies Guigny et Danielle Pliya Women Tribune Essaouira 2018

Oulimata Sarr Feriel Berraies Guigny et Danielle Pliya Women Tribune Essaouira 2018

Mais ce programme a de réelles chances d’être mis en œuvre. Ce n’est pas seulement parce que sa valeur est reconnue comme un programme ambitieux, universel et transformateur pour la prospérité de l’humanité, mais aussi parce qu’elle a été négociée par tous les gouvernements et s’applique à tous les pays. Mais surtout, c’est parce que beaucoup de gens, bien plus que les gouvernements seuls, ont profondément investi l’espoir et l’espoir que nous en avons assez appris, que nous sommes suffisamment engagés pour que ce nouveau programme soit un succès.

Les ODD  ne seront pas atteints  sans l’égalité des sexes. Nous savons que l’égalité des sexes est essentielle à la réalisation de tous les objectifs de développement durable. Par exemple, la majorité des personnes vivant dans la pauvreté sont des femmes. Ils ont tendance à avoir moins de ressources, moins de droits et moins de possibilités de prendre des décisions qui façonnent leur vie que les hommes. Atteindre l’objectif 1 – atténuer la pauvreté – aurait des répercussions sur la vie des femmes dans des domaines tels que l’autonomisation économique, la paix et la sécurité, et le changement climatique.  Et vice versa. Nous n’aboutirons pas à la réduction de la pauvreté sans l’objectif 5.

Pour ces raisons – et bien d’autres encore – il est crucial que nous atteignions nos objectifs en matière d’égalité des sexes dans tous les ODD

Vous disiez à la Women Tribune d’Essaouira,  qu il fallait qu elles prennent des postes en politique mais ne pensez vosu pa s que c est plutot les femmes de la societe civile qui changeront le monde?

Toutes les femmes ont leur rôle à jouer. Malgré les capacités avérées des femmes en tant que leaders et agents de changement, elles sont sous-représentées en tant qu’électrices, dirigeantes élues, fonctionnaires, ainsi que dans le secteur privé et le milieu universitaire.

Notre examen sur 20 ans du Programme d’action de Beijing nous apprend que les femmes restent nettement sous-représentées dans les instances dirigeantes politiques – à peine 22% du total, une augmentation lente de 11,3% en 1995. Sur la trajectoire actuelle, prendre encore 50 ans pour atteindre la parité entre les sexes dans les parlements. À ce jour, seuls 19 pays ont des femmes à la tête de l’État ou du gouvernement, seulement 17% des ministres sont des femmes et un peu plus de 22% de tous les parlementaires nationaux sont des femmes; Cela signifie que près de 80% des parlementaires du monde sont des hommes.

La représentation des femmes au sein des gouvernements ou de tout organe de décision fait la différence. En Inde, dans les zones dirigées par des femmes, le nombre de projets d’eau potable était supérieur de 62% à celui des conseils dirigés par des hommes. En Norvège, les données montrent une relation directe entre le nombre de femmes dans les conseils municipaux et la couverture ils ont été adoptés.

En Afrique de l’Est, ONU Femmes aide les femmes à devenir des leaders plus efficaces dans les sphères publique et privée. Un partenariat avec l’Université Kenyatta du Kenya a conduit à la création du Centre africain pour le leadership transformatif et inclusif, qui se concentre particulièrement sur les femmes et les jeunes; à la fin de 2015, plus de 300 personnes avaient suivi des cours. Plusieurs participants éthiopiens sont rentrés chez eux pour mettre en place un programme de mentorat pour les femmes dirigeantes dans plusieurs ministères, tandis qu’en Somalie 28 femmes parlementaires ont acquis des connaissances et des compétences qui les ont aidées à créer un caucus parlementaire des femmes. En Afrique sub-saharienne, le Rwanda et le Sénégal font des modèles avec la parité à l’Assemblée Nationale.

Parlez nous de votre expérience à la women tribune

Le Women’s Tribune est une plateforme de femmes engagées et je suis heureuse d’y avoir participer. Le changement climatique est un sujet important que les femmes doivent aborder. Les femmes et les filles sont touchées de manière disproportionnée par les impacts du changement climatique. Les femmes et les hommes ont des vulnérabilités différentes aux impacts du changement climatique sur la sécurité alimentaire, la productivité agricole, les moyens d’existence, la disponibilité de l’eau, l’assainissement, la santé et l’énergie, entre autres. Les inégalités existantes entre les sexes, telles que l’accès limité aux ressources naturelles et aux moyens de production, notamment la terre et la finance, limitent leur capacité à s’adapter et à faire face au changement climatique. Les inégalités entre les sexes sont également exacerbées par les risques liés au climat, qui se traduisent par «des charges de travail plus élevées, des risques professionnels intérieurs et extérieurs, un stress psychologique et émotionnel et une mortalité» pour les femmes par rapport aux hommes.

Les femmes et les filles doivent être responsabilisées en tant qu’acteurs essentiels dans la lutte contre les impacts climatiques. Dans l’agriculture, la réduction de l’écart entre les sexes dans l’accès à la terre et à d’autres actifs productifs pourrait augmenter les rendements agricoles de 20% en Afrique. • L’accord de Paris historique adopté le 12 décembre 2015 constitue une avancée majeure. Pour la première fois, un Traité sur le climat dans son préambule engage les Parties, lorsqu’elles agissent pour lutter contre le changement climatique, à respecter, promouvoir et considérer leurs obligations respectives en matière de droits de l’homme, d’égalité des sexes et d’autonomisation des femmes. L’Accord prescrit également des mesures d’adaptation sensibles au genre et des activités de renforcement des capacités.

Que pensez vous de vos sœurs tunisiennes qui restent un role model pour la région et pour le monde musulman?

sœurs tunisiennes sont des modèles qui nous inspirent. Leur activisme est magnifié à travers le monde.  Votre Prix Nobel composé de l’UGTT (centrale syndicale), de l’UTICA (centrale patronale), du Conseil de l’Ordre des avocats et de la Ligue tunisienne des Droits de l’Homme est unique au monde et démontre que la société civile joue un rôle primordial et un puissant levier de transformation.

Women's Tribune (1)

Merci Oulimata SARR !

 

 


Mots clés: , , , , , , , , , , , , , , ,

Suivez-Nous

Ne manquez plus nos astuces, buzz, bons plans et dernières tendances en les recevant par mail.

ok

Afrique des Droits des Femmes

Force aux Femmes !

Please: don't use the images and text of UFFP WEBZINE on websites, blogs or other media without my explicit permission_ 2010 ©UNITED FASHION FOR PEACE_ All Rights Reserved
United Fashion For Peace 2013 :: Powered by PiVO