Le Voyage à Tombouctou de René CAILLIE. Tome 1 et 2 un must read de l’histoire !

  • By UFFP
  • 12 avril 2012
  • 0
  • 287 Views

Par Fériel Berraies Guigny

 


Le récit du voyage de René Caillié paru aux éditions de la Découverte (2008) est tiré de la version originale du journal intitulé « Journal de voyage à Tombouctou et à Jenné » dans l’Afrique Centrale.

Il réunit un ensemble d’observations faites chez les Maures Braknas, les Nalous et autres peuples pendant les années 1824,1825,1826,1827, 1828 par René Caillé. Dans cette édition de 2008, l’orthographe de l’auteur a été scrupuleusement respectée. Deux volumes racontent comment de Caravane en Caravane, l’auteur déguisé en arabe, converti à l’Islam et le pratiquant scrupuleusement est allé à la rencontre des populations arabes et africaines. Alors que son histoire est entrée dans la légende, on ne connaît que très peu de choses sur la réalité quotidienne de ce périple. Les deux Tomes proposent une retranscription fidèle du vécu et du ressenti du voyageur. Reprenant intégralement la première édition de 1830 et mettant en lumière un tableau authentique des sociétés de l’époque. Le 20 avril 1828, le jeune René Caillié (28 ans) découvre Tombouctou, une cité interdite aux chrétiens, sur les bords du Niger. Elle était seulement connue d’après la description d’un voyageur des plus illustres du XVIe siècle, notre ancêtre européen d’Afrique, Léon l’Africain !
Le rêve fou d’un jeune européen
Fils d’un pauvre boulanger des Deux-Sèvres, René Caillié a grandi en rêvant d’Afrique. Il se fait enrôler comme moussaillon sur une escadrille qui quitte Bordeaux pour le Sénégal le 27 avril 1816. Elle compte cinq navires dont la frégate la Méduse, vouée à une tragique fin. René Caillié échappe au naufrage et arrive à Saint-Louis-du-Sénégal. Là, il a connaissance d’une expédition anglaise partie sur les traces d’un célèbre explorateur écossais, Mungo Park, aventurier dont on a perdu les traces depuis plus de dix ans en Afrique. Démuni et sans ressources, il tente de rejoindre l’expédition en question. Mais trop épuisé, il doit renoncer et retourne à Bordeaux.

Partir pour mieux revenir
En 1824, René Caillé peut enfin revenir au Sénégal pour réaliser son rêve de jeunesse. Le gouverneur de l’époque, le baron Roger tente de le dissuader en lui parlant des grands dangers qui l’attendent. Mais le rêve de Tombouctou est le plus fort. René Caillié rejoint un groupe de Maures et en un an, apprend leurs coutumes ainsi que quelques rudiments de langue arabe. Il s’applique à déchiffrer le Coran. Le 19 avril 1827, il quitte Saint-Louis avec une petite caravane, se faisant passer pour un enfant d’Alexandrie (Égypte) enlevé par les troupes de Bonaparte et désireux de revenir chez lui. Un an après son départ du Sénégal, il parvient au but.
La fin du rêve
Tombouctou ? Loin du rêve idéalisé, la ville africaine fleuve et désert, n’offre aucunes des richesses convoitées dont on a tant parlé dans les récits (toits en or, dallages,…) Après deux semaines durant lesquelles il accumule des notes entre les pages de son Coran, René Caillié prend le chemin du retour avec une caravane d’esclaves qui remonte vers le Maroc, dans des conditions très éprouvantes.
Le 5 décembre 1828, à Paris, en présence de l’illustre paléontologue Georges Cuvier, la Société de Géographie remet à René Caillié la somme de 10.000 francs promise au premier Européen qui ramènerait une description de Tombouctou.
René Caillié publie son Journal d’un voyage à Tombouctou. C’est aussitôt un grand succès de librairie. L’explorateur revient dans sa région natale où il meurt le 15 mai 1839, à 39 ans, marié et père de quatre enfants.
Déconstruire le mythe de l’aventurier conquérant
La réalité quotidienne de ce voyage à Tombouctou et ses contraintes n’ôtent pas le fait que ce périple est avant tout initiatique et visionnaire. Il signe les premiers échanges des sociétés africaines de l’époque, leurs échanges à travers le Sahara, du Maghreb à l’Afrique noire, au début du XIXe siècle, avant la pénétration coloniale européenne. Des observations sur les us et coutumes des peuplades de la région qui nous révèlent aussi le portrait d’un jeune homme d’origine modeste, humble et volontaire, assoiffé de connaissance et très curieux des autres. Homme de tolérance et d’échange. Le siècle des lumières a voulu faire de lui un précurseur de la conquête européenne dans ces régions. Fausse réputation. Car René Caillié n’était pas un aventurier ni un conquérant mais plus un rêveur des grands espaces, un être idéaliste, épris d’universalisme. Son Voyage et son récit fascinent toujours autant aujourd’hui, plus d’un demi-siècle tard. Ce journal et sa publication sont une grande première pour l’époque. Le voyage tout autant, un véritable exploit qui lui coûtera d’ailleurs la vie. Mais René Caillié a vécu son rêve, bien que le prix fut fatal. Cet homme restera à jamais, le voyageur européen qui a marché sur les traces de Léon l’Africain. Mais il n’est restera pas moins, un Monsieur tout le Monde, libre et obstiné. Il a vécu en marge de la Société, n’a cautionné aucune Académie. Il a choisi de se déclasser, à goûté à la pauvreté et à la faim pour mieux vivre son Afrique.

René Caillé Bio Expresse :
Né en 1799, René Caillié s’est embarqué pour le Sénégal à l’âge de dix-sept ans. Il est mort en 1838, des suites des maladies et de l’épuisement subis au cours de son voyage. Son voyage africain de 1824 à 1828, de caravane en caravane, déguisé en Arabe, converti à l’Islam et le pratiquant scrupuleusement, est entré dans la légende. C’est le premier européen après Léon l’Africain a avoir fait une expédition jusqu’à Tombouctou.

 

 

UFFP

UFFP la Fondatrice et Présidente FERIEL BERRAIES GUIGNY :
Tour à tour mannequin, criminologue, diplomate et journaliste, la franco tunisienne Fériel Berraies Guigny a lancé en février 2011, une Association loi 1901 du nom de United Fashion for Peace. Parmi les activités de l'Association, une Caravane de mode internationale qui met en avant la paix, la tolérance, le dialogue entre les civilisations par le biais de la mode et de l'artisanat éthique. Née dans la foulée du printemps arabe, cette Association réunit tous les artistes du monde pour la paix, désireux de donner de l'espoir dans des régions en crise ou en transition. Depuis le mois de mai dernier, le magazine en ligne a aussi vu le jour pour être le portevoix de tous ses combats pour une planète éthique. La première programmation de la Caravane de mode se fera prochainement en février 2012 en Afrique subsaharienne sous la thématique de l'éducation pour la paix à la Triennale de l'Education en Afrique. Sept pays ont été les Ambassadeurs, Tunisie, Maroc, Cameroun, Afrique du Sud, France/Niger et Burkina Faso.
Fériel Berraies Guigny dirige par ailleurs, depuis des années deux panafricains New African en co rédaction et New African Woman/ Femme Africaine qu'elle a crée pour le groupe de presse britannique IC publications. Elle a longtemps été journaliste correspondante presse pour la Tunisie.

UFFP Contenu rédactionnel webzine :
Magazine français pour une planète éthique. Se veut une plateforme internationale pour une mode éthique qui défend la paix, la tolérance, l'échange, le dialogue entre les civilisations par le biais de la culture, de la création et de l'artisanat. Rubriques : 'Planète éthique' - 'Le rendez-vous des entrepreneurs' - 'Ethnical Conso : beauté bio, manger éthique' - 'Ethical Fashion' - 'Eco Déco' - 'Culture éthique' - 'Eco Evasion' - 'Société et éthique' - 'Femmes d'Ethique' - 'Prix Ethique' - 'Paroles Ethique'.
Mission de l'Association UFFP :
La Caravane United Fashion for Peace est née ce mois de février passé dans la foulée du printemps arabe et suite au massacre de femmes ivoriennes dans le marché lors des affrontements civils dans le pays. C'est une Association loi 1901française, née du désir de rendre hommage a à tous ceux qui ont perdu la vie pour un idéal de paix dans le Monde, tous ceux qui ont été sacrifiés alors qu’ils recherchaient simplement la dignité humaine. Cette Association et plateforme internationale est apolitique, sans coloration religieuse ou ethnique, elle se bat pour la mode éthique, défend par le biais de la culture, de la création et de l'artisanat, la paix, la tolérance, l'échange, le dialogue entre les civilisations.
Dans le farouche désir de combattre pacifiquement les injustices sociales et économiques à l'encontre des peuples par la culture, elle entend véhiculer des messages d'humanité. Son slogan le beau au service de l'autre, permet des passerelles, des rencontres et l’ acceptation des diversités couture. L'esthétique pour l'éthique reste son credo.

United Fashion for Peace entend fédérer le meilleur de la création internationale dans le respect de la diversité, des us et des coutumes. Tout un symbole de paix aujourd'hui, alors que le Continent continue de subir les soubresauts de son histoire.
Investir dans la paix c'est investir dans les peuples
UFFP est une plateforme internationale destinée à valoriser la création éthique centrée sur le développement humain durable.
Pont couture entre les peuples du Monde, cette plateforme a pour vocation de faire la promotion d'une création éthique et sans frontières. Favoriser un jour le commerce équitable de ces produits, pouvoir faire venir les artistes sur Paris pour leur organiser des défilés et vendre leurs produits.
United Fashion for Peace, c’est un concept qui propose un défilé de mode « clés en main », une animation « décalée » à l’occasion d’une manifestation, d’un colloque, d’un forum, d’assises politiques, économiques, scientifiques.
United Fashion for Peace c’est la présentation d’artistes qui font vivre et revisitent une culture, c’est un témoignage de richesse et de savoir faire, c’est la promotion du développement durable avec l’ambition d’accéder à la conscience durable
United Fashion for Peace c’est un vecteur d'amour et le partage dans la création.
Pour les organisateurs il s'agit de créer un évènement mais aussi de véhiculer une philosophie de vie dans la création. Pour laisser quelque chose aux générations futures " loin des passerelles du luxe, UFFP est avant tout une histoire d'amour et d'amitié avec les peuples, leur création, leur identité et leur patrimoine au service de l'autre.

C'était une idée, elle est devenue un projet, aujourd'hui une Association qui a hâte de trouver des programmateurs, des sponsors et des partenaires afin de pouvoir sa première édition.
UFFP dans le Monde
UFFP est à la recherche de programmations dans le Monde, de partenaires et de sponsors qui souhaiteraient se rapprocher de l'éthique, du développement durable, de la préservation des Arts et métiers, des droits de l'homme, de la culture et de la parité, sans oublier le dialogue entre les civilisations qui sont les valeurs qu'elle véhicule.
A chaque programmation dans un pays où événement donné, sont mis en avant les créateurs du pays hôte qui sont dans l'éthique.
UFFP s'adapte à toutes les thématiques et les rencontres politiques, économiques, culturelles, développement, environnements, bio, bilatérales, multilatérales, fêtes d'indépendance, fêtes nationales, parité, jeunesse, droits de l'homme, ou encore pour médiatiser une problématique donnée de la région.
A terme, L'Association voudrait pouvoir faire également du caritatif, et organiser des ventes de charité, au profit d’une ONG ou association défendant des valeurs similaires et la mettre en avant à l'occasion d'un défilé programmé.
Siteweb: http://www.unitedfashionforpeace.com
contact: unitedfashionforpeace@gmail.com

UFFP mode d'emploi :
La promotion d’un pays passe par la mise en avant de ses valeurs, de ses atouts et par une communication à la fois ciblée, régulière et soutenue. La Côte d'Ivoire de la paix et de la réconciliation souhaite développer un tourisme culturel mais également donner une image positive d’une Afrique à la fois moderne et traditionnelle où les valeurs humaines, sociales et pacifiques prédominent.

View All Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *