Share
Suivez nous

Pièces anciennes et artisanat au Festival de mode de Tunis


Merveilles de l’artisanat tunisien dans les coulisses du festival de mode de Tunis

Photos Diane Cazelles pour UFFP

En marge des défilés et des ateliers conférence du 1er Festival de mode de Tunis ( 4 et 5 avril 2013), une exposition artisanale a mis en avant de magnifiques pièces de collection. Habits traditionnels, robes de mariées et tenues de cérémonie étaient donc là pour le plaisir des yeux, dont certaines datant du 18es. Le meilleur de l’artisanat tunisien et certaines pièces assez rares étaient au rendez vous.

Quand l’ancien est  intemporel et qu’il     est remis à l’ordre et au gout du jour, on constate alors, la richesse du patrimoine artisanal tunisien. Qui peut du reste  rester insensible à cette identité culturelle si chère à la Tunisie, mise en berne du fait d’une conjoncture sociopolitique défavorable ? Cette exposition aura  en tout cas eu le mérite d’éveiller certaines consciences endormies.

L’Histoire de la Tunisie est tissée sur plusieurs civilisations dont les civilisations punique, carthaginoise, romaine et arabo- islamique, d’où la richesse et la diversité de son patrimoine civilisationnel, illustrée par l’artisanat, les traditions, les costumes, l’art culinaire, l’architecture .

Les activités artisanales en Tunisie sont liées depuis toujours aux besoins de la vie quotidienne et aux régions d’origine.

La medina de Tunis, par exemple, avec son cachet architectural typique, renferme des souks d’artisanat, aux alentours, de la grande mosquée de la Zitouna, aux cotés de mederssas, d’établissements scolaires et d’anciennes demeures d’habitation.

Chaque souk s’est spécialisé dans un genre particulier d’artisant: Souk Echawachine est réservé à la confection et à la vente de la chéchia.

Ce sont les Andalous et les maures qui ont introduit cet artisanat en Tunisie.

Souk El Attarine s’est spécialisé dans la distillation des senteurs et des parfums. Souk El Balghagia (el balga: chaussures pour hommes en cuir), Souk ennehas, lieu où l’on forge le cuivre. Souk el birka, pour la fabrication des bijoux et le commerce de l’or.

Souk Ellefa est consacré au textile, laine et soie, en particulier à la confection du burnous et la djebba.

Souk Essarajine (selliesrs) où l’on fabrique des selles couvertes de soie brodée de fils d’argent… d’autres Souks attirent le promeneur à travers les ruelles de la medina.

Parmi les métiers qui ont connu un grand essor à Tunis et dans d’autres villes de l’intérieur du pays figure la fabrication des bijoux, activité qui remonte à l’ère punique:  »kholkhale »,  »rihana », »khomsa » et autres bijoux sertis d’ambre et de corail font le bonheur des femmes.

Par ailleurs la pâtisserie traditionnelle (baklawa et autres confiseries) d’origine turque, en plus de la Assida de Zgougou (pin d’Alep), la jawia (confiserie de Sidi Belhassen) et les Twajen (petits fours) de pistache et d’amande, sont très prisées des mains des femmes tunisoises.

A Zaghouan, la distillation de la fleur d’églantier s’effectue jusqu’à nos jours.  »l’eglantier » se fête chaque année dans le cadre d’un festival qui accueille des milliers de visiteurs tunisiens et étrangers.

La région du Cap Bon est connue par la poterie, la ceramique et l’industrie du cuir et du verre.

A Dar Chabaane El Fehri, près de Nabeul, les artisans de la gravure sur pierre sont d’une dextérité légendaire.

L’Ile de Djerba est connue aussi pour la poterie.

Les régions de Tataouine et de Kébili, aux portes du désert, possèdent des traditions bédouines influencées par le nomadisme et le passage des caravanes d’où les tentes, le port de vêtements fabriqués en laine ou en cuir, sans oublier les tapisseries murales.

Dans le Djerid tunisien embelli de palmeraies, de nombreux métiers de l’artisanat utilisent les rameaux et les troncs de palmiers comme matières premières, pour la fabrication de meubles, d’outils, de portes et de plafonds.

L’on fabrique également à partir de rameaux, des nattes, des tapis, des couffins et des chapeaux.

L’aspect architectural de la région se distingue, aussi, par un cachet unique avec le recours dans la construction aux briques jaune ocre.

Pour sa part, la ville de Gafsa est renommée pour la confection du  »klim » et du  »Mergoum » qui recouvre les parterres ou les murs.

En laine, ces tissages sont inspirés des couleurs de la région.

Les villes du Sud de la Tunisie ont, aussi, conservé leurs habitudes culinaires avec des recettes d’origine berbère tels que le  »barkoukesh », couscous à gros grain, la  »m’tabga » sorte de pizza pliée en deux, ou la  »mardouma » pain cuit dans du sable-brasier.

L’on ne peut évoquer les métiers de l’artisanat sans parler des célèbres tapis de Kairouan dont la renommée a traversé les frontières.

D’origine turque, les tapis auraient été introduits en Tunisie par les Hafsides.

La sculpture sur bois, s’est développée, au Nord du pays.

Les artisans s’étant spécialisés dans la fabrication d’ustensiles de cuisine et dans la confection de bibelots.

Sejnène, dans la région de Bizerte, s’est spécialisée dans la poterie, Béja dans la fromagerie, Mateur dans la fabrication de la poudre à fusil.

La ville de Thala, quant-à-elle, est célèbre pour la qualité de son marbre.


Mots clés:

Suivez-Nous

Ne manquez plus nos astuces, buzz, bons plans et dernières tendances en les recevant par mail.

ok
Please: don't use the images and text of UFFP WEBZINE on websites, blogs or other media without my explicit permission_ 2010 ©UNITED FASHION FOR PEACE_ All Rights Reserved
United Fashion For Peace 2013 :: Powered by PiVO