Congo : Wake up Citizen !

  • By UFFP
  • 22 novembre 2012
  • 0
  • 132 Views


By Supa Djiles

texte courtesy of UFFP merci de ne pas reproduire. photo  ©constancedecorde/SOLIDARITES INTERNATIONAL

On dit en Lingala, langue majoritaire de la RDC « Mayi esopani bakoki kolokota te » ce qui signifie : il y a des erreurs qui sont irrattrapables. Personne ne sait exactement combien mais au minimum, le conflit a déjà fait Plus de 8 millions de morts. Un des plus grands black out médiatique pour ce qui s’annonce après le Rwanda comme un des plus grands génocides du siècle. L’association Solidarités propose  à la Rotonde à Stalingrad, Une série de portraits de la photographe Constance  Decorde à voir à la Rotonde, Paris XIX, du 19 au 30 novembre. Ces portraits ont été pris le mois dernier dans un des camps de réfugiés du Nord Kivu. Une opportunité pour nous à  revenir sur la situation au Congo aujourd’hui alors que la ville de Goma vient de tomber .

Solidarités explique « En RDC, les populations réfugiées dans les camps improvisés aux alentours de Goma sont une nouvelle fois rattrapées par les violences qui rongent le Nord-Kivu ». Devant l’avancée d’un groupe rebelle jusqu’aux portes de la capitale provinciale, les familles de déplacés ont dû fuir à l’intérieur de la ville, ainsi que dans 4 lieux de rassemblement. En coordination avec les ONG présentes, nos équipes d’urgence lancent un diagnostic sur leur situation humanitaire pour leur porter assistance. ». Le Monde du 17 novembre résume bien la situation  « En trois jours, la situation dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC) est en train de déraper. Les combats qui avaient éclaté jeudi entre les forces armées congolaises (FARDC) et les rebelles du M23 avaient été violents, mais circonscrits à la région de Kibumba, une zone située à une vingtaine de kilomètres au nord de Goma, la capitale régionale. Pendant trois mois, les deux camps s’étaient regardés en chiens de faïence depuis leurs positions au milieu de la brousse, malgré quelques accrochages sans lendemain ». Depuis jeudi, les engagements sont passés à un niveau supérieur. Samedi matin, les forces rebelles ont attaqué dés quatre heures du matin et enfoncé les positions gouvernementales, prenant Kibumba et avançant en direction de Goma. Sur leur route, se trouve le grand camp de déplacés de Kanyarucina, que les habitants sont en train de quitter pour fuir vers Goma. »

C’était il y a 5 jours. « Déjà, le camps ou j’ai fait le reportage n’existe plus » explique Constance Decorde. Dans un communiqué paru ce jour (21.11.12)  Le Premier ministre de la République Démocratique du Congo, Matata Ponyo Mapon assure « Le Gouvernement rassure la population que nous avons certes perdu une bataille, mais pas la guerre, et que la victoire nous appartient. C’est la volonté de tous les congolais. ».

Un conflit complexe, local, national et international aux enjeux économiques énormes. Il serait difficile de le résumer en quelques lignes Pour ceux que cela intéresse de découvrir les acteurs et les enjeux de ce conflit, je vous engage à vous reporter à l’excellent documentaire …. « Le Conflit au Congo: La Vérité Dévoilée – Crisis In The Congo: Uncovering The Truth » qui résume bien, l’historique, les acteurs et enjeux géopolitique et économique de cette guerre.

Les images de Constance Decorde,  photo-journaliste sont cliniques, elles montrent froidement la résultante de cette guerre qui comme tous les conflits moderne touchent majoritairement les civils.

« Je suis allé a Goma en Octobre , le camps que j’ai visité Kanyarucina se trouve à environ 12 km de Goma. Au début j’ai été frappée par les conditions de vie, les gens sont d’abord logés sous de grandes bâches collectives et après ont aux au mieux ont accès a un shelter (tentes individuelles) «

Elle ajoute : « Techniquement, les conditions étaient difficile particulièrement en terme de lumière », la problématique des populations c’est l’immédiat, le quotidien. Ils ne parlent pas de politique. Pour eux la problématique est essentiellement locale ».

