Mongia Souahi Islamologue, Exégète Coranique  » … la femme n’est pas un symbole religieux »!

  • By UFFP
  • 26 mars 2012
  • 1
  • 255 Views

Par Aicha Bouanies

Dr Mongia Souaïhi, Tunisienne, est l’une des rares islamologues femmes dans le monde arabo-musulman.
Professeur en Sciences islamiques et exégète coranique, Mongia Souahi a fait une recherche sur tous les versets coraniques qui parlent de la femme. Dans toute l’histoire de l’Islam, l’homme a toujours interprété les versets coraniques en donnant une dimension masculines du divin » dans tous les versets, l’homme est présenté dans toute sa suprématie et la femme est dans une posture inférieure » explique l’universitaire. La femme serait la moitié de l’homme, elle n’aurait pas le droit d’étudier de travailler, d’avoir accès à la politique.


Déconstruire les mythes qui relèguent la femme dans le religieux
Dans le hadith Nabawi et dans le comportement du prophète et de ses amis, les femmes étaient professeurs, Khadija elle même était professeur, c’était une femme d’affaires une politique, Oum Salma aussi. Il y a eu des femmes qui se sont opposées à Omar Ibn El Khattab. Il y a eu des femmes qui se sont élevées contre Mouaawi Abousofiene ; elles étaient activistes et elles ont parlé des problèmes qui taraudaient leur société et leur pays. Rien dans les écrits ne prouve véritablement  » que la femme est la moitie de l’homme » explique l’islamologue. Mais cet état d’esprit a perduré depuis le premier et second siècle de l’Islam et cela a été la décadence pour le monde arabe. Les exégètes du 18e et du 19 es ont malheureusement largement abondé dans ce sens, rares sont les exégètes qui ont pris la défense des femmes à l’exception du tunisien Mohamed Tahar Ibn Achour.
Islam égal violence à l’encontre des femmes ?
Il n’y a aucun texte de religion qui légitimise la violence à l’égard des femmes  » personne n’a le droit de frapper une femme, même en islam » affirme Mongia Souahi, dans un des derniers essais de l’auteur en arabe « interprétation de la condition féminine par la femme  » en 2008, dans lequel la problématique de la lapidation est exposée. Déjà du temps du prophète, à la Mecque on exhortait les femmes à rendre les coups qu’elles recevaient  » si ton époux te gifle, rends la lui » a dit le prophète Mohamed aux femmes de la Mecque. Frapper n’est pas le fait de la religion, du temps de la vie du prophète ce dernier n’a jamais frappé ni une femme, ni une domestique ni un animal!
« On doit revenir aux mots du Prophète » affirme l’islamologue. Si aujourd’hui les Sakineh du Monde continuent de mourir sous la lapidation, c’est simplement parce qu’on a mal interprété l’Islam et que l’on s’en sert à tort et à travers pour exercer des vendettas personnelles. Les conditions économiques, la mauvaise éducation, la perdurance de certaines coutumes qui font que l’on donne toujours le meilleur à l’homme, et au jeune garçon dès son plus jeune âge et on banalise la petite fille, c’est tout cela qu’il faut déconstruire.
La femme et le voile
« je suis catégorique: je suis contre le voile, il n’existe pas dans le coran! C’est uniquement culturel et environnemental, je l’ai écrit dans un article. C’est un fait historique avant tout! En Occident, la problématique du nikab ce n’est pas sérieux  » la femme musulmane doit respecter la loi du pays hôte! Pourquoi provoquer et choquer l’autre? Pourquoi donner à l’Occident à l’image d’une femme soumise et victime?! Il ne faut pas imposer le signe religieux et cela pour toutes les religions. A l’inverse » ce qui me choque par exemple en Allemagne c’est que l’on accepte le signe religieux des juifs ou des chrétiens mais s’agissant de l’Islam c’est non! S’il y a droit de l’Homme c’est pour tout le monde et c’est sans exception!!! L’Occident doit réviser sa vision du Monde arabo-musulman également!
Il faut cesser de faire de la femme un symbole religieux de l’instrumentaliser au gré des politiques du Nord et du Sud  » on est en tant que Femme un homme au grand H »
Réformer la pensée arabe s’agissant des femmes
Il faut un gros travail des mentalités car la modernité ne sera jamais prise en faveur de la femme sinon. « On peut avoir des droits mais si la mentalité n’est pas prête que l’on n’a pas la culture pour, alors tout cela ne servira à rien, la femme passera toujours après l’homme »! Dans certains pays arabes, ce cliché perdure, la femme est soumise dans l’ombre. Bien que le Coran est écrit pour tous, c’est le wahabisme, le soufisme, le sunnisme, le chihisme qui en diffère la compréhension.
Pour s’en sortir, il faut des femmes qui interprètent le coran à leur façon  » … je suis une révolutionnaire dans le milieu, en Tunisie j’ai eu un très bon accueil, mais dans d’autres pays arabes j’ai reçu des lettres de menaces, des lettres anonymes où l’on menaçait mon intégrité physique » explique l’islamologue. Dans plusieurs colloques on m’a apostrophée en me taxant de non croyante, de pro-occidentale etc… Une bataille longue et difficile mais qui vaut la peine pour l’universitaire tunisienne. Car de nouvelles écritures apparaissent petit à petit et réinterprétant El Kiwema, El Darraga. Il y a un nouveau souffle on le trouve en Tunisie et en Syrie, voire en Egypte où l’on voit peu à peu des exégètes femmes interpréter les textes.
Dans le monde arabe il y a une vision moderne pour la femme, ce n’est pas suffisant pour changer les choses en profondeur et il y a beaucoup de disparités. Le discours se doit d’être respectueux, et à chaque pays arabe de commencer à faire le travail des mentalités. Même en Arabie Saoudite, il y a des femmes qui s’engagent pour le changement, cela prendra le temps qu’il faudra mais cela se fera. « la Présidence tunisienne a donné un vrai coup de fouet s’agissant de la lutte contre la pauvreté, la discrimination, la lutte pour une meilleure vie sociale. L’accès à la santé et à l’éducation  » je pense sincèrement que ce sont les piliers du développement durable au féminin » conclut Mongia Souahi.

UFFP

UFFP la Fondatrice et Présidente FERIEL BERRAIES GUIGNY :
Tour à tour mannequin, criminologue, diplomate et journaliste, la franco tunisienne Fériel Berraies Guigny a lancé en février 2011, une Association loi 1901 du nom de United Fashion for Peace. Parmi les activités de l'Association, une Caravane de mode internationale qui met en avant la paix, la tolérance, le dialogue entre les civilisations par le biais de la mode et de l'artisanat éthique. Née dans la foulée du printemps arabe, cette Association réunit tous les artistes du monde pour la paix, désireux de donner de l'espoir dans des régions en crise ou en transition. Depuis le mois de mai dernier, le magazine en ligne a aussi vu le jour pour être le portevoix de tous ses combats pour une planète éthique. La première programmation de la Caravane de mode se fera prochainement en février 2012 en Afrique subsaharienne sous la thématique de l'éducation pour la paix à la Triennale de l'Education en Afrique. Sept pays ont été les Ambassadeurs, Tunisie, Maroc, Cameroun, Afrique du Sud, France/Niger et Burkina Faso.
Fériel Berraies Guigny dirige par ailleurs, depuis des années deux panafricains New African en co rédaction et New African Woman/ Femme Africaine qu'elle a crée pour le groupe de presse britannique IC publications. Elle a longtemps été journaliste correspondante presse pour la Tunisie.

UFFP Contenu rédactionnel webzine :
Magazine français pour une planète éthique. Se veut une plateforme internationale pour une mode éthique qui défend la paix, la tolérance, l'échange, le dialogue entre les civilisations par le biais de la culture, de la création et de l'artisanat. Rubriques : 'Planète éthique' - 'Le rendez-vous des entrepreneurs' - 'Ethnical Conso : beauté bio, manger éthique' - 'Ethical Fashion' - 'Eco Déco' - 'Culture éthique' - 'Eco Evasion' - 'Société et éthique' - 'Femmes d'Ethique' - 'Prix Ethique' - 'Paroles Ethique'.
Mission de l'Association UFFP :
La Caravane United Fashion for Peace est née ce mois de février passé dans la foulée du printemps arabe et suite au massacre de femmes ivoriennes dans le marché lors des affrontements civils dans le pays. C'est une Association loi 1901française, née du désir de rendre hommage a à tous ceux qui ont perdu la vie pour un idéal de paix dans le Monde, tous ceux qui ont été sacrifiés alors qu’ils recherchaient simplement la dignité humaine. Cette Association et plateforme internationale est apolitique, sans coloration religieuse ou ethnique, elle se bat pour la mode éthique, défend par le biais de la culture, de la création et de l'artisanat, la paix, la tolérance, l'échange, le dialogue entre les civilisations.
Dans le farouche désir de combattre pacifiquement les injustices sociales et économiques à l'encontre des peuples par la culture, elle entend véhiculer des messages d'humanité. Son slogan le beau au service de l'autre, permet des passerelles, des rencontres et l’ acceptation des diversités couture. L'esthétique pour l'éthique reste son credo.

United Fashion for Peace entend fédérer le meilleur de la création internationale dans le respect de la diversité, des us et des coutumes. Tout un symbole de paix aujourd'hui, alors que le Continent continue de subir les soubresauts de son histoire.
Investir dans la paix c'est investir dans les peuples
UFFP est une plateforme internationale destinée à valoriser la création éthique centrée sur le développement humain durable.
Pont couture entre les peuples du Monde, cette plateforme a pour vocation de faire la promotion d'une création éthique et sans frontières. Favoriser un jour le commerce équitable de ces produits, pouvoir faire venir les artistes sur Paris pour leur organiser des défilés et vendre leurs produits.
United Fashion for Peace, c’est un concept qui propose un défilé de mode « clés en main », une animation « décalée » à l’occasion d’une manifestation, d’un colloque, d’un forum, d’assises politiques, économiques, scientifiques.
United Fashion for Peace c’est la présentation d’artistes qui font vivre et revisitent une culture, c’est un témoignage de richesse et de savoir faire, c’est la promotion du développement durable avec l’ambition d’accéder à la conscience durable
United Fashion for Peace c’est un vecteur d'amour et le partage dans la création.
Pour les organisateurs il s'agit de créer un évènement mais aussi de véhiculer une philosophie de vie dans la création. Pour laisser quelque chose aux générations futures " loin des passerelles du luxe, UFFP est avant tout une histoire d'amour et d'amitié avec les peuples, leur création, leur identité et leur patrimoine au service de l'autre.

C'était une idée, elle est devenue un projet, aujourd'hui une Association qui a hâte de trouver des programmateurs, des sponsors et des partenaires afin de pouvoir sa première édition.
UFFP dans le Monde
UFFP est à la recherche de programmations dans le Monde, de partenaires et de sponsors qui souhaiteraient se rapprocher de l'éthique, du développement durable, de la préservation des Arts et métiers, des droits de l'homme, de la culture et de la parité, sans oublier le dialogue entre les civilisations qui sont les valeurs qu'elle véhicule.
A chaque programmation dans un pays où événement donné, sont mis en avant les créateurs du pays hôte qui sont dans l'éthique.
UFFP s'adapte à toutes les thématiques et les rencontres politiques, économiques, culturelles, développement, environnements, bio, bilatérales, multilatérales, fêtes d'indépendance, fêtes nationales, parité, jeunesse, droits de l'homme, ou encore pour médiatiser une problématique donnée de la région.
A terme, L'Association voudrait pouvoir faire également du caritatif, et organiser des ventes de charité, au profit d’une ONG ou association défendant des valeurs similaires et la mettre en avant à l'occasion d'un défilé programmé.
Siteweb: http://www.unitedfashionforpeace.com
contact: unitedfashionforpeace@gmail.com

UFFP mode d'emploi :
La promotion d’un pays passe par la mise en avant de ses valeurs, de ses atouts et par une communication à la fois ciblée, régulière et soutenue. La Côte d'Ivoire de la paix et de la réconciliation souhaite développer un tourisme culturel mais également donner une image positive d’une Afrique à la fois moderne et traditionnelle où les valeurs humaines, sociales et pacifiques prédominent.

View All Posts

1 comment on “Mongia Souahi Islamologue, Exégète Coranique  » … la femme n’est pas un symbole religieux »!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *