Share
Suivez nous

Salwa Belekziz Karkri « les femmes doivent être ambitieuses dans l’exercice de leur métier » !

Ajouté par , Le décembre 1, 2013 , dans Buzz, Ethical Planet, Evénement, Rendez-vous des Entrepreneurs, Société

Salwa Belekziz Karkri « les femmes doivent ambitieuses dans l’exercice de leur métier » !

L’AFEM qui existe depuis l’an 2000 a organisé en septembre 2013, à Marrakech le congrès National des Femmes Chefs d’Entreprise Mondiales pour la deuxième fois, après l’édition 2005 de Fès. Il a été l’occasion de faire le point sur les avancées réalisées par les femmes marocaines.

Quelques pierres blanches jalonnent l’évolution du statut de la femme au Maroc depuis une dizaine d’années, à savoir ,

la promulgation d’un nouveau code de la famille qui a élevé la femme au rang de coresponsable au sein de la famille et mis au ban son statut de « protégée » irresponsable

La mise en place d’une stratégie Nationale pour l’équité et l’égalité entre les sexes par l’intégration de l’approche genre dans les politiques et programmes de développement. : Rapport Genre élaboré et présenté au parlement annuellement

L’intégration des femmes dans la vie politique avec la mise en place des listes nationales réservées aux femmes qui leur ont permis de s’assurer une représentativité au sein du parlement avoisinant les 20%

La promulgation d’une nouvelle constitution, adoptée en juillet 2011 qui impose au pays pas moins que l’objectif de parité.

Ces acquis, essentiellement de nature juridique, se sont accompagnés d’une certaine évolution des mentalités et d’une amélioration de l’implication des femmes dans les actes politiques et économiques, mais sans aucune mesure avec les potentialités économiques énormes qu’elles représentent pour le pays.

Les femmes représentent plus de 50 % du patrimoine technique et intellectuel. Elles sont à égalité avec les hommes sur les bancs des universités où il est même admis qu’elles obtiennent de meilleurs résultats. Mais elles s’éclipsent dans leur vie active sous le plafond de verre.

UFFP a rencontré SalwaKarkriBelekziz durant le SEM 2013 à Marseille, lors des journees Paicem et le colloque femmes chefs d’Entreprises, à La Semaine économique de la Méditerranée, ce mois de novembre passé. L’occasion de deviser sur la rôle de la femme et l’entreprise au Maroc, son évolution à venir et également les lenteurs pour les femmes de la région, suite au printemps arabe.

IMG_8194 copie (Copier)

Photo Diane Cazelles pour UFFP.  Salwa Belekziz Karkri

Entretien avec Salwa Belekziz Karkri Présidente fondatrice de l’AFEM :

1° ) Le plafond de verre est une problématique qui taraude les femmes du Nord au Sud ?

A l’AFEM, nous avons toujours estimé que la création d’entreprises est la meilleure solution pour la femme pour briser ce plafond de verre. Dans sa propre entreprise elle gère librement son temps, s’affranchit de toute hiérarchie, et peut concilier au mieux entre sa vie professionnelle et sa vie familiale.

Pour notre Economie la création des entreprises par les femmes et l’implication des femmes dans l’économie est un atout majeur pour plusieurs raisons :

-L’investissement engagé dans la formation des femmes, qui excède les 50 % de l’investissement pour la formation de haut niveau est récupéré.

-Par leur implication et la création d’entreprises, elles créent des richesses et de l’emploi.

-Elles créent de l’emploi indirectement en stimulant le marché des services aux ménages (Aide de maison, chauffeur ….) mais aussi restauration, traiteur, ….

-Par leur activité et leur indépendance financière, elles améliorent les revenus des ménages et leurs consommations

-Elles assurent une éducation plus riche et plus équilibrée à leur progénitures (voyages, cours supplémentaires, activités parascolaires… ;)

Nous estimons cependant le nombre de femmes chefs d’Entreprises inférieur à 9000 et les entreprises majoritairement implantées dans les services, l’enseignement, ou l’action sociale avec quelques exceptions dans l’industrie, ou les secteurs innovants.

2) Parlez-nous de votre lien avec Casa Pionnières ?

A l’AFEM, conscientes de l’intérêt de la création d’entreprise par les femmes, pour le Pays d’une part et pour elles mêmes d’autre part, nous avons stimulé cette création d’Entreprises par la mise en place d’incubateurs.

CASA PIONNIERES mis en place par l’AFEM en 2006 en collaboration avec Paris pionnières est le premier incubateur d’entreprises féminine au Maroc (et dans la région MENA). Le but est de faciliter la création d’entreprises pour les jeunes filles porteuses de projet en leur offrant la domiciliation dans les locaux des différents incubateurs, une équipe de conseillers et d’experts nationaux et internationaux, un accompagnement pré incubation et post incubation, des formations, de la logistique matérielle, et un accès au réseau national des femmes chefs d’Entreprise et au réseau international, la synergie entre les incubées…

Depuis la création du premier incubateur à Casablanca, d’autres incubateurs ont vu le jour dans les villes de Rabat/El Jadida, Tanger, portant sur un total de 125 projets qui ont bénéficié des services pré incubation et 85 entreprises ont été créées.

Ces résultats, pour lesquels nous exprimons quelque fois de la fierté, sont cependant très modestes pour le pays et eu égard aux potentialités des femmes.

Nous estimons, qu’il faut une Véritable Plan Nationale d’incitation des femmes à la création d’Entreprises. Ce Plan est la clé de l’emploi et de la compétitivité de nos entreprises tout genre confondu et peut générer un cercle vertueux de création des richesses.

Ce plan doit inclure plusieurs axes :

-La sensibilisation et l’information à tous les niveaux y compris au niveau scolaire et multiplier les espaces d’informations et d’orientation sur l’entrepreneuriat féminin.

-Le renforcement de l’accompagnement des créatrices.

-Faciliter l’accès des créatrices au financement : un premier acquis obtenu par l’AFEM est la mise en place par le gouvernement marocain d’un fond de garantie appelé « Ilaiki» qui garantie 80% des prêts pour l’investissement pour la création d’entreprises par les femmes.

-La valorisation des femmes entrepreneurs

L’AFEM reste mobilisé pour un partenariat avec le gouvernement afin de généraliser les pionnières à travers tout le pays et favoriser ainsi la création d’entreprises par les Femmes, qui participeront ainsi à la création de richesse et d’emplois pour notre pays

3) Quelle est votre vision et lecture du Printemps arabe sur les femmes ?

La lecture des mouvements du printemps arabe et l’implication et les conséquences pour les femmes arabes ne sont pas aisées. Mais en ce qui me concerne, j’estime que la brèche est ouverte et que les régimes autocratiques qui ont dans une large mesure contribué à fabriquer les mouvances islamiques et qui restent largement responsables de notre sous développement, et de notre éloignement des sociétés du savoir sont derrière nous.

Les hommes et les femmes du monde arabe vont pouvoir s’exprimer et quelle que soit la lenteur que nous mettrons à rentrer dans le rang des pays du monde moderne, des valeurs comme la Démocratie , la justice (que vous défendez en tant qu’altermondialiste)vont s’imposer et à plus ou moins brève échéance, exit l’obscurantisme et le fanatisme. C’est irrémédiable et les femmes sont partie intégrante de ce mouvement

4) Alors pourquoi la perdurance des lenteurs avant pendant et après ces mouvements historiques ?

J’estime que la lenteur est le fait des femmes elles mêmes. Au Maroc en tous les cas. Nous sommes affublées d’un arsenal juridique exceptionnel. Mais il ne faut pas laisser cet arsenal au placard, comme nous ferions avec une ceinture en or.

Il faut que les femmes s’impliquent, dans leur ménage d’abord exerçant les responsabilités dont les charge la nouvelle moudouwwana, en bonne intelligence avec leur conjoint. Nous leur conseillons de s’impliquer dans une activité Entrepreneuriale si leur conjoint a choisi une activité salariée. Nous leur conseillons de s’impliquer dans l’activité entrepreneuriale avec leur conjoint s’ils ont décidé de mener une entreprise familiale ou d’e créer une. Mais en tous les cas nous leur déconseillons de ce complaire dans les tâches ménagères et de verser dans la servilité et la dépendance économique.

Il faut que les femmes soient ambitieuses dans l’exercice de leur métier. Nous sommes conscientes de leur différence biologique et comprenons qu’elles abandonnent les luttes pour les promotions cèdent la place à leur collègues hommes au moment où elles entreprennent simultanément leur carrière professionnelle, leur gestation et l’éducation de leurs enfants. C’est pour cela que nous pensons qu’une entreprise personnelle, où elles peuvent moduler l’intensité de leur activité est la meilleure solution pour elles.

Elles doivent s’impliquer politiquement, exprimer leurs idées, s’impliquer socialement et s’intégrer dans les réseaux qui mettront en valeur leurs compétences.

 

5) Microfinancing comment vous vous positionnez ?

Le Microfinancing est quelque chose de différent par rapport à nos objectifs de création d’entreprises. Mais il peut en être le prélude.

Il est réservé aux femmes qui n’ont pas de formation de base et qui veulent exercer des activités. Elles bénéficient d’un prêt relativement modeste. Mais ces activités peuvent sortir sa famille d’une mauvaise passe.

Quelques chiffres (en bref mentionnés dans le rapport genre 2013) sur le Maroc :

Sur 33 Millions d’habitants, plus de 50% sont des femmes :

Espérance de vie : est passée de 73 ans en 2004 à 76 ans en 2011

Enseignement :           45% dans le primaire, 40% dans le secondaire (2012)

63% étudiants en commerce et gestion sont des femmes et 74% en médecine

Emploi des femmes : 70% dans le textile / 57% industrie électrique électronique et 60 % dans l’agroalimentaire

Taux emploi des femmes en 2012 : 24,7% avec 17,6% en urbain et 35,6% en rural

Chômage écart de 1,2% : 9,7 pour les femmes contre 8,5 pour les hommes

Entreprenariat féminin : entre 9000 et 10 000 soit 10% avec :

-37% dans le service

-31% dans le commerce

-21% dans l’industrie avec majorité dans le textile

- 40% de ces entreprises emploient moins de 9 employés

Age de mariage passe de 19 ans en 71 à 26 ans en 2012

Taux de mortalité maternelle pour 100 000 naissances : de 332 en 1997 à 112 en 2010

Chef de ménage, 19% sont des femmes

Taux d analphabétisme reste très élevé dans le rural, à près de 55%

Attention taux de chômage des filles du milieu urbain entre 15et 24ans est de 41%

Scolarité de filles de 15 – 17 ans : 83,1% dans le urbain contre 18,8 % dans le rural

Un mot sur l’AFEM :

13 ans d’existence avec 400 membres et une présence régionale à casa, Rabat, Tanger, Fès,  Eljadida et Agadir. Elle est membre du conseil d’administration de plusieurs organismes publics comme AMDI/ANPME.

Dernier acquis de l’AFEM : la signature en Mars 2013 d’un partenariat avec le gouvernement pour la mise en place d’un fond de garantie géré par la CCG au nom de ILAIKi permettant au FCE d’obtenir un crédit allant jusqu’à 1 Mdhs .la garantie porte sur 80%

 

 

 


Mots clés:

Suivez-Nous

Ne manquez plus nos astuces, buzz, bons plans et dernières tendances en les recevant par mail.

ok
Please: don't use the images and text of UFFP WEBZINE on websites, blogs or other media without my explicit permission_ 2010 ©UNITED FASHION FOR PEACE_ All Rights Reserved
United Fashion For Peace 2013 :: Powered by PiVO