Pour Catherine Hintzer, responsable de la République démocratique du Congo (RDC) et du Tchad depuis un an à Solidarité, connait bien l’humanitaire après un parcours à la Croix Rouge Afrique, puis Action contre la faim et Enfants du monde. Elle explique ses choix : « C’est un rapport au monde qui me plait le fait d’être dans l’action ». Pour cette spécialiste de l’humanitaire .« En tant qu’humanitaires, nous avons évolués. L’humanitaire jouit d’une meilleure communication aujourd’hui mais le travail est différent, les équipes sur le terrain sont mois autonome et la charge administrative est plus lourde « .

Sur le terrain, les combats ont repris a une fréquence que l’on n’avait pas vu depuis 2006/2008. Les problématiques sont avant tout locales, les groupes qui ont pris Goma sont une force dissidente de la RDC. Le MR13 qui a même sont site internet ».  Beaucoup d’ONG ont déjà retirés leur équipes. Solidarités souhaite rester : « Notre seule demande c’est d’avoir un accès humanitaire garanti et pouvoir accéder en toute sécurité aux populations civiles». Un manque de médiatisation ? « J’explique surtout le manque de visibilité dans les médias a un manque de proximité culturelle et des consommateurs pressés. Le conflit risque de durer tant qu’il n’y aura pas de résolutions fortes prises par les acteurs internationaux mais aussi locaux ».

Bien sur, la résolution du conflit appartient essentiellement au congolais eux-mêmes mais rappelez vous il y a peu de temps, la pression misse par les réseaux sociaux pour que le gouvernement américain agisse contre Joseph Kony, le Chef de guerre qui enrôle des enfants soldats . L’initiative a fonctionné. Rappelez vous nous sommes en 2012 bientôt en 2013. Un internaute disait «  Triste réalité ! Mais comment arrêter ce cirque de sang !! Comment changer cette réalité atroce ? Notre continent baigne dans le malheur malgré toutes les richesses qu’il contient. Et nous ! Nous sommes les plus beaux spectateurs ». Ne restez pas spectateurs, vous avez le pouvoir de changer les choses. Parlez en, informez vous, partagez.

 

 

 

UFFP

UFFP la Fondatrice et Présidente FERIEL BERRAIES GUIGNY :
Tour à tour mannequin, criminologue, diplomate et journaliste, la franco tunisienne Fériel Berraies Guigny a lancé en février 2011, une Association loi 1901 du nom de United Fashion for Peace. Parmi les activités de l'Association, une Caravane de mode internationale qui met en avant la paix, la tolérance, le dialogue entre les civilisations par le biais de la mode et de l'artisanat éthique. Née dans la foulée du printemps arabe, cette Association réunit tous les artistes du monde pour la paix, désireux de donner de l'espoir dans des régions en crise ou en transition. Depuis le mois de mai dernier, le magazine en ligne a aussi vu le jour pour être le portevoix de tous ses combats pour une planète éthique. La première programmation de la Caravane de mode se fera prochainement en février 2012 en Afrique subsaharienne sous la thématique de l'éducation pour la paix à la Triennale de l'Education en Afrique. Sept pays ont été les Ambassadeurs, Tunisie, Maroc, Cameroun, Afrique du Sud, France/Niger et Burkina Faso.
Fériel Berraies Guigny dirige par ailleurs, depuis des années deux panafricains New African en co rédaction et New African Woman/ Femme Africaine qu'elle a crée pour le groupe de presse britannique IC publications. Elle a longtemps été journaliste correspondante presse pour la Tunisie.

UFFP Contenu rédactionnel webzine :
Magazine français pour une planète éthique. Se veut une plateforme internationale pour une mode éthique qui défend la paix, la tolérance, l'échange, le dialogue entre les civilisations par le biais de la culture, de la création et de l'artisanat. Rubriques : 'Planète éthique' - 'Le rendez-vous des entrepreneurs' - 'Ethnical Conso : beauté bio, manger éthique' - 'Ethical Fashion' - 'Eco Déco' - 'Culture éthique' - 'Eco Evasion' - 'Société et éthique' - 'Femmes d'Ethique' - 'Prix Ethique' - 'Paroles Ethique'.
Mission de l'Association UFFP :
La Caravane United Fashion for Peace est née ce mois de février passé dans la foulée du printemps arabe et suite au massacre de femmes ivoriennes dans le marché lors des affrontements civils dans le pays. C'est une Association loi 1901française, née du désir de rendre hommage a à tous ceux qui ont perdu la vie pour un idéal de paix dans le Monde, tous ceux qui ont été sacrifiés alors qu’ils recherchaient simplement la dignité humaine. Cette Association et plateforme internationale est apolitique, sans coloration religieuse ou ethnique, elle se bat pour la mode éthique, défend par le biais de la culture, de la création et de l'artisanat, la paix, la tolérance, l'échange, le dialogue entre les civilisations.
Dans le farouche désir de combattre pacifiquement les injustices sociales et économiques à l'encontre des peuples par la culture, elle entend véhiculer des messages d'humanité. Son slogan le beau au service de l'autre, permet des passerelles, des rencontres et l’ acceptation des diversités couture. L'esthétique pour l'éthique reste son credo.

United Fashion for Peace entend fédérer le meilleur de la création internationale dans le respect de la diversité, des us et des coutumes. Tout un symbole de paix aujourd'hui, alors que le Continent continue de subir les soubresauts de son histoire.
Investir dans la paix c'est investir dans les peuples
UFFP est une plateforme internationale destinée à valoriser la création éthique centrée sur le développement humain durable.
Pont couture entre les peuples du Monde, cette plateforme a pour vocation de faire la promotion d'une création éthique et sans frontières. Favoriser un jour le commerce équitable de ces produits, pouvoir faire venir les artistes sur Paris pour leur organiser des défilés et vendre leurs produits.
United Fashion for Peace, c’est un concept qui propose un défilé de mode « clés en main », une animation « décalée » à l’occasion d’une manifestation, d’un colloque, d’un forum, d’assises politiques, économiques, scientifiques.
United Fashion for Peace c’est la présentation d’artistes qui font vivre et revisitent une culture, c’est un témoignage de richesse et de savoir faire, c’est la promotion du développement durable avec l’ambition d’accéder à la conscience durable
United Fashion for Peace c’est un vecteur d'amour et le partage dans la création.
Pour les organisateurs il s'agit de créer un évènement mais aussi de véhiculer une philosophie de vie dans la création. Pour laisser quelque chose aux générations futures " loin des passerelles du luxe, UFFP est avant tout une histoire d'amour et d'amitié avec les peuples, leur création, leur identité et leur patrimoine au service de l'autre.

C'était une idée, elle est devenue un projet, aujourd'hui une Association qui a hâte de trouver des programmateurs, des sponsors et des partenaires afin de pouvoir sa première édition.
UFFP dans le Monde
UFFP est à la recherche de programmations dans le Monde, de partenaires et de sponsors qui souhaiteraient se rapprocher de l'éthique, du développement durable, de la préservation des Arts et métiers, des droits de l'homme, de la culture et de la parité, sans oublier le dialogue entre les civilisations qui sont les valeurs qu'elle véhicule.
A chaque programmation dans un pays où événement donné, sont mis en avant les créateurs du pays hôte qui sont dans l'éthique.
UFFP s'adapte à toutes les thématiques et les rencontres politiques, économiques, culturelles, développement, environnements, bio, bilatérales, multilatérales, fêtes d'indépendance, fêtes nationales, parité, jeunesse, droits de l'homme, ou encore pour médiatiser une problématique donnée de la région.
A terme, L'Association voudrait pouvoir faire également du caritatif, et organiser des ventes de charité, au profit d’une ONG ou association défendant des valeurs similaires et la mettre en avant à l'occasion d'un défilé programmé.
Siteweb: http://www.unitedfashionforpeace.com
contact: unitedfashionforpeace@gmail.com

UFFP mode d'emploi :
La promotion d’un pays passe par la mise en avant de ses valeurs, de ses atouts et par une communication à la fois ciblée, régulière et soutenue. La Côte d'Ivoire de la paix et de la réconciliation souhaite développer un tourisme culturel mais également donner une image positive d’une Afrique à la fois moderne et traditionnelle où les valeurs humaines, sociales et pacifiques prédominent.

View All Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *