Share
Suivez nous

Aicha Moutaakil  » … la politique est pour moi la meilleure façon de faire avancer les choses » !

Ajouté par , Le mars 23, 2012 , dans Paroles Ethiques

Par Elyssa Souissi


Femme engagée et militante de la première heure, Aicha Moutaakil est Maire-adjointe à la citoyenneté et à la vie des quartiers à Bagneux depuis 2008, elle a également été élue vice-présidente de l’Union Des Elu(e)s Socialistes et Républicains des Hauts-de-Seine (UDESR 92) en charge de la rénovation.
Elle fut candidate à la tête de liste des sénatoriales Socialistes des Hauts-de-Seine ; en réunissant 1/4 des voix sur son nom. Elle est est aujourd’hui sur la liste qui sera proposée aux grands électeurs le 25 septembre prochain.
Engagée depuis l’âge de 16 ans, d’abord dans le milieu associatif puis politiquement au sein du parti socialiste de sa ville (Bagneux), et de sa fédération (Conseil et Bureau fédéral) elle tente de faire avancer les idées et les projets qui lui tiennent à cœur.

Récit de notre Entretien :
1/ Vous êtes une militante de la première heure, si vous aviez à faire un bilan sur votre parcours? Les défis, les blocages selon vous cela se place où dans la France d’aujourd’hui?

Il est difficile d’émettre un jugement sur son propre parcours, mais parfois j’ai l’impression que les choses mettent du temps à se faire et de ne pas aller aussi vite que je le souhaiterais dans la réalisation de mes projets.
J’ai appris avec le temps et l’âge qu’en politique, plus qu’ailleurs sans doute, il y avait un calendrier et un rythme à respecter. Il faut du temps aux idées pour faire leur chemin…. il faut du temps aux esprits pour évoluer… ainsi, ce n’est pas parce que nous souhaitons très fort quelque chose, même quand nous sommes plusieurs à le vouloir, qu’elle finit par s’imposer à tous….
Cela étant dit, je pense que mon parcours est cohérent au regard de ce qui m’a toujours animé : militer pour plus de justice sociale.
Les blocages, il en existe naturellement, mais je les situe plutôt au sein des partis politiques plus conservateurs que les Français.
Je crois, en effet, les Français plus audacieux que nos partis politiques et prêts parfois à aller plus loin dans les expérimentations.
Quant aux défis, ils sont nombreux. Je pense surtout qu’il faut rendre à l’école son rôle d’instrument d’excellence et de construction de la citoyenneté. De plus, l’éducation et la recherche sont des éléments déterminants du progrès économique et social.
L’école est sans doute l’arme la plus importante pour lutter contre les inégalités et le combat pour un enseignement de qualité devrait être la priorité de tous « les indignés ».

2/ La notion d’identité en France est excluante voire meurtrière psychologiquement pour la France plurielle qu’en pensez vous?

A mon sens, ce n’est pas la notion d’identité en elle-même qui est meurtrière, c’est plutôt la manière dont le gouvernement actuel a posé le débat qui est problématique. Car, plutôt que mettre l’accent sur ce qui fait notre richesse commune et nous rassemble, on a préféré mettre le focus sur ce qui nous divise. Nous le savons, les Français sont multiples, issus de plusieurs cultures : un rapport de l’INED, nous indique qu’en 1999 près de 14 millions de Français avaient un parent ou un grand-parent immigré, soit 23 % de la population, c’est dire que nous sommes nombreux à être « mélangés ».
En fait, et chacun le sait, à gauche comme à droite, ce débat a été posé de la sorte uniquement pour séduire un certain électorat et non pas pour bâtir une France « rassemblée » en démontrant aux Français combien ils sont plus forts et même plus performants dans leur diversité, s’ils prennent le temps de se regarder, de se connaître, d’échanger et d’apprendre les uns des autres.
Il ne manque pas d’exemples d’une contribution significative du multiculturalisme au développement et à la créativité d’une nation.
Ainsi, en Californie, 30 % des entreprises de la Silicon Valley ont été créées par des promoteurs originaires de Chine ou de l’Inde.
59 % des habitants de Miami et 36 % des habitants de New York sont nés à l’étranger.
Plus près de nous, les Polonais Apollinaire ou Marie Curie, les Bulgares Sylvie Vartan ou Tzvetan Todorov, les Russes Gainsbourg et Chagall sont, eux aussi, « issus de l’immigration ».
Après le discours de Grenoble et la stigmatisation des Roms qui osera répondre à la question de Michel Drucker : « Où serions-nous si nous arrivions de Roumanie aujourd’hui.. ? »
Mes parents sont Marocains, immigrés en France depuis plus de 45 ans.
Née en France, je suis Française et j’ai la chance de puiser tout à la fois aux sources des cultures berbère et européenne.
Parce qu’avec mes parents, je peux connaître d’autres mondes, d’autres traditions, d’autres cultures, je porte sur mon pays, la France, un regard autre, enrichi d’autres couleurs ; aujourd’hui, j’ai la simple ambition de lui apporter cette réflexion « métissée ».

3/ Vous dites que la politique est le meilleur instrument pour faire avancer une société?

Il faut rappeler, car on ne le fait jamais assez, que nous avons la chance, en France, de vivre dans une démocratie ou la liberté d’expression est encore une réalité. On a le droit de s’exprimer et de dénoncer ce qui nous paraît injuste, tant que nous respectons les lois.
« La politique », c’est l’instrument qui me paraît le plus efficace à la place où je suis aujourd’hui pour faire évoluer la société dans laquelle je vis.
Si l’on veut que les choses changent et évoluent dans le sens que nous souhaitons, il faut militer. On peut le faire de différentes façons : chacun doit trouver l’instrument qui lui paraît le plus adapté. Moi, j’ai choisi de le faire au sein d’un parti politique en m’engageant localement dans ma ville et mon département.

4/Les femmes et les révoltes arabes, quel est votre regard?

Ces évènements, commentés dans la presse sous l’appellation de « printemps arabe », sont extrêmement importants et pas seulement pour les pays arabes mais pour l’ensemble du monde ! Les femmes ont joué un rôle majeur en Tunisie, par exemple, le pays arabe où les femmes sont les plus autonomes et les plus libres.
Sans le courage et la détermination de ces femmes, cette révolution en Tunisie n’aurait sans doute pas eu le même retentissement.
Le niveau d’éducation tout comme le rôle des femmes ont été déterminants dans la « révolution des Jasmins » qui est en quelque sorte un clin d’œil à l’histoire, comme un dernier héritage du Président Habib Bourguiba.

5/ Le durcissement des lois concernant l’immigration, les discriminations qui perdurent, quels sont vos pronostics pour 2012?

Il est évident que si le Président Nicolas Sarkozy est réélu, il n’aura aucune raison de mettre fin à la politique d’exclusion qu’il conduit depuis son arrivée au ministère de l’intérieur et, plus encore, depuis son arrivée à l’Elysée.
Il ne pourra gagner en 2012 qu’avec le soutien de sa droite la plus extrême (qui se proclame « populaire » !) et devra donc s’acquitter de « sa dette » envers elle.
Déjà, dans la discrétion de juillet, le gouvernement a décidé de réduire à la portion congrue le nombre de professions éligibles dans le cadre de l’immigration économique légale et monsieur Guéant est visiblement engagé dans une « star academy » pour le titre de meilleur « expulseur ».
Le climat répressif qui se développe risque de se renforcer et les Français doivent être conscients que 2012, au-delà des personnes et des programmes, constituera, en fait, un choix de société et, je n’ai pas peur de le dire, un choix pour la défense des libertés publiques, ciment de notre République, en d’autres termes, un choix de régime.

6/ L’éthique en politique et l’humanisme une réalité ou une utopie à construire?

L’action politique est, heureusement, menée par des groupes : sympathisants, militants…
Des complicités et des alliances se nouent et, peu à peu, ces relations dépassent insidieusement la simple proximité idéologique et peuvent prendre des aspects de type « clanique ».
Pour ne pas renforcer l’adversaire, « on ferme les yeux » et on oublie non seulement les règles éthiques mais aussi le regard que les simples militants peuvent porter sur le comportement de « leurs » élus.
Ainsi, dans tous les partis politiques, on a assisté à des dérives, même si elles sont marginales, tant au plan de la gestion des fonds publics que du mélange entre vie publique et vie privée. Or, ces pratiques doivent être combattues ! Les hommes et les femmes politiques ont un devoir d’exemplarité, sans tomber dans l’excès inverse et dangereux de la transparence absolue.
Mais bien que minoritaires, ces dérives participent à la désaffection des citoyens pour la politique (qui se manifeste au mieux par l’abstention et au pire par le recours au vote extrême).
Militer, c’est non seulement défendre des convictions, c’est aussi témoigner, par son comportement au quotidien, de la sincérité de cet engagement.

7/ Le Socialisme n’a plus bonne presse de nos jours, pourtant tous les espoirs sont encore permis? pour les femmes de la diversité quels conseils si elles veulent entrer en politique?

Le socialisme, si vous faites référence au système que l’on a connu dans les pays de l’Est, oui il a montré sa faillite. Par contre, si on parle du socialisme, au sens d’un Jaurès, c’est-à-dire de la social-démocratie, ce système a de beaux jours devant lui ; c’est sans doute la meilleure réponse pour combattre l’ultra libéralisme qui sape les fondements de la solidarité et de la justice sociale.
Quant à l’engagement, il n’y a pas de recettes particulières pour les femmes qu’elles viennent ou pas de la diversité !
Nous sommes des citoyennes, comme les autres, et nous ne revendiquons aucun privilège ou avantage.
Nous n’avons pas non plus de « mission particulière » mais nous demandons, modestement, la possibilité d’apporter notre contribution au débat politique pour faire en sorte que la représentation soit à l’image de la France et de sa diversité (au plan national les élus « de la diversité » représentent moins de 1% des parlementaires métropolitains).
Militer, s’engager, est un devoir pour tous ceux qui veulent tout simplement le CHANGEMENT !


Mots clés: , , , ,
  • http://www.facebook.com/profile.php?id=100003405786987 Isabel

    Si vous voulez rsuvie le fil de la rubrique … AU FOND …j1_10 juin 2003_ quand FILLON explique of9 sont les noeuds et les de9fis ab La question des retraites, c’est celle du vieillissement de la France,c’est celle du travail,celle de la justice,c’est enfin celle de la conciliation entre le collectif et l’individuel. bb j2_11 juin 2003_ quand la gauche rf4de ses arguments1- ab ce projet est injuste et dangereux bb2- ab une autre re9forme e9tait possible bbj3_12 juin 2003_quand les de9pute9s de droite prennent la parole avant de s’enfermer dans un long silencec’est pour dire :1) tout le bien qu’ils pensent de ce projet de loi2) tout le mal qu’ils pensent des ab pre9tendues bb alternatives de la gauche3) que ab ce n’est pas la rue qui gouverne bb !j4_13 juin_ of9 il est question de savoir si le financement des retraites est assure9 avec la re9forme… et of9 le pre9sident du groupe socialiste pre9sente les quatre enjeux principaux sur lesquels les socialistes vont intervenir au cours des de9bats :niveau des pensions,emploi,pe9nibilite9,financement j5_14 juin 2003_of9 il est question de dosage et d’ e9quilibre avant l’article 1er : amendements de principe du groupe PS et du groupe PCj6_16 juin_ of9 il est question de savoir ce qu’il y a derrie8re le mot re9partition 1- Qu’est-ce qui est re9parti ? Quelles sont les biens, les ressources, les richesses e0 re9partir ? Qui fournit ces ressources ?2- Dans quelles conditions s’effectue cette re9partition ? Selon quelles modalite9s ?j07_17 juinquand Martine BILLARD propose des financements alternatifs ( valeur ajoute9e/ patrimoine/ revenus financiers/ cotisations patronales)la question de l’ab e9quite9 bb et de la ab pe9nibilite9 bb j8_18 juin 2003_ quand les communistes re9e9crivent une partie du Code du travailLicenciements e9conomiques, CDD, formation professionnelle : les de9pute9s communistes de9fendent une se9rie d’amendements visant e0 ab faire reculer le chf4mage et de contraindre les grands groupes e0 conserver leurs effectifs bbj9_19 juin 2003_ quand les femmes s’invitent au de9batmontant total de pension lors de la liquidation au moins e9gal e0 85 % du SMICallongement de la dure9e d’assuranceEn quoi ces mesures vont aggraver les ine9galite9s pour les femmes j10_20 juincomposition et missions du Comite9 d’Orientation des retraites (COR)droit d’informationj11_23 juin 2003_of9 il est question de l’ employabilite9 des seniors pre9-retraites (suppression)/ cumul emploi-retraite/ mise e0 la retraite d’office/ j12_24 juince jour, il est question e0 la fois- de ceux qui veulent pouvoir partir avant 60 ans ( dispositif dit des ab carrie8res longues bb)- de ceux qui veulent pouvoir ne pas eatre oblige9s de partir e0 60 ans ( ab surcote bb)j13_25 juin_quand le social s’invite au de9batame9lioration de la pension de re9version et suppression de l’assurance veuvageamendements relatifs aux parents d’enfant handicape9… Et si la droite avait toujours en teate l’ide9e d’une retraite allocation pour vieux travailleurs ! …

  • http://www.facebook.com/profile.php?id=100003405772709 Tanjila

    Hey very cool website!! Man .. Beautiful .. Amazing .. I will boakmork your site and take the feeds also…I’m happy to find numerous useful information here in the post, we need work out more strategies in this regard, thanks for sharing. . . . . .

Suivez-Nous

Ne manquez plus nos astuces, buzz, bons plans et dernières tendances en les recevant par mail.

ok
Please: don't use the images and text of UFFP WEBZINE on websites, blogs or other media without my explicit permission_ 2010 ©UNITED FASHION FOR PEACE_ All Rights Reserved
United Fashion For Peace 2013 :: Powered by PiVO