Share
Suivez nous

Poissons, histoires de pêcheurs, cuisiniers, Elisabeth Tempier raconte


La mer recèle une richesse infinie de goûts et de saveurs ; encore faut-il connaître le produit, savoir le choisir et le respecter.
Le livre d’ Elisabeth Tempier aux éditions  Libre & Solidaire,  nous y invite en donnant la parole à des chefs aussi célèbres que Joan Roca, Gérald Passédat, Vincent Lucas, Michel Portos, Éric Sapet, Maria Magistà et bien d’autres cuisiniers et cuisinières modestes et talentueux qui ont ici confié leurs recettes les plus originales…
Dans sa préface, Carlo Petrini, fondateur de Slow Food, nous incite à sauvegarder la biodiversité des fonds marins et à manger les poissons locaux. Cela permet de retrouver la variété des saveurs et des textures, tout en contribuant à une petite des saveurs et des textures, tout en contribuant à une petite pêche équilibrée sur l’ensemble des espèces.

 

nathalie (Copier)
Elisabeth Tempier Photo : © José Gouyen
Mais ce livre,  c’est surtout un plaidoyer pour défendre le métier de la pêche artisanal, qui reste respectueuse du littorale.
Entretien : 
Pourquoi ce livre?
C’est un livre écrit à plusieurs voix pour donner une idée de la culture de la pêche artisanale. Les pêcheurs racontent leur façon d’appréhender leur territoire, leur métier, leur savoir-faire, leur gestion de la pêche, l’évolution de leur environnement, leurs recettes culinaires…
La langue déjà est culture, leurs paroles sont retranscrites directement, ce qui donne un aspect très vivant au livre.
D’autres passionnés se joignent à eux pour livrer leur propre vision de la mer : un spécialiste du plancton, un passionné de chasse sous-marine qui connaît bien le comportement des espèces sous l’eau, des scientifiques, des environnementalistes…
En même temps, vous faites appel à de grands cuisiniers?
En réponse aux recettes des professionnels de la pêche, issus de plusieurs contrées (Italie, rapatriés d’Afrique du Nord, Provençaux…), nous avons demandé à des chefs de nous confier leur recette et ce, à propos d’espèces qui peuplent nos littoraux mais qui sont rarement déclinées dans les livres de cuisine : bogue, murène, sériole, pélamide, saupe, oblade…
Donner la parole aux pêcheurs artisans qui vivent de leur métier a plus de sens à nos yeux que les nombreux discours véhiculés sur la pêche pour des motivations qui ne sont pas toujours claires.
Vous êtes un peu comme la défenderesse de la pêche artisane ?
Cette culture est foisonnante, les pêcheurs artisans sont souvent des passionnés de la mer et connaissent très bien leurs fonds et les poissons qui les traversent. La gestion de la ressource et des territoires par les prud’homies méditerranéennes de pêche, issue des communautés de métiers du Moyen-Âge, est un modèle fascinant de gestion collective, à la fois simple, efficace, et basé sur le respect des individus et des générations futures (ce qui passe par une préservation des territoires). C’est un retour aux fondamentaux, aux antipodes de la privatisation de la ressource et des droits de pêche. Ces expériences de gestion collective sont fréquentes dans la pêche artisanale (cf. par exemple la gestion de la langoustine dans le Golfe de Gascogne abordé dans ce livre)
Vous dites que les petits pêcheurs, respectent l’environnement ?
Enfin, les pêcheurs sont les premiers « écolos » et de nombreuses histoires étonnantes témoignent de leur détermination pour préserver la qualité de leurs territoires : luttes juridiques contre EDF et l’Etat Français à propos de rejets d’eau douce dans l’étang de Berre, contre le comblement et le lotissement d’étangs à Palavas, implication dans la création et l’extension de cantonnements (Saint-Raphaël, Carry le Rouet..) pour n’en citer que quelques-unes.
Quel message au bout du compte?
S’il y avait un message à faire passer, ce serait la force de la culture et de gens passionnés et vivants, bien loin des messages mortifères assénés quotidiennement ! Cela dit, ces pêcheurs ont de grandes difficultés mais non celles que les médias leurs prêtent souvent : la fréquence des intempéries liée au changement climatique et l’inadaptabilité des règlements généralistes de la Politique Commune des Pêches, définis en référence aux pêches industrielles et intensives et non à la diversité des écosystèmes littoraux.

Résumé du livre :

Notre littoral est peuplé de ces petits bateaux artisans qui larguent l’amarre bien avant l’aube pour aller piéger quelques poissons dont nous avons parfois oublié les noms et les saveurs. Réglés sur la nature, familiers de leur jardin maritime, les pêcheurs – ces hommes singuliers, aux antipodes des industriels de la pêche, ravageurs d’océans – nous dévoilent un monde coloré, aux savoirs élaborés, fortement empreint d’humanité. C’est cet univers fantastique qui est conté tout au long des pages de ce livre allant de surprises en émerveillements : un beau voyage riche en embruns marins.
POISSONS_DER_COUV
Avec les recettes de Joan Roca, Gérald Passédat, Vincent Lucas, Michel Portos, Éric Sapet, Maria Magistà et bien d’autres cuisiniers et cuisinières modestes et talentueux…
Élisabeth Tempier, économiste de formation, s’intéresse dès 1984 à l’activité et à l’organisation des artisans pêcheurs. Elle crée en 2005 L’Encre de mer, une revue complétée peu après par un site Internet du même nom. Elle collabore avec divers acteurs pour préserver l’aspect artisanal, culturel et écologique de la pêche.

 

 


Mots clés: , , , ,

Suivez-Nous

Ne manquez plus nos astuces, buzz, bons plans et dernières tendances en les recevant par mail.

ok

Gastronomie

FISH4EVER

Art Expo

Artisanart

Please: don't use the images and text of UFFP WEBZINE on websites, blogs or other media without my explicit permission_ 2010 ©UNITED FASHION FOR PEACE_ All Rights Reserved
United Fashion For Peace 2013 :: Powered by PiVO