Herve Beuze « à Gorée, j’ai pu combler mon manque d’Afrique » !

  • By UFFP
  • 2 février 2013
  • 0
  • 255 Views

 

 

Coeurs d’Afrique

Dapper s’est exposée à Gorée  avec des Artistes en résidence, venus des Antilles.  UFFP a rencontré plusieurs d’entre eux. Herve Beuze  est l’un des résidents, artiste plasticien fan de la récup. Il nous vient tout droit de la Martinique. Il nous raconte sa vision de la négritude et de l’esclavage au travers de l’installation  de quatre magnifiques silhouettes fantomatiques.

De notre envoyée spéciale à Dakar : Fériel Berraies Guigny

Photos Diane Cazelles

Herve Beuze en pleine création

Nous l’avons rencontré le 12 décembre, lors  de l’inauguration de l’Expo Dapper à Gorée. L’occasion de discuter de la place de la négritude aux Antilles, les convergences et les divergences entre les peuples d’Afrique et sa région.

 

Un joli moment, passé avec un artiste qui parle avec le cœur et travaille avec les tripes.

 

matériaux de recup que l’artiste a utilisé pour son projet

Entretien :

Vous êtes plasticien, et vous nous avez présenté quatre œuvres implantées au milieu de l’esplanade ? Oui en effet, il s’agit de quatre personnages  qui sont des personnages symboliques de la destinée de « ceux qui sont partis »

 

photo Diane Cazelles

 

Le premier personnage est en ferraille récupérée à Gorée, le second personnage en bleu évoque les esclaves qui ont été jetés par-dessus bord des navires. Le troisième personnage est en bois de palette qui sert justement à la marchandise. Pour parler de la nouvelle forme d’esclavage qui est destinée à l’exploitation commerciale mondiale des hommes. C’est un clin d’œil à la consommation. En dernier lieu, la silhouette de femme qui se présente comme une déesse de la liberté. Elle s’inspire des costumes traditionnels du Sénégal. Egalement un clin d’œil aux boubous des femmes sénégalaises lors des fêtes et cérémonies.

 

Je vois également des formes qui s’apparentent aux oiseaux ? oui car dans l’Ile la présence des oiseaux et importante, mon personnage féminin a donc une chevelure qui monte vers le ciel. Il y a donc cette idée de liberté mais aussi des tags, l’utilisation des mots que l’on retrouve sur les mots de l’Ile pour justement exprimer par les mots la liberté.

Cela vous fait quoi de faire le lien artistiquement avec la mémoire ? cela permet de calmer ce qu’il y a en nous. Combler ce manque d’Afrique qu’il y a en Martinique. C’est important de pouvoir renouer le lien. D’autres artistes on fait cette introspection, notamment le grand Aimé Césaire, avec Senghor, il a pu évoquer la négritude.

C’est donc une expérience magnifique ? Oui car ces expériences pour nous antillais ne sont pas nombreuses et je tiens à remercier le Musée Dapper de cette opportunité qui m’a permis de plonger dans mes racines ancestrales.

L’Afrique et la Martinique, un chassé-croisé pas évident ? Disons que la Martinique a son propre modèle de développement, sa propre culture Je dirai même qu’il y a une volonté étatique de faire oublier l’Afrique. On s’éloigne réellement de l’identité que prônait Aimé Césaire, en allant plus vers une identité multiple.

La Martinique a une dynamique  identitaire qui se cherche ? Oui la Martinique essaye de se forger une posture dans le Monde. Souvent on se dit que l’on est peut être la première forme de mondialisation, car nous symbolisons à nous seuls plusieurs peuples.

Un melting pot culturel de gré ou de force ? Quel que soit le moyen et l’histoire, on est aujourd’hui multiculturel. On est un peuple mosaïque, une mosaïque culturelle.

Le métissage c’est quoi pour vous ? C’est la profonde question de l’identité avant tout. Le mélange va à l’encontre de l’image unitaire d’une culture identifiée. C’est Edouard Glissant qui a pu philosopher sur la question pour trouver quelle forme donner à ce magma culturel, ce magma de peuple que nous sommes.

