Lyane Guillaume « rien n’est jamais acquis pour toujours en ce qui concerne le droit des femmes » !

  • By UFFP
  • 1 avril 2017
  • 0
  • 273 Views

Écrivain, romancière, femme de théâtre, professeur de lettres, journaliste, Lyanne Guillaume nous présente son dernier opus  » Mille et un jours en Tartarie » paru aux éditions du Rocher. Actuellement à Moscou, ayant vécu précédemment plusieurs années à Tachkent (Ouzbékistan), Lyane Guillaume nous offre  le tableau saisissant d’un Ouzbékistan captivant et complexe, entre féerie des légendes de la Route de la Soie et témoignages de femmes d’aujourd’hui recueillis autour d’une table de fête.

Portait Lyane Cinnara

Entretien avec UFFP :

Tous mes livres (Fière et intouchable, qui se passe en Inde ; Les errantes, en Ukraine etc..) sont en rapport avec un pays où j’ai vécu plusieurs années, et où j’ai même parfois effectué deux séjours, comme c’est le cas pour l’Inde, l’Afghanistan et la Russie. C’est pourquoi je les appelle des « fictions documentaires » plutôt que des « romans », car j’y ai mis toute mon expérience, mon savoir et mon coeur. Ma vie personnelle et les sujets de mes livres sont étroitement liés. La documentation qui m’a servi à nourrir, à enrichir ces ouvrages n’est pas du « prêt à penser ». Elle n’a rien à voir avec les « idées reçues » qu’on trouve sur internet et dont beaucoup d’auteurs se servent pour bâcler des livres sans saveur et bourrés de lieux communs. Non, c’est du vivant, du vécu !

le quotidien des femmes
le quotidien des femmes

Mille et un jours en Tartarie, mon dernier livre (Le Rocher, février 2017) ne fait pas exception, avec cette différence que pour la première fois, je suis moi-même un des personnages. J’ai passé quatre ans en Ouzbékistan, de 2012 à 2016, et comme je parlais russe (ce pays a appartenu à la Russie puis au bloc soviétique), je n’ai pas eu de mal à m’adapter. Alors, pour écrire mon livre, j’ai fait comme je fais chaque fois : loin de me cantonner à la fréquentation des milieux expats, souvent un peu repliés sur eux-mêmes, je me suis plongée dans la culture du pays, j’ai observé ce qui se passait autour de moi et sillonné les routes, je me suis adonnée à des activités en rapport avec lui (j’avais appris la danse indienne dite « Odissi » à Delhi, j’ai appris la danse ouzbèke à Tachkent) et surtout, je me suis fait des amies femmes.

Partout où j’ai vécu, j’ai été sensible au sort des femmes, en particulier en Afghanistan (voir mon livre Laveuse de chiens) mais aussi en Ouzbékistan où j’ai fait de nombreuses interviews un peu à la façon de Svetlana Alexeïvitch.  Je dois dire une chose dont les nouvelles générations n’ont peut-être pas conscience, c’est que lorsque j’ai commencé à publier (chez Stock, en 1989) les livres écrits par des femmes sur les femmes (et donc considérés comme destinés à un lectorat féminin) était un peu méprisés par les journalistes. Les choses ont beaucoup changé, heureusement, et maintenant, ce genre de livre a même le vent en poupe !

 

Pour ce qui concerne Mille et un jours en Tartarie, je dois commencer par dire deux mots du titre. Il fait bien sûr allusion aux Contes des Mille et une nuits qui, nés en Inde, en Chine, en Perse, en Arabie etc… se sont propagés partout grâce à  ce réseau de routes commerciales entre l’Orient et l’Occident qu’on appelle la Route de la Soie. Cette Route de la Soie passe en grande partie par ce qui est actuellement l’Ouzbékistan, d’où les nombreux touristes français qui visitent chaque année ce pays (très sécurisé, et peuplé de musulmans tolérants et accueillants, contrairement à ce que l’on pourrait croire !). En outre, mille jours, c’est à peu près trois ans, autrement dit la durée d’un séjour de diplomate, par exemple, dans un pays. Quant à « Tartarie », c’est le nom par lequel, jusqu’au début du 20ème siècle, on désignait cette lointaine Asie centrale dont l’Ouzbékistan fait partie. Et il faut avouer que ce mot exotique, poétique et mystérieux, effraie moins que « Ouzbékistan », avec sa finale en « stan » qui évoque aussitôt la guerre, les islamistes et les femmes voilées (encore une idée reçue car le voile est interdit en Ouzbékistan depuis 1998 !)

mariage traditionnel Ouzbek
mariage traditionnel Ouzbek

Mille et un jours en Tartarie se déroule autour d’une table bien garnie de mets typiquement ouzbeks. On assiste à un gap (repas entre hommes ou entre femmes seulement) le 8 mars 2014. Sept femmes se sont rassemblées pour célébrer la fête des femmes mais aussi le cinquantième anniversaire de l’une d’elles. Mon but était d’évoquer l’Histoire de l’Ouzbékistan mais aussi les aspects sociologiques (l’importance du makhala, quartier pourvu d’une administration locale) artistiques (j’adore décrire les tenues des femmes, les étoffes…), écologiques (j’évoque évidemment la mer d’Aral), architecturaux (reconstruction de la capitale après le tremblement de terre de 1966), et politiques (là, j’ai dû avancer prudemment) de ce pays. J’ai choisi de le faire à travers les destins individuels de ces femmes, (toutes différentes les unes des autres par leur âge, leur formation, leur statut social) à travers leurs confidences, leurs joies, leurs peines, sans oublier les grandes figures féminines célèbres en Ouzbékistan : Bibi Khanoum, l’épouse « bâtisseuse » de Tamerlan ; Tomyris, la reine-guerrière, Zoukra qui se suicida par amour, la poétesse Nadira Begum, souveraine de Kokand, Tamara Khanoum (1906-1991) première danseuse ouzbèke à se produire sur scène, et même Goulnara, fille aînée du président Karomov décédé récemment… sans oublier une biologiste du nom de Salima Askarova Askarovna (1922-1997) dont la carrière scientifique exceptionnelle mais aussi le destin amoureux m’a inspiré le personnage de Narguisse, l’un de mes préférés dans le livre. A la fois soufie (mystique musulmane) adepte du ramadan, et nutritionniste de renom, Narguisse fut une des pionnières du « jeûne curatif », une thérapie devenue d’actualité à l’heure de la « malbouffe », de l’épuisement des sols et de la dégradation de l’environnement.

Pour Mille et un jours en Tartarie, j’ai fait ce pari : écrire un récit qui soit à la fois plaisant à lire et bourré, sans pédanterie, d’informations utiles sur le pays, un récit parfois drôle, parfois tragique, en tout cas savoureux comme la cuisine ouzbèke dont il est abondamment question. Et surtout, un livre qui parle des femmes et donne aux lectrices de la joie et de l’espoir.

Pour conclure, je dirais que ce qui m’a le plus fascinée chez les femmes ouzbèkes d’aujourd’hui, c’est la cohabitation, autour d’elle et en elle, de la tradition musulmane et de l’héritage soviétique, autrement dit d’une histoire douloureuse et d’une certaine modernité. Les années 1920 sont à ce titre emblématiques : à cette époque, les femmes tout en même temps abandonnent le paranja (sorte de lourd burnous recouvrant complètement le corps, et complété par un écran en crins de cheval masquant le visage) et obtiennent, grâce à la constitution soviétique, les mêmes droits que les hommes -article 122- y compris le droit de vote –article 64- !

J’aurais envie de dire aux lectrice : attention, rien n’est jamais acquis pour toujours en ce qui concerne le droit des femmes. Que ce soit dans Laveuse de chiens ou dans  Mille et un jours en Tartarie (le chapitre qui se passe en Afghanistan), j’ai montré que si les femmes musulmanes de Kaboul étaient très émancipées dans les années 50, 60, 70, tout s’est effondré à la fin des années 90 avec les Taliban qui ont fait faire un retour en arrière d’un demi-siècle aux femmes de ce  pays. (Je rappelle qu’on coupait les doigts à celles qui étaient surprises dans la rue avec du vernis à ongle !)

J’ai un autre message à faire passer aux femmes comme aux hommes : le bonheur n’est pas en dehors de soi mais à l’intérieur de soi, et il requiert un peu d’effort. Quand j’ai suivi mon mari en Afghanistan au moment de l’invasion soviétique, j’aurais pu repartir illico ou passer mon temps à me plaindre. J’ai choisi de rester à Kaboul (j’étais amoureuse) d’apprendre le persan, de tenir un journal et de mettre à profit cette chance unique que m’offrait le destin : se retrouver au coeur de l’actualité. Alors je me suis mise au travail et j’ai écrit des livres qui sont à présent reconnus et appréciés. Alors, pari tenu ! Et bonne chance à toutes !

 

ob_d62dc0_fic126005hab40

UFFP

UFFP la Fondatrice et Présidente FERIEL BERRAIES GUIGNY :
Tour à tour mannequin, criminologue, diplomate et journaliste, la franco tunisienne Fériel Berraies Guigny a lancé en février 2011, une Association loi 1901 du nom de United Fashion for Peace. Parmi les activités de l'Association, une Caravane de mode internationale qui met en avant la paix, la tolérance, le dialogue entre les civilisations par le biais de la mode et de l'artisanat éthique. Née dans la foulée du printemps arabe, cette Association réunit tous les artistes du monde pour la paix, désireux de donner de l'espoir dans des régions en crise ou en transition. Depuis le mois de mai dernier, le magazine en ligne a aussi vu le jour pour être le portevoix de tous ses combats pour une planète éthique. La première programmation de la Caravane de mode se fera prochainement en février 2012 en Afrique subsaharienne sous la thématique de l'éducation pour la paix à la Triennale de l'Education en Afrique. Sept pays ont été les Ambassadeurs, Tunisie, Maroc, Cameroun, Afrique du Sud, France/Niger et Burkina Faso.
Fériel Berraies Guigny dirige par ailleurs, depuis des années deux panafricains New African en co rédaction et New African Woman/ Femme Africaine qu'elle a crée pour le groupe de presse britannique IC publications. Elle a longtemps été journaliste correspondante presse pour la Tunisie.

UFFP Contenu rédactionnel webzine :
Magazine français pour une planète éthique. Se veut une plateforme internationale pour une mode éthique qui défend la paix, la tolérance, l'échange, le dialogue entre les civilisations par le biais de la culture, de la création et de l'artisanat. Rubriques : 'Planète éthique' - 'Le rendez-vous des entrepreneurs' - 'Ethnical Conso : beauté bio, manger éthique' - 'Ethical Fashion' - 'Eco Déco' - 'Culture éthique' - 'Eco Evasion' - 'Société et éthique' - 'Femmes d'Ethique' - 'Prix Ethique' - 'Paroles Ethique'.
Mission de l'Association UFFP :
La Caravane United Fashion for Peace est née ce mois de février passé dans la foulée du printemps arabe et suite au massacre de femmes ivoriennes dans le marché lors des affrontements civils dans le pays. C'est une Association loi 1901française, née du désir de rendre hommage a à tous ceux qui ont perdu la vie pour un idéal de paix dans le Monde, tous ceux qui ont été sacrifiés alors qu’ils recherchaient simplement la dignité humaine. Cette Association et plateforme internationale est apolitique, sans coloration religieuse ou ethnique, elle se bat pour la mode éthique, défend par le biais de la culture, de la création et de l'artisanat, la paix, la tolérance, l'échange, le dialogue entre les civilisations.
Dans le farouche désir de combattre pacifiquement les injustices sociales et économiques à l'encontre des peuples par la culture, elle entend véhiculer des messages d'humanité. Son slogan le beau au service de l'autre, permet des passerelles, des rencontres et l’ acceptation des diversités couture. L'esthétique pour l'éthique reste son credo.

United Fashion for Peace entend fédérer le meilleur de la création internationale dans le respect de la diversité, des us et des coutumes. Tout un symbole de paix aujourd'hui, alors que le Continent continue de subir les soubresauts de son histoire.
Investir dans la paix c'est investir dans les peuples
UFFP est une plateforme internationale destinée à valoriser la création éthique centrée sur le développement humain durable.
Pont couture entre les peuples du Monde, cette plateforme a pour vocation de faire la promotion d'une création éthique et sans frontières. Favoriser un jour le commerce équitable de ces produits, pouvoir faire venir les artistes sur Paris pour leur organiser des défilés et vendre leurs produits.
United Fashion for Peace, c’est un concept qui propose un défilé de mode « clés en main », une animation « décalée » à l’occasion d’une manifestation, d’un colloque, d’un forum, d’assises politiques, économiques, scientifiques.
United Fashion for Peace c’est la présentation d’artistes qui font vivre et revisitent une culture, c’est un témoignage de richesse et de savoir faire, c’est la promotion du développement durable avec l’ambition d’accéder à la conscience durable
United Fashion for Peace c’est un vecteur d'amour et le partage dans la création.
Pour les organisateurs il s'agit de créer un évènement mais aussi de véhiculer une philosophie de vie dans la création. Pour laisser quelque chose aux générations futures " loin des passerelles du luxe, UFFP est avant tout une histoire d'amour et d'amitié avec les peuples, leur création, leur identité et leur patrimoine au service de l'autre.

C'était une idée, elle est devenue un projet, aujourd'hui une Association qui a hâte de trouver des programmateurs, des sponsors et des partenaires afin de pouvoir sa première édition.
UFFP dans le Monde
UFFP est à la recherche de programmations dans le Monde, de partenaires et de sponsors qui souhaiteraient se rapprocher de l'éthique, du développement durable, de la préservation des Arts et métiers, des droits de l'homme, de la culture et de la parité, sans oublier le dialogue entre les civilisations qui sont les valeurs qu'elle véhicule.
A chaque programmation dans un pays où événement donné, sont mis en avant les créateurs du pays hôte qui sont dans l'éthique.
UFFP s'adapte à toutes les thématiques et les rencontres politiques, économiques, culturelles, développement, environnements, bio, bilatérales, multilatérales, fêtes d'indépendance, fêtes nationales, parité, jeunesse, droits de l'homme, ou encore pour médiatiser une problématique donnée de la région.
A terme, L'Association voudrait pouvoir faire également du caritatif, et organiser des ventes de charité, au profit d’une ONG ou association défendant des valeurs similaires et la mettre en avant à l'occasion d'un défilé programmé.
Siteweb: http://www.unitedfashionforpeace.com
contact: unitedfashionforpeace@gmail.com

UFFP mode d'emploi :
La promotion d’un pays passe par la mise en avant de ses valeurs, de ses atouts et par une communication à la fois ciblée, régulière et soutenue. La Côte d'Ivoire de la paix et de la réconciliation souhaite développer un tourisme culturel mais également donner une image positive d’une Afrique à la fois moderne et traditionnelle où les valeurs humaines, sociales et pacifiques prédominent.

View All Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *