Share
Suivez nous

Georges Mak « mes robes épousent le corps féminin comme un corset »!

Ajouté par , Le juillet 1, 2014 , dans Catwalk, Fashion & Trends, Fashion Luxe, Non classé, Tendances de la saison

Les créations Georges Mak ont fait le tour du Monde, elles sont portées par des VIPS et des Stars. On les trouve entre autre, chez Harvey Nichols  ou l’Eclaireur, entre les marques européennes les plus illustres, il n’y a que deux ou trois designers libanais au Monde qui sont vendus dans ces grandes enseignes. Georges Mak en fait partie.

Des robes que l’on peut trouver en France, au Qatar, ou aux Emirats Arabes Unis. En 2013 il a été désigné “Best Designer Of the Year” par le magazine Cosmopolitan US. Entre la France et l’Italie mais également Beyrouth, Georges Mak crée avec passion et sublime les femmes, car il les aime et les comprend. Pour lui, sa couture est une création seconde peau qui respecte l’anatomie des femmes et quelque soit la taille.

Il a grandi avec une maman couturière, est parti s’installer adolescent sur Paris, a échoué en Tunisie où se fera le déclic qui le mènera au grand saut couture. Issu de l’école Esmod Paris, après une formation à Florence chez les plus grands dont le groupe qui gère Valentino, il revient à ses amours parisiennes.

Nous sommes allés à sa rencontre à Beyrouth, alors qu’il faisait la clôture de la Summer Fashion Week by Lips Events,  le mois de mai dernier ( UFFP était média partenaire )

Un défilé magistral qui avaient réuni plus de mille spectateurs sur la belle Marina de  Saint Georges Bay. Une collection sublime de maîtrise couture, de cohérence et d’élégance.

Un designer visionnaire, qui a tout compris, au langage sobre et éclairé, qui nous parle de sa passion pour un métier qui l’a vu grandir et surtout, son respect pour le corps de la femme qu’il n’a cesse de sublimer.

GEORGES MAK_7288

 Entretien avec Georges Mak

Par Fériel Berraies Guigny. Photos all rights reserved

La  couture une évidence pour vous ? J’ai grandi dans les jupons d’une maman couturière.   A l’époque et  très jeune on venait à moi, surtout les  clientes de ma maman, des amies à elles pour me demander conseil sur la tenue à porter, le choix de la couleur. Car j’avais déjà, un coup d’œil avisé sur ce qui allait bien sur une femme.  Mais il est vrai aussi, qu’à la base et par rapport à ma formation initiale, je ne me destinais pas à la mode et à la création. Ce sont des hasards de la vie, des rencontres, des sensibilités certaines qui m’y ont poussé.

BIANCA (Copier)

 camilla

Vous avez fait de grandes écoles ? Oui il y a une quinzaine d’années quand j’ai fait Esmod Paris et à l’époque, ce n’est pas l’école que cela est devenu aujourd’hui, où c’est de plus en plus commercial. A l’époque où j’avais eu ma formation, il n’y avait que deux institutions qui avaient pignon sur rue  dans la Capitale française : il s’agit d’Esmod Paris et la chambre syndicale de la Haute Couture française. C’était toute une institution !

CANDICE 3045 (Copier)candice

Pourtant vous ne saviez pas encore que cela allait votre vocation au départ ? Oui en même temps que je fréquentais Esmod Paris, j’avais initié un cours sur l’architecture intérieure et le design. J’étais friand de formation, je voulais  tout savoir, tout connaitre, et  le soir je prenais aussi des cours dans tout ce qui était audiovisuel et photos.

carlyne & dina bleu

carlyne & dina bleu

Je voulais comprendre tout ce qui était en rapport avec les photos shoots, le cinéma, comment manier un appareil photo. Savoir comment photographier quelque chose sur tous les angles. Tout se relie à la fin. Couture, photo, design.

DONATELLA 3045 (Copier)

Vous avez également une petite formation dans ce qui est lingerie ? Oui absolument,  car pour moi et cela reste un fait essentiel, il est important d’épouser le corps d’une femme, quand on crée une robe. La base d’une robe, c’est en quelque sorte, une architecture intérieure du corps de la femme.

Couverture francophone internationale UFFP webzine de juillet 2014. Stylisme Georges Mak Paris

Couverture francophone internationale UFFP webzine de juillet 2014. Stylisme Georges Mak Paris

Les robes Georges Mak sont des pièces d’architecture alors ? Oui chaque robe l’est, car chacune a le corset lingerie féminin qui est structuré par rapport à la taille de chaque femme et  c’est le tissu de la robe qui vient envelopper cette architecture.

Vous faites toutes les tailles ? Oui absolument, on n’a pas besoin, d’avoir une taille 36, mêmes les femmes qui font du 48 sont sublimes. Dans chaque femme il y a une beauté et une sensualité existante, c’est notre travail à nous les designers, que de la sublimer.

La mode pour vous alors c’est ? C’est une attitude avant tout, c’est aussi le miroir de ce que l’on peut refléter de l’intérieur. La couture est pour toutes les femmes, la féminité est là partout, il faut vraiment bien comprendre les femmes pour mieux les habiller.

JUDE 3045 (Copier)Jude

Vous dites également qu’en dehors de vos formations, ce sont aussi certaines rencontres qui vous ont poussé à devenir designer de mode ? Oui après mes études, j’avais envie de bourlinguer et j’avais entendu parler du lien entre la France les phéniciens et Carthage en Tunisie. Je me cherchais, je ne savais pas encore où je voulais m’établir et pourtant j’ai atterri en Tunisie, le temps de vacances. La vie pour moi, c’est comme une scène de théâtre, je me laisse guider. En Tunisie, c’était l’époque du grand boom, avec des hôtels magnifiques et un luxe sans égal. J’étais assis dans un  resto puis je vois arriver Aldo Falcone qui dirige un groupe qui travaillait à l’époque pour Valentino etc. Ils parlaient de mode avec une table de personnalités et la semaine d’après, je reçois une invitation de leur part me disant de venir travailler avec eux sur Florence. Je me retrouvais dans un triangle du genre Tunis Paris Florence, c’était le début d’une porte qui s’ouvrait pour moi.

Liz

Liz

Florence Paris ? Oui j’ai une double expérience, une expérience italienne et française mais  le déclic vient de la Tunisie !

Des designers qui vous bluffent ? Enfin c’est un tout, pas uniquement les designers, mes influences c’est à partir du quotidien, de mes voyages, parfois des personnes anonymes aussi. Mais si je dois penser à un designer, je dirai Alexander Mac Queen sans hésitations. C’était un génie, il proposait de la création pure, mais celui d’avant, le vrai. Pour les classiques les incontournables, je dirai la Maison Givenchy.

MERYL 3045 (Copier)

Paris votre capitale ? C’est chez moi, je suis partie de Beyrouth après la guerre, j’étais ado, j’ai grandi là bas, c’est fou mais quand je crée, il faut que cela soit à Paris, même quand je défilais en Italie, ma création se faisait à Paris, pour moi c’est un laboratoire d’idées. Les croquis et les idées se font sur Paris, tout me nourrit, le fait de  marcher sur Paris, de traverser les ponts.

Regarder le melting pot d’une capitale pour vous nourrir ? Oui je me mets sur la terrasse d’un café et je vois ce cortège humain défiler devant mes yeux, toutes ces cultures et ces influences.

PERLA&NOUR (Copier)Perla&Nour

Vous ne défilez pas ? Non je fais la fashion  week, cad que j’expose mes créations dans les salons dont Tranoi Montaigne qui est le show room le plus privé au Monde. Dans la mode il y a deux façons de vendre, faire des défilés spectaculaires cautionnés par des institutions de  mode, ou alors dans des salles obscures. Moi je fais le choix, de ne pas défiler et d’exposer. Je fais le top en matière de show rooms et dans le même calendrier officiel.

Priscilla & Djulia

Priscilla & Djulia

Parlez nous de votre création, qu’est ce que la Georges Mak touch ? La robe GM est une seconde peau, il faut tenter de réunir le confort, la beauté et le glamour. On  ne porte pas de soutiens gorge avec nos robes, il y a un corset qui tient tout avec des matières très fines. C’est du tulle de soie, du stretch couture.  Chaque robe est différente et sans couture et elles sont légères, pas plus de 2 kgs, moins qu’un jeans. C’est de la création, je fais un produit qui est aussi bien fait qu’une pièce de haute couture.

La collection hivernale de Georges Mak ? Nous suivons les tendances de la saison et elles sont là. Les couleurs de l’année prochaine sont le  vert  forêt, le navy marine et le rouge et le noir. Les coupes ont changé  on a donc les coupes princesses, coupées à la taille. La taille est marquée avec une ceinture ou un petit détail de broderie et après cela part en évasé. On montre ainsi une silhouette féminine et ce sera la dominante.

TATIANA (Copier)Tatiana

Au niveau des tissus ? On aura beaucoup de dentelles et de broderies, on s’éloigne par contre de tout ce qui est Cristal pour revenir à tout ce qui est rebrodé avec des fils de soie. Les tissus sont rebrodés de fil de soie en lurex, on souligne les tailles avec des ceintures de soie ou en taffetas.

La Abeya noire a fait une furie ? Oui cette robe est très sexy, elle a fait le tour du Monde, de Paris  à New York et elle était hyper transparente et elle a fait une grande sensation.

Une robe fait travailler beaucoup de petites mains ? Chaque robe a plein de petites mains,dés le début que ce soit le choix du tissu, la broderie, le choix de la ceinture, la petite boucle, le corset, vous avez les petites mains qui entrent en scène. Il faut compter 50 personnes par robe. Une robe peut prendre de 3 à une semaine,  il y a toujours 50 personnes derrière chaque robe.

Le luxe durable ? Évidemment, pour ma part, je suis très soucieux des artisans qui travaillent avec moi, et je respecte les personnes qui travaillent avec moi et je fais très attention aux choix des tissus et des conditions de production également. Notre produit est exceptionnel et l’on tient compte de tous ces paramètres. Je suis le produit du début à la fin, et tout le monde est content de travailler avec notre maison, pour toutes ces bonnes raisons.

Yvette

Yvette

Des causes vous tiennent à cœur ? Oui bien sur, on a travaillé pour une association pour les enfants, durant mon séjour en mai. Le 23 mai j’avais aussi assisté sur Paris, à un gala caritatif  organisé par l’Ambassade des États Unis à Pavillon dauphine et j’y ai fait une présentation de 15 robes et j’ai donné aux enchères deux robes. Je suis là toujours quand on me sollicite.


Mots clés:

Suivez-Nous

Ne manquez plus nos astuces, buzz, bons plans et dernières tendances en les recevant par mail.

ok

Tendances de la saison

PUMA by Karl Lagerfeld

Please: don't use the images and text of UFFP WEBZINE on websites, blogs or other media without my explicit permission_ 2010 ©UNITED FASHION FOR PEACE_ All Rights Reserved
United Fashion For Peace 2013 :: Powered by PiVO