Share
Suivez nous

Khadija Boujanoui  » …animées par la passion, les femmes sont capables de tout faire » !


Elle fait bouger les lignes dans son pays le Maroc, notamment dans l’univers des Médias. Orientée finances, rien ne la prédestinait à la question genre dans son pays, mais cette nouvelle orientation est née d’un constat, d’une prise de conscience sur le rôle et la place des femmes dans des univers corporates parfois restrictives et  pas nécessairement ouverts à   la parité absolue.

Nous avons eu le plaisir de la rencontrer, lors du passage à WIMEN le réseau des femmes leaders et entrepreneuse, lors de notre allocution en janvier dernier. Elle est membre fondatrice du réseau WIMEN mais surtout elle préside le Comité Diversité et Parité à 2M.

Flash Back sur son parcours :

Après avoir fait des études supérieures  en Gestion-Finance en France à l’université Nice Sophia Antipolis, Khadija Boujanoui démarre son parcours professionnel à Monaco au sein de la multinationale « Wastells Sam ». Souhaitant contribuer au développement de son pays, elle décide de rentrer au Maroc en 1994 où elle occupe des fonctions de management.

En 2005, Khadija Boujanoui intègre la chaîne de télévision 2M en tant que Directrice Financière et du contrôle de gestion. Une fonction qui lui a permis de mettre son expertise et son sens relationnel au service de la croissance de l’entreprise, notamment en contribuant aux changements stratégiques et structurels, mais aussi au développement des compétences de ses équipes.  Grâce à sa lucidité et à son esprit cartésien, Khadija Boujanoui assiste la Direction Générale dans le pilotage et la gestion de la chaîne, à la lumière des orientations stratégiques établies par le Conseil d’administration. Faisant preuve d’une capacité d’adaptation confirmée et d’un sens de diplomatie avéré, elle représente la chaîne auprès des administrations publiques et organes de régulation.

En parallèle de ses fonctions au sein de la Direction financière, Khadija Boujanoui  préside le Comité Parité et Diversité 2M qui  œuvre pour l’égalité femme-homme et pour la promotion de la diversité et du respect de la dignité de la personne. Elle veille ainsi à la mise en œuvre de la Charte 2M pour la valorisation de l’image de la femme dans les médias, qui se traduit par l’introduction de l’approche genre dans le cahier des charges de 2M, la lutte contre les stéréotypes dans les programmes, ainsi que la sensibilisation des producteurs de contenu. Engagée en faveur de la mise en avant des compétences féminines, Khadija Boujanoui élabore et lance en 2016, le site « Expertes.ma », un répertoire numérique recensant les expertes du Maroc dans plus de 200 secteurs d’activité. Son engagement porte également sur la lutte contre les stéréotypes négatifs à l’égard des femmes, notamment dans les médias, à travers l’organisation du « Trophée Tilila » qui récompense annuellement la publicité la plus valorisante de l’image de la femme.

Consciente du profond ancrage africain du Royaume, Khadija Boujanoui lance en 2017 « Africawomenexperts.com », une plateforme d’échange entre expertes africaines en faveur d’une Afrique forte et solidaire. Depuis mars 2017, Khadija Boujanoui participe activement au co-pilotage de l’événement « Les Panafricaines », un réseau de femmes journalistes influentes africaines , réunies en terre marocaine, lors d’un forum placé sous le signe de la gestion participative des enjeux et réalités de l’Afrique.

En outre, Khadija Boujanoui est vice-présidente de la commission TPE-PME, GE-PME et Auto-entrepreneur au sein de la Confédération Générale des Entreprises du Maroc (CGEM).

Elle est également membre-fondatrice du réseau des femmes dirigeantes WIMEN (Women International Management & Executif Network).

Khadija Boujanoui est mariée et mère de deux filles.

11012018-2018-01-11-12-55-01-Modifier-2 (1) (Copier)

Khadija Boujanoui

 

Entretien avec UFFP :

1) Qu’est-ce qui motive, qu’est-ce qui passionne Khadija Boujanoui hier à aujourd’hui ?

Le challenge. Lorsqu’on me met au défit, je me sens investie d’une mission : celle de mener à bien mes tâches et d’atteindre mes objectifs. Une situation qui stimule ma combativité et me permet d’avancer dans la vie, aussi bien sur le plan personnel  que sur le plan professionnel.

2) Parlez-nous de votre parcours, comment en êtes venue à la question genre ?

Rien de me prédestinait à m’orienter vers la question du genre. Très cartésienne, je me suis de prime abord dirigée vers le domaine de la finance. Après l’obtention de mon baccalauréat au Maroc, je suis partie en France afin d’y effectuer des études supérieures en Finance-Gestion à l’Université Nice Sophia Antipolis. J’ai démarré ma carrière professionnelle à Monaco, avant de rentrer au Maroc. Après avoir occupé des postes managériaux au sein de différentes entreprises, j’ai intégré la chaîne de télévision nationale 2M en 2005, en tant que Directrice financière et de contrôle de gestion, et où je préside en parallèle le Comité en charge de la Parité de la Diversité de la chaîne. Une chance qui m’a été offerte par le directeur général de 2M lorsqu’il a décidé, en 2013, et créer ce comité et de me désigner à sa tête. Je me suis tout de suite intéressée au sujet en plongeant dans la documentation. Plus je lisais, plus le sujet me passionnait. Et il le continue…

3) Vous pilotez pas mal de programmes mettant en avant les femmes de votre pays, est ce né d’un constat et lequel ?

Dès la création du Comité Parité et Diversité, et après avoir fait un état des lieux, nous avons constaté une faible présence des femmes expertes dans les médias, notamment celles intervenant dans les émissions de débats et les journaux télévisés et qui représentaient moins de 10%. Partant de ce constat, nous avons décidé de mettre en place une plateforme numérique gratuite, Expertes.ma. Il s’agit d’un répertoire numérique recensant les femmes expertes du Maroc dans plus de 200 secteurs d’activité. L’objectif étant de fournir aux journalistes et aux faiseurs de contenu une base évolutive leur permettant de donner la parole aux femmes, toujours dans le cadre d’un temps de parole équitable contribuant à la promotion de l’égalité homme-femme.

4)  Femme de la finance et femme des médias, comment passe t- on d’un schéma cartésien à un schéma plus féministe ?

Animées par la passion, les femmes sont capables de tout faire. Je suis une femme de la finance, certes, mais je suis une femme avant tout. Je suis donc également concernée par les problématiques liées au genre, et qui entravent malheureusement l’évolution de la condition féminine. Et ce dans tous les secteurs : sur le plan social, au niveau du marché du travail, sur le plan juridique… Mon esprit cartésien me permet de comprendre plus aisément certaines réalités, tout en essayant d’y trouver des solutions effectives et efficientes. Une condition sine qua non pour s’impliquer dans ce combat que les femmes mènent depuis belle lurette.

-   Aujourd’hui, quels sont – dans la réalité des faits – les acquis et les lenteurs pour les femmes marocaines ?

Depuis l’intronisation de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu l’assiste, les droits des femmes ont connu une véritable évolution. Une évolution qui a d’abord été marquée par la promulgation en 2004 du nouveau Code de la famille, « la Moudawana ».  En outre, grâce à la volonté du Souverain d’encourager les compétences féminines, de nombreuses femmes ont été nommées à la tête de plusieurs instances du pays, mais aussi au sein des conseils, organisations et entreprises publiques. Il est cependant indéniable que des lenteurs entravent encore ce processus moderniste. Je citerai essentiellement celui des mentalités. Comme dans beaucoup de sociétés arabo-musulmanes, la femme est systématiquement confinée à des rôles domestiques. Le chemin reste long et périlleux, d’où justement la responsabilité dont s’est investie 2M, en tant que chaîne citoyenne, pour agir sur le changement des mentalités et la lutte contre les stéréotypes sexistes.

-          Avez-vous des « rôle-modèles » dans les pays de la région qui sont une source d’inspiration pour vous ?

Absolument. Des femmes d’exception m’ont inspirées et continuent à le faire. Abstraction faite de toute considération socio-économique, j’ai toujours été admirative des femmes qui ne jettent jamais l’éponge, même face à l’adversité. À commencer par ma mère, qui n’a ménagé aucun effort pour nous élever comme il se doit, mais également les femmes d’exception que j’ai eu la chance de croiser durant ma vie de femme ainsi que ma carrière de manager.

-          Parlez nous du programme en faveur de la diversité et du genre à 2M ? Féminiser dans les médias, oui mais qu’en est il de la présence des femmes dans les sphères de décisions les Comités d’Administration les COMEX ?

Le Comité Parité et Diversité de 2M a pour mission d’œuvrer pour l’égalité femme-homme, de promouvoir la diversité et le respect de la dignité de la personne, ainsi que la valorisation de l’image de la femme et l’amélioration de sa présence sur la scène médiatique. Afin d’encourager la présence des femmes expertes dans les médias, nous avons lancé en 2016 le site Expertes.ma, premier répertoire numérique recensant des femmes expertes dans plus de 200 domaines d’activité. Une expérience que nous avons décidé d’élargir au continent africain, avec le lancement du site Africawomenexperts.com. Une plateforme d’échange entre les femmes expertes et les journalistes du continent. Et dans le cadre de la lutte contre les stéréotypes négatifs à l’égard des femmes, nous organisons « le Trophée Tilila », un prix annuel qui récompense la publicité télévisuelle la plus valorisante de l’image de la femme. Toutes ces actions ont une seule ambition : celle d’accompagner le changement des mentalités et de contribuer à la construction d’une société moderne et paritaire. Une société où la femme a le choix de rester à la maison, ou de travailler et d’atteindre les plus hautes fonctions.

-          Quelle est la réalité de votre plafond de verre ?

Il est malheureusement vrai qu’il existe encore un plafond invisible auquel se heurtent les femmes. Un plafond qui réduit leurs chances d’avancer dans leurs carrières et d’atteindre de hautes responsabilités.  À compétences égales, le top management a tendance à préférer promouvoir un homme plutôt qu’une femme. C’est une question de code. De plus, de nombreuses études ont révélé le blocage que pourraient avoir certains collaborateur vis-à-vis d’une femme manager. Certains refusent catégoriquement de travailler sous les ordres d’une femme, d’autres trouvent que les femmes sont « trop émotives », et donc incapables de mener à bien leurs missions. C’est évidemment faux. Pour ma part, j’ai la chance de travailler aujourd’hui dans une entreprise qui respecte les compétences. C’est avant tout grâce à mon directeur général qui privilégie l’efficacité et qui encourage les femmes à gravir les échelons.

-          Vous êtes une des fondatrices de WIMEN pourquoi cette nouvelle impulsion dans la mesure où il y a déjà des plateformes comme l’AFEM ?

Je suis en effet membre-fondatrice du réseau des femmes dirigeantes WIMEN (Women international management & executif network). Un mouvement qui œuvre en faveur de l’ascension professionnelle des femmes dans l’entreprise et le développement de leur leaderships. Il s’agit en effet d’une nouvelle initiative qui ambitionne d’ajouter sa pierre à l’édifice et de contribuer au combat mené depuis plusieurs années par de nombreuses associations. Le travail est tellement colossal qu’il est primordial d’encourager toutes les actions dans ce sens car il n’y en aura jamais assez.

-          Vous avez participé au sommet à Marrakech pour les femmes arabes cheffes d’Entreprise ?

J’ai en effet participé à la Conférence des femmes d’affaires arabes et africaines, organisée à Marrakech les 13 et 14 février derniers. J’ai été invitée à intervenir dans le cadre de la session « Comment l’innovation renforce-t-elle le rôle des femmes entrepreneures dans le développement économique ? », notamment à travers les actions mises en place par 2M en faveur de la mise en avant du leadership féminin. Un événement d’une grande importance où j’ai eu l’occasion de rencontrer des femmes arabes et africaines d’exception, qui façonnent à leur manière le monde d’aujourd’hui et de demain. De véritable « rôle modèles » aux jeunes femmes souvent en manque d’inspiration.

Merci Khadija BOUJANOUI !


Mots clés: , , , , , , ,

Suivez-Nous

Ne manquez plus nos astuces, buzz, bons plans et dernières tendances en les recevant par mail.

ok
Please: don't use the images and text of UFFP WEBZINE on websites, blogs or other media without my explicit permission_ 2010 ©UNITED FASHION FOR PEACE_ All Rights Reserved
United Fashion For Peace 2013 :: Powered by PiVO