Share
Suivez nous

Isabelle Maliba Kibassa « la politique … porte sur les actions, l’équilibre, le développement de la société » !

Ajouté par , Le mars 6, 2016 , dans Buzz, Ethical People, Evénement, Paroles Ethiques

Femme de tempérament, battante, fine politicienne, elle a fait de la diversité un combat personnel en Belique.

Elle est le Prix de l’Action Féminine 2015 de l’Union des Femmes Africaines. Députée provinciale de la région Wallone, femme politique engagée, maman poule, épouse, elle représente cette diversité féminine en Europe que l’on aime.

Nous avons aussi eu le bonheur de recevoir le prix de l’Action Féminine à ses côtés, à  l’hôtel Métropole de Bruxelles.

Mère de 4 enfants, est originaire du Congo (RDC), fille du ministre d’Etat feu Frédéric KIBASSA-MALIBA, épouse de Jean-Claude TSHISEKEDI. Venue de l’UDPS qui était déjà à l’International Socialiste, son adhésion au PS n’est qu’une filiation naturelle.
Depuis 2006, elle a été de toutes les élections, elle a notamment été candidate PS pour le Sénat en 2007. Aujourd’hui Conseillère appréciée à Tubize, Isabelle est aussi la vice-présidente des Femmes prévoyantes socialistes de Tubize.
Au Congo, en Belgique ou ailleurs en Afrique, du local à l’international Isabelle a toujours été une militante sans frontières. « Passion d’Agir ». Tout ce qui touche à la solidarité l’interpelle, le droit des femmes et la protection des enfants sont ses priorités. Investie dans les instances de la Mutualité Socialiste, c’est dans ce cadre qu’elle lance un projet de mutuelle de santé au Congo et d’une coopérative solidaire avec l’Afrique. Aussi enthousiaste devant ses dossiers que sur une piste de danse, c’est au rythme du cœur qu’Isabelle nous confirme qu’elle est bien une citoyenne du monde.
Isabelle Kibassa Maliba

Isabelle Maliba Kibassa

Entretien avec UFFP :

-Vous êtes une femme d’engagement, au quotidien cela signifie ?

Engagée certainement et je m’empresse d’ajouter, passionnée.

Mon leitmotiv depuis toujours est : « La Passion d’agir ». Une phrase qui définit cet engagement au quotidien.

Je ne sais le mesurer car j’ai l’impression d’être sur la brèche 24h/24.

C’est, selon moi, un don de soi qui ne me pèse pas, mais qui revient chaque fois comme une piqure de rappel en disant : ne jamais laisser tomber! Car c’est une mission.

-Vous avez choisi de faire de la politique, quelle sont les thématiques qui vous tiennent à cœur ?

l. Elle a trait au collectif, à une somme d’individualités et/ou de multiplicités. La politique, c’est aussi une histoire de passion…

Un peu aussi comme l’histoire de l’œuf et de la poule, je ne sais pas si j’ai choisi la politique ou si c’est elle qui m’a choisie.

En fait, je suis tombée dedans dès ma naissance, fille du Ministre d’Etat Frédéric Kibassa-Maliba, et ensuite, belle-fille d’Etienne Tshisekedi ; deux grands noms de la politique congolaise…

Aussi, j’ai ce privilège de me revendiquer d’eux, un privilège sans réserve d’avoir baigné dans l’intimité de ces 2 géants, de ces 2 artisans de la politique ; à savoir qu’un artisan est celui qui crée en ayant fait la synthèse entre la pensée et le geste, c’est pour moi une richesse, une école inépuisable.

Par ailleurs, j’ai toujours connu une politique de combat, car, que ce soit au Congo ou en Belgique avant 2012 j’étais toujours dans l’opposition.

C’est dans cette optique, selon moi, que l’action politique s’élargit à tous les domaines d’une société.

Aujourd’hui j’ai été élue et mandatée comme Députée provinciale. Dans ce cadre, mes choix thématiques de prédilection? Au départ j’avais pensé à l’enseignement, à l’action sociale, à l’emploi. Mes vœux ont été exaucés dans ce mandat de 2012 sauf pour l’action sociale… Mais j’ai en plus de cela hérité de l’économie, du tourisme, de l’agriculture, du commerce, etc. En fait, je gère une petite douzaine de compétences, et je m’en sors plutôt bien.

Des compétences dans lesquelles je suis engagée, investie ; et je ne me vois en céder aucune!

Comme quoi, la passion est un bon moteur!

-Députée belge, mais dans la diversité en Belgique qu’est ce que cela signifie ?

C’est l’aboutissement d’un long travail difficile qui nécessite de s’armer de persévérance, de volontarisme, de patience, de diplomatie, et, quelques fois, qui nécessite de mordre sur sa chique et de se taire, en veillant à ce que le tout ne dénature pas ma personne!

La Belgique a beaucoup évolué sur le concept de diversité, car aujourd’hui une fois reconnue par le verdict des urnes, ma personnalité et les compétences que je pouvais apporter, sont apparues comme une évidence sur l’échiquier politique brabançon wallon. Je fais désormais partie du paysage politique.

-La parité, l’intégration, la protection de la diversité, vos chevaux de Bataille ?

Je crois que la bataille est fortement avancée parce que les mentalités ont évolué.

Il faut juste rester attentif car, ce qui tire les gens vers le bas, ce sont le radicalisme et l’extrémisme, qu’ils soient de gauche ou de droite et quelles que soient les religions. S’il reste des chevaux de bataille, c’est bien ce combat qu’il faut mener.

-Vos choix professionnels sont contraignants, comment gérez-vous cela en tant que femme épouse et maman ?

Cette question on ne la pose jamais à un homme, car on estime qu’il est normal que l’homme exerce un métier contraignant sans se soucier du fonctionnement de la famille. On dirait qu’il ne revient qu’à la femme le devoir d’aménager son environnement privé.

Alors, en tant que femme je dirais que notre monde est encore régi par trop de testostérone, il est difficile de se faire une place franche sans avoir mis quelques points sur les « i », sans avoir doublement prouvé ses compétences par rapport aux hommes (je trouve qu’on ne leur en demande pas autant qu’à nous!).

En tant qu’épouse, je loue la force de mon mari, qui me soutient et m’accompagne! J’essaie, tant que je peux, d’être présente et aimante. De plus, je partage tout avec lui, et il est de très bon conseil, il est mon meilleur ami!

La maman que je suis par contre est un peu frustrée, car je suis ce qu’on appelle une mère-poule : j’ai ce besoin inexplicable de vivre chaque seconde de la vie de mes enfants, les écouter, les toucher…tout savoir à chaque instant! Et les voir grandir et évoluer dans la vie me rassure car je me dis qu’ils ont reçu de bonnes bases. Toutefois, je me dis toujours que ce n’est pas suffisant!

-Quels conseils donneriez-vous aux jeunes femmes de chez nous qui entreraient en politique ?

Mon conseil principal serait de toujours rentrer dans le système et imploser dedans…influer sans perdre son identité!

Et puis, surtout ne pas oublier sa part de féminité.

Ce n’est pas une tare, que du contraire, c’est une force!

Nous ne devons pas nous dénaturer pour avoir une « place » et compter parmi les hommes. L’humanité a besoin que sa moitié féminine s’exprime aussi.

Faire de la politique c’est représenter la « vox populi ». Alors, qui mieux que la femme, qui a porté la vie en elle et a donné la vie, peut mieux exprimer et comprendre les aspirations du citoyen? Les femmes ont légitimement leur place en politique. Elles peuvent y trôner sans tabou et sans complexe.

-Quelles sont les qualités essentielles ?

Sens des responsabilités, bon sens, patience, pragmatisme, sincérité,…

Et surtout… compétences.

-Quel regard portez-vous sur les femmes et leurs droits dans votre pays d’origine ?

Les femmes congolaises sont très courageuses, inventives, et volontaires.

Alors voir ce qui se passe à l’Est de mon pays me révolte au plus haut point !

Pourquoi cette bestialité sur les faibles ?

Ce sont les femmes qui portent la vie, qui la préservent et qui gardent l’église au milieu du village en temps de guerre comme en tout temps, pourquoi doivent-elles en plus payer le prix le plus douloureux de la bêtise des hommes ?

Ce problème qui gangrène la société congolaise doit être traité en plusieurs volets selon moi.

Avant toute chose en identifiant et en punissant sévèrement les coupables.

Ensuite, en effectuant un travail psychologique sur les groupes à risque identifiés afin de les reconstruire fondamentalement sur le plan de la citoyenneté.

Aussi, il est nécessaire de rendre l’appareil judiciaire plus performant en lui donnant plus de moyens, afin qu’on ne banalise plus ces actes odieux et répréhensibles par manque de moyens. Que la justice ne se déclare plus impuissante devant ces actes.

Par ailleurs, selon moi, il faut beaucoup plus de femmes dans les plus hauts appareils de l’Etat, elles doivent avoir leurs mots à dire dans tous les organes décisionnels.

La parité? Actuellement un doux euphémisme malheureusement même ici en Europe…même si on l’impose au niveau des listes électorales. La vérité des urnes démontre qu’il y a encore du boulot tant ici que là-bas !

 -Vous avez été primée par l’UFA. Qu’est ce que cela signifie pour vous ?

Immédiatement, après la fierté d’avoir été primée parmi toutes les lauréates, j’ai ressenti l’appel aux responsabilités!

Cette reconnaissance n’est pas décorative, elle me met face à des défis à relever : ceux de porter haut la voix de l’UFA, ceux de représenter les actions féminines dans leurs diversités, ceux de réseauter afin de créer des synergies entre les mouvements des femmes.

Le défi d’être une véritable artisane du progrès!

-Quel souvenir gardez-vous de vos autres consœurs lauréates ?

J’étais heureuse d’être à leurs côtés, voir leurs diverses compétences, leurs combats,…

Autant, de détermination, d’intelligence, d’inspiration et de charme réunis, je mes suis sentie fière… et fière d’être une femme!

- Si vous aviez à faire un clin d’œil à vos sœurs tunisiennes, que diriez-vous ?

Pour vous chères sœurs tunisiennes, j’ai retenu mon souffle dès les prémices du printemps arabe. Mais, votre potentiel de courage et d’abnégation a fait de vous mes héroïnes.

Avec votre volonté et votre intelligence, vous avez rempli un devoir sacré : celui de participer au progrès d’une nation !

Avec le recul d’aujourd’hui, avec la sagesse et l’expertise qui sont les vôtres, moi, votre sœur, je vous tends la main afin d’ériger des ponts pour le progrès de l’Afrique, notre chère Afrique.

 

Merci Isabelle Kibassa-Maliba !

 


Mots clés: , ,

Suivez-Nous

Ne manquez plus nos astuces, buzz, bons plans et dernières tendances en les recevant par mail.

ok
Please: don't use the images and text of UFFP WEBZINE on websites, blogs or other media without my explicit permission_ 2010 ©UNITED FASHION FOR PEACE_ All Rights Reserved
United Fashion For Peace 2013 :: Powered by PiVO