 

Aux Antilles on veut créer un peuple nouveau ? En tout cas une manière de penser nouvelle, cela est présent dans nos pratiques culturelles et culinaires et dans la Musique. L’Afrique n’est pas absente pour autant mais ce qui nous manque peut-être, c’est de savoir quel visage de l’Afrique on a.

Et quel est ce visage d’Afrique que vous voyez aux Antilles ? Elle n’est pas toujours positive certes, il m’a fallu venir en Afrique pour le comprendre. Mon séjour à Gorée m’a ouvert les yeux. J’ai découvert ici beaucoup de solidarité, d’entraide, même manger à la sénégalaise dans un seul plat. C’est un échange, une communion des esprits et des actes et cela me montre une autre Afrique !

En Martinique trouvez-vous cette communion et solidarité ? Cela est en train de changer, on est plus dans une dynamique d’individualisme et de globalisation, le chacun pour soi prévaut. Il y a beaucoup « d’indivdiduaction », l’égoïsme surtout.

Les outils du modèle occidental, conduit donc à l’hermétisme pour l’autre ? Oui cela conduit de plus en plus l’individu à se penser tout seul. L’Afrique s’y met aussi, mais il y a encore un reliquat de traditions et de coutumes.

Artiste engagé ? Oui absolument, dans mon désir de donner et d’exprimer ma part au Monde. Il faut sortir de soi et tenter de ne pas donner une image type surfaite dès le départ.  Une image sclérosée, une image qui enferme.

Les Antilles c’est né d’un Choc douloureux ? Oui absolument, mais par la suite comme ce qui s’est passé par ex dans toutes les Amériques, il y a eu naissance de rencontres nouvelles, de cultures nouvelles.

Culture pour la paix de UFFP/ United Fashion for Peace ? Oui c’est un moyen qui permet à l’homme et surtout en Afrique, d’aller vers d’autres rapports que ceux qui sont guerriers ou de conflits. La culture permet de faire le lien par la musique, la danse, le cinéma, la paix peut être servie par l’Art et la Culture.

Les Artistes du Sahel du Monde arabe sont souvent en danger, que voulez-vous leur dire ? La liberté d’expression est la valeur la plus importante à défendre. Mais maintenant, la culture et la religion sont deux domaines qui ne font pas bon ménage. Mais l’Art doit absolument garder sa liberté pour ne pas  mourir !

UFFP

UFFP la Fondatrice et Présidente FERIEL BERRAIES GUIGNY :
Tour à tour mannequin, criminologue, diplomate et journaliste, la franco tunisienne Fériel Berraies Guigny a lancé en février 2011, une Association loi 1901 du nom de United Fashion for Peace. Parmi les activités de l'Association, une Caravane de mode internationale qui met en avant la paix, la tolérance, le dialogue entre les civilisations par le biais de la mode et de l'artisanat éthique. Née dans la foulée du printemps arabe, cette Association réunit tous les artistes du monde pour la paix, désireux de donner de l'espoir dans des régions en crise ou en transition. Depuis le mois de mai dernier, le magazine en ligne a aussi vu le jour pour être le portevoix de tous ses combats pour une planète éthique. La première programmation de la Caravane de mode se fera prochainement en février 2012 en Afrique subsaharienne sous la thématique de l'éducation pour la paix à la Triennale de l'Education en Afrique. Sept pays ont été les Ambassadeurs, Tunisie, Maroc, Cameroun, Afrique du Sud, France/Niger et Burkina Faso.
Fériel Berraies Guigny dirige par ailleurs, depuis des années deux panafricains New African en co rédaction et New African Woman/ Femme Africaine qu'elle a crée pour le groupe de presse britannique IC publications. Elle a longtemps été journaliste correspondante presse pour la Tunisie.

UFFP Contenu rédactionnel webzine :
Magazine français pour une planète éthique. Se veut une plateforme internationale pour une mode éthique qui défend la paix, la tolérance, l'échange, le dialogue entre les civilisations par le biais de la culture, de la création et de l'artisanat. Rubriques : 'Planète éthique' - 'Le rendez-vous des entrepreneurs' - 'Ethnical Conso : beauté bio, manger éthique' - 'Ethical Fashion' - 'Eco Déco' - 'Culture éthique' - 'Eco Evasion' - 'Société et éthique' - 'Femmes d'Ethique' - 'Prix Ethique' - 'Paroles Ethique'.
Mission de l'Association UFFP :
La Caravane United Fashion for Peace est née ce mois de février passé dans la foulée du printemps arabe et suite au massacre de femmes ivoriennes dans le marché lors des affrontements civils dans le pays. C'est une Association loi 1901française, née du désir de rendre hommage a à tous ceux qui ont perdu la vie pour un idéal de paix dans le Monde, tous ceux qui ont été sacrifiés alors qu’ils recherchaient simplement la dignité humaine. Cette Association et plateforme internationale est apolitique, sans coloration religieuse ou ethnique, elle se bat pour la mode éthique, défend par le biais de la culture, de la création et de l'artisanat, la paix, la tolérance, l'échange, le dialogue entre les civilisations.
Dans le farouche désir de combattre pacifiquement les injustices sociales et économiques à l'encontre des peuples par la culture, elle entend véhiculer des messages d'humanité. Son slogan le beau au service de l'autre, permet des passerelles, des rencontres et l’ acceptation des diversités couture. L'esthétique pour l'éthique reste son credo.

United Fashion for Peace entend fédérer le meilleur de la création internationale dans le respect de la diversité, des us et des coutumes. Tout un symbole de paix aujourd'hui, alors que le Continent continue de subir les soubresauts de son histoire.
Investir dans la paix c'est investir dans les peuples
UFFP est une plateforme internationale destinée à valoriser la création éthique centrée sur le développement humain durable.
Pont couture entre les peuples du Monde, cette plateforme a pour vocation de faire la promotion d'une création éthique et sans frontières. Favoriser un jour le commerce équitable de ces produits, pouvoir faire venir les artistes sur Paris pour leur organiser des défilés et vendre leurs produits.
United Fashion for Peace, c’est un concept qui propose un défilé de mode « clés en main », une animation « décalée » à l’occasion d’une manifestation, d’un colloque, d’un forum, d’assises politiques, économiques, scientifiques.
United Fashion for Peace c’est la présentation d’artistes qui font vivre et revisitent une culture, c’est un témoignage de richesse et de savoir faire, c’est la promotion du développement durable avec l’ambition d’accéder à la conscience durable
United Fashion for Peace c’est un vecteur d'amour et le partage dans la création.
Pour les organisateurs il s'agit de créer un évènement mais aussi de véhiculer une philosophie de vie dans la création. Pour laisser quelque chose aux générations futures " loin des passerelles du luxe, UFFP est avant tout une histoire d'amour et d'amitié avec les peuples, leur création, leur identité et leur patrimoine au service de l'autre.

C'était une idée, elle est devenue un projet, aujourd'hui une Association qui a hâte de trouver des programmateurs, des sponsors et des partenaires afin de pouvoir sa première édition.
UFFP dans le Monde
UFFP est à la recherche de programmations dans le Monde, de partenaires et de sponsors qui souhaiteraient se rapprocher de l'éthique, du développement durable, de la préservation des Arts et métiers, des droits de l'homme, de la culture et de la parité, sans oublier le dialogue entre les civilisations qui sont les valeurs qu'elle véhicule.
A chaque programmation dans un pays où événement donné, sont mis en avant les créateurs du pays hôte qui sont dans l'éthique.
UFFP s'adapte à toutes les thématiques et les rencontres politiques, économiques, culturelles, développement, environnements, bio, bilatérales, multilatérales, fêtes d'indépendance, fêtes nationales, parité, jeunesse, droits de l'homme, ou encore pour médiatiser une problématique donnée de la région.
A terme, L'Association voudrait pouvoir faire également du caritatif, et organiser des ventes de charité, au profit d’une ONG ou association défendant des valeurs similaires et la mettre en avant à l'occasion d'un défilé programmé.
Siteweb: http://www.unitedfashionforpeace.com
contact: unitedfashionforpeace@gmail.com

UFFP mode d'emploi :
La promotion d’un pays passe par la mise en avant de ses valeurs, de ses atouts et par une communication à la fois ciblée, régulière et soutenue. La Côte d'Ivoire de la paix et de la réconciliation souhaite développer un tourisme culturel mais également donner une image positive d’une Afrique à la fois moderne et traditionnelle où les valeurs humaines, sociales et pacifiques prédominent.

View All Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *