Karin Han revisite Mme de Pompadour dans un nouveau roman

  • By UFFP
  • 1 mars 2017
  • 0
  • 333 Views
Reine des Lumières  est  le nouveau roman historique de Karin Hann, paru ce mois de mars aux éditions du Rocher, il est le cinquième roman du genre de l’auteure. Éprise d’histoire et de littérature, une vraie passion comme elle nous l’a confié, Karin Hann a choisi d’immortaliser cette héroïne historique, un destin incroyable encore une fois revisité.
UFFP s’est entrenue avec la romancière.

Le roman historique est une passion? C’est aussi une écriture complexe?

Je publie aujourd’hui mon cinquième roman historique. Si l’on considère la somme de travail que cela représente, entre l’écriture et les nombreuses recherches, on ne peut le faire que porté(e) par la passion. C’est une écriture plus complexe, qui demande un investissement énorme. Tous les faits que je rapporte sont historiquement exacts, c’est pour moi une exigence absolue. Et je crée toujours des annexes dans lesquelles mes lecteurs peuvent avoir un complément d’information et vérifier mes sources. Cependant, il faut trouver un juste équilibre entre l’histoire que l’on met en scène et le romanesque. Il ne s’agit pas de faire un traité d’histoire mais, en quelque sorte, de « filmer » les personnages dans l’action… avec des mots !

 

KH1

 

Pourquoi avoir choisi d’écrire sur Mme de Pompadour ?

Parce que cette femme est admirable, elle fut une esthète et une mécène. Elle a compris le mouvement de son siècle et l’a accompagné. Par ailleurs, son histoire avec Louis XV qui démarre dans l’amour et se poursuit dans l’amitié est singulière et attachante. Mais comme dès que l’on cherche, on trouve, je me suis vite aperçue que je rencontrais un personnage terriblement romanesque, à mille lieues des images depapier glacé que l’on donnait d’elle. Ce n’est pas le hasard qui l’a placée sur le chemin du roi ; de même qu’elle n’a pas été non plus cette favorite autoritaire et affairiste que l’on a souvent décrite. La vérité, comme souvent, est ailleurs, et bien plus riche !

 

A cette époque, elle était déjà une féministe dans son genre et sans conteste, elle a régné prés de 20 ans dans la Cour du Roi et dans son cœur ?

Il est peut-être hasardeux de parler de « féministe », mais il est certain qu’elle a occupé les fonctions d’un ministre d’État et qu’elle avait l’oreille du roi qui lui faisait confiance. Elle ne siégeait bien sûr pas au Conseil, mais Louis XV écoutait son avis. On dirait aujourd’hui qu’elle était aussi sa « chargée de communication ». Il convient toutefois de souligner que beaucoup de femmes se sont illustrées dans les siècles passés sous l’ancien régime et que l’on a tendance à l’oublier car Michelet a réécrit l’histoire au XIXe avec un prisme très orienté. Catherinede Médicis, pour ne parler que d’elle avait une envergure politique incroyable. Balzac a dit d’elle qu’elle fut l’un de nos plus grands rois et c’est une réalité. Mais il fallait, avec la Révolution, jeter le discrédit sur le travail des monarques. Quant à celui des femmes, il était de bon ton dedire qu’elle n’avait jamais tenu le moindre rôle et que tout cela allait changer !

 

C’était une personnalité indéniable voire iconique, comment avait elle réussi à s’immiscer dans les plus grands secrets « de la cour » ?

Elle est devenue, au fil du temps, la meilleure amie du roi, parce qu’il a compris qu’elle lui était extrêmement attachée, et pas uniquement pour son statut, ce qui avait, et on peut le comprendre, une valeur inestimable à ses yeux. Elle était drôle, pleine de vie, face à une Louis XV en proie à de graves épisodes dépressifs. Elle parvenait à le distraire et le rassurer. Par ailleurs, elle a pris ses distances avec les frères Pâris, desaffairistes parisiens qui l’ont aidée dans son ascension, et n’avait aucune grande famille pour la soutenir, ce qui était très important pour le souverain qui refusait de se voir manipulé par les nobles de France. Elle était au cœur du dispositif de l’État, mais l’erreur à ne pas commettre serait de penser qu’elle dirigeait le royaume. Le règne de Louis XV est loin d’être négatif mais il lui a toutefois fallu gérer l’héritage politique du Roi-Soleil ! On connaît mieux aujourd’hui la personnalité du roi. Il n’était certainement pas le monarque passif qui se serait laissé gouverner par sa favorite !

 

Plus qu’une fresque romanesque, vous y dépeignez des intrigues, mais également des moments d’une époque révolue que vous avez réussi avec talent à réhabiliter. Il vous a fallut beaucoup de recherches dans les archives ?

Les recherches sont la base de mon travail lorsque j’écris, c’est valable pour mes romans historiques, comme pour les deux autres livres que j’ai publiés, l’un sur Pagnol, l’autre sur Gainsbourg. Sans doute écrirai-je un jour un « roman moderne », mais il est vrai qu’apprendre, fouiller, se documenter, découvrir, recouper, évaluer est un enrichissement et une stimulation incroyables. Ce désir, permanent chez moi, est sans doute motivé par ma formation universitaire. Je ne souhaite pas nécessairement réhabiliter une époque : mon ambition est de la faire revivre. Je décris les mœurs, les coutumes, l’art de la table, du vêtement, la façon de vivre. La forme romanesque me permet de donner vie àdes informations pratiques, à des faits historiques, en n’oubliant jamais que les gens qui ont fait l’histoire étaient des êtres de chair et desang, avec leurs fêlures, leurs rêves, leurs frustrations et… leur histoire personnelle. C’est passionnant !

 

Quand vous commencez un roman historique quel est votre modus operandi?

Il y a d’abord le choix du sujet. Certains personnages de l’histoire m’ont toujours attirée, souvent parce que comme Fouquet ou Mme dePompadour, ce furent des découvreurs de talents –voire de génies !–, qu’ils ont ensuite encouragés et pensionnés. Ces deux êtres ne sont pas issus de la haute noblesse et ont réussi à graviter dans l’entourage du monarque en imprimant leur marque sur le règne. Même si Fouquet a fini destitué et emprisonné, il a lancé le Grand Siècle ! Et l’on parle toujours, au XXIe, du « style Pompadour », synonyme de raffinement. Il y a aussi les personnages qui me fascinent par leur force et leur ténacité, comme Catherine de Médicis ou Anne d’Autriche, deux femmes que j’ai adoré mettre en scène parce qu’elle sont pour moi des modèles d’intelligence, de résilience et de résistance. Mon mode opératoire est simple : une dialectique permanente, un va-et-vient constant entre recherches et écriture. Je ne cesse de me documenter, tout en avançant dans mon roman, et parfois, une découverte en réoriente la trame dramatique. Écrire est une leçon d’humilité. Si l’on croit tout maîtriser, on se trompe. Bien souvent, on pense avoir crée un personnage, alors que c’est lui qui vous a pris par la main !

 

UFFP

UFFP la Fondatrice et Présidente FERIEL BERRAIES GUIGNY :
Tour à tour mannequin, criminologue, diplomate et journaliste, la franco tunisienne Fériel Berraies Guigny a lancé en février 2011, une Association loi 1901 du nom de United Fashion for Peace. Parmi les activités de l'Association, une Caravane de mode internationale qui met en avant la paix, la tolérance, le dialogue entre les civilisations par le biais de la mode et de l'artisanat éthique. Née dans la foulée du printemps arabe, cette Association réunit tous les artistes du monde pour la paix, désireux de donner de l'espoir dans des régions en crise ou en transition. Depuis le mois de mai dernier, le magazine en ligne a aussi vu le jour pour être le portevoix de tous ses combats pour une planète éthique. La première programmation de la Caravane de mode se fera prochainement en février 2012 en Afrique subsaharienne sous la thématique de l'éducation pour la paix à la Triennale de l'Education en Afrique. Sept pays ont été les Ambassadeurs, Tunisie, Maroc, Cameroun, Afrique du Sud, France/Niger et Burkina Faso.
Fériel Berraies Guigny dirige par ailleurs, depuis des années deux panafricains New African en co rédaction et New African Woman/ Femme Africaine qu'elle a crée pour le groupe de presse britannique IC publications. Elle a longtemps été journaliste correspondante presse pour la Tunisie.

UFFP Contenu rédactionnel webzine :
Magazine français pour une planète éthique. Se veut une plateforme internationale pour une mode éthique qui défend la paix, la tolérance, l'échange, le dialogue entre les civilisations par le biais de la culture, de la création et de l'artisanat. Rubriques : 'Planète éthique' - 'Le rendez-vous des entrepreneurs' - 'Ethnical Conso : beauté bio, manger éthique' - 'Ethical Fashion' - 'Eco Déco' - 'Culture éthique' - 'Eco Evasion' - 'Société et éthique' - 'Femmes d'Ethique' - 'Prix Ethique' - 'Paroles Ethique'.
Mission de l'Association UFFP :
La Caravane United Fashion for Peace est née ce mois de février passé dans la foulée du printemps arabe et suite au massacre de femmes ivoriennes dans le marché lors des affrontements civils dans le pays. C'est une Association loi 1901française, née du désir de rendre hommage a à tous ceux qui ont perdu la vie pour un idéal de paix dans le Monde, tous ceux qui ont été sacrifiés alors qu’ils recherchaient simplement la dignité humaine. Cette Association et plateforme internationale est apolitique, sans coloration religieuse ou ethnique, elle se bat pour la mode éthique, défend par le biais de la culture, de la création et de l'artisanat, la paix, la tolérance, l'échange, le dialogue entre les civilisations.
Dans le farouche désir de combattre pacifiquement les injustices sociales et économiques à l'encontre des peuples par la culture, elle entend véhiculer des messages d'humanité. Son slogan le beau au service de l'autre, permet des passerelles, des rencontres et l’ acceptation des diversités couture. L'esthétique pour l'éthique reste son credo.

United Fashion for Peace entend fédérer le meilleur de la création internationale dans le respect de la diversité, des us et des coutumes. Tout un symbole de paix aujourd'hui, alors que le Continent continue de subir les soubresauts de son histoire.
Investir dans la paix c'est investir dans les peuples
UFFP est une plateforme internationale destinée à valoriser la création éthique centrée sur le développement humain durable.
Pont couture entre les peuples du Monde, cette plateforme a pour vocation de faire la promotion d'une création éthique et sans frontières. Favoriser un jour le commerce équitable de ces produits, pouvoir faire venir les artistes sur Paris pour leur organiser des défilés et vendre leurs produits.
United Fashion for Peace, c’est un concept qui propose un défilé de mode « clés en main », une animation « décalée » à l’occasion d’une manifestation, d’un colloque, d’un forum, d’assises politiques, économiques, scientifiques.
United Fashion for Peace c’est la présentation d’artistes qui font vivre et revisitent une culture, c’est un témoignage de richesse et de savoir faire, c’est la promotion du développement durable avec l’ambition d’accéder à la conscience durable
United Fashion for Peace c’est un vecteur d'amour et le partage dans la création.
Pour les organisateurs il s'agit de créer un évènement mais aussi de véhiculer une philosophie de vie dans la création. Pour laisser quelque chose aux générations futures " loin des passerelles du luxe, UFFP est avant tout une histoire d'amour et d'amitié avec les peuples, leur création, leur identité et leur patrimoine au service de l'autre.

C'était une idée, elle est devenue un projet, aujourd'hui une Association qui a hâte de trouver des programmateurs, des sponsors et des partenaires afin de pouvoir sa première édition.
UFFP dans le Monde
UFFP est à la recherche de programmations dans le Monde, de partenaires et de sponsors qui souhaiteraient se rapprocher de l'éthique, du développement durable, de la préservation des Arts et métiers, des droits de l'homme, de la culture et de la parité, sans oublier le dialogue entre les civilisations qui sont les valeurs qu'elle véhicule.
A chaque programmation dans un pays où événement donné, sont mis en avant les créateurs du pays hôte qui sont dans l'éthique.
UFFP s'adapte à toutes les thématiques et les rencontres politiques, économiques, culturelles, développement, environnements, bio, bilatérales, multilatérales, fêtes d'indépendance, fêtes nationales, parité, jeunesse, droits de l'homme, ou encore pour médiatiser une problématique donnée de la région.
A terme, L'Association voudrait pouvoir faire également du caritatif, et organiser des ventes de charité, au profit d’une ONG ou association défendant des valeurs similaires et la mettre en avant à l'occasion d'un défilé programmé.
Siteweb: http://www.unitedfashionforpeace.com
contact: unitedfashionforpeace@gmail.com

UFFP mode d'emploi :
La promotion d’un pays passe par la mise en avant de ses valeurs, de ses atouts et par une communication à la fois ciblée, régulière et soutenue. La Côte d'Ivoire de la paix et de la réconciliation souhaite développer un tourisme culturel mais également donner une image positive d’une Afrique à la fois moderne et traditionnelle où les valeurs humaines, sociales et pacifiques prédominent.

View All Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *