Share
Suivez nous

eLearning Africa : les TIC pour un développement durable de l’éducation

Ajouté par , Le mai 21, 2012 , dans Buzz, Ethical Planet, Evénement, Société

C’est  sous le thème de «eLearning et développement durable», qu’ eLearning Africa, le  rendez-vous désormais incontournable des TIC en Afrique, va pouvoir débattre dans sa 7e édition, des nouvelles  technologies et de leur apport pour l’éducation du Continent.

Pour Rebecca Stromeyer Présidente Fondatrice elearning  cette plateforme est inépuisable en terme de réseautage mais surtout d’expertise, de solutions nouvelles face au problème endémique de  la qualité et de l’accessibilité à la formation et à l’enseignement. Convaincue plus que jamais que les TIC sont un début de réponse aux problèmes de développement, d’éducation et de formation . Les TIC font avancer  l’éducation en Afrique. C’est à travers plusieurs Ateliers d’information et de formation, d’expositions, de conférences et sessions de débats sur des thématiques en rapport avec les réalités sociales, économiques, culturelles du Bénin, que la 7e édition prendra place.

Le partage des connaissances, l’apprentissage par la pratique ainsi que le suivi et l’évaluation seront les garants d’un progrés en devenir en Afrique.

TIC  pour une éducation africaine plus efficace

La croissance rapide et l’intégration généralisée des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) dans tous les aspects de la vie a ouvert de nouvelles possibilités d’élargir la portée, l’ampleur et la qualité de l’éducation et du développement dans le monde. En Afrique, l’intérêt pour l’éducation s’appuyant sur les technologies s’est énormément accru durant les dernières années. Le fait qu’eLearning Africa, la plus importante conférence sur les TIC dédiées à l’éducation en Afrique, ait grandi si rapidement en est une preuve indéniable. Plus de 1 700 participants venant de 90 pays différents ont participé à la 6ème conférence internationale sur les TIC consacrées au Développement, à l’Education et à la Formation à Dar es Salaam en mai 2011.

De plus en plus de gouvernements africains reconnaissent les opportunités que les TIC offrent en termes de développement durable : elles ouvrent de nouveaux projets pour l’éducation basée sur les nouvelles technologies, rendent possible la décentralisation de l’apprentissage dans les régions rurales et offrent des méthodes de formation et d’éducation rentables pour les enseignants et les étudiants. L’investissement dans ces nouvelles formes d’infrastructure éducative dans les pays en voie de développement contribue efficacement à l’aide au développement. Il consolide la société en encourageant l’entreprenariat et en

mettant en relation les communautés africaines avec l’économie globale basée sur les connaissances. Nos sponsors et partenaires dans les champs politiques et économiques – incluant la Commission Européenne, l’UNESCO, l’UNEP, l’UNEVOC, la Banque Mondiale, le BiBB, Microsoft, SAP, Intel, Nokia and Oracle – ont tous reconnu la valeur de la contribution de eLearning Africa.

elearning quels défis en Afrique ?

Le défi du eLearning en Afrique ne consiste pas simplement à équiper les écoles d’ordinateurs. Dans la plupart des pays africains, l’un des plus grands obstacles freinant l’accès à l’Objectif du Millénaire pour le Développement : « l’Education pour Tous », est le manque d’enseignants qualifiés1. Pour la première fois, avec les technologies de l’information et de la communication, s’ouvre l’opportunité unique d’acquérir des connaissances et des compétences. Scientifiques, universitaires, enseignants et travailleurs spécialisés peuvent partager les tout derniers développements de la recherche et de la pratique pour l’orientation professionnelle sans avoir à quitter leurs pays ni leurs postes. Ils peuvent participer à des échanges professionnels, partager des expériences et élargir leur réseau partout dans le monde. De la même manière, chaque secteur de l’éducation et de la formation peut en bénéficier, de l’école primaire à l’université et des entreprises aux organisations du secteur public.

L’éducation facilite la participation à la vie économique et culturelle de la société. En Afrique subsaharienne, où aujourd’hui plus de 40% de la population a moins de quinze ans, cela est d’une grande importance. D’ici à 2050, le nombre de personnes vivant en Afrique, qui s’élève aujourd’hui à plus d’un milliard, doublera pour atteindre approximativement deux

milliards. La demande pour plus d’éducation va continuer d’augmenter, mettant les gouvernements et les sociétés à travers toute l’Afrique face à de très grands défis.

L’éducation professionnelle est aussi un enjeu crucial du développement. Les entreprises souhaitant investir en Afrique se trouvent face à une pénurie de personnel qualifié. Fréquemment, les investissements initiaux doivent donc être consacrés à la formation et l’éducation continue des employés.

Le eLearning cible de nouveaux groupes de population

Le eLearning offre la possibilité d’une formation tout au long de la vie, permettant l’accès à une base de connaissances globale et facilitant la coopération et le partage d’informations. L’utilisation accrue des Ressources Educatives Ouvertes avec leurs contenus et logiciels disponibles librement, ouvrent des opportunités toujours plus nombreuses. L’intérêt pour l’apprentissage basé sur les technologies est en constante augmentation en Afrique ainsi que l’illustrent les commentaires suivant :

Ban Ki-Moon, Secrétaire Général des Nations Unies, 17 mai 2010 :

« Un meilleur accès à l’éducation signifie un progrès plus rapide vers les Objectifs du Millénaire pour le Développement. Internet guide l’échange, le commerce et même l’éducation. La télémédecine améliore le soin médical. Les satellites en orbite terrestre sont utilisés pour anticiper les changements climatiques. Et les technologies vertes promeuvent

des villes plus propres. Alors que croît l’importance de ces innovations, de la même manière, croît aussi le besoin de combler la fracture dans l’accès au numérique. »

Hon Dora Silya, Ministre de l’Education de Zambie, lors de la Troisième Table Ronde Ministérielle, 25 mai 2010 :

« Nous avons réalisé que le eLearning est l’un des plus importants facteurs de développement. »

Dr Mohammed Gharib Bilal, Vice Président de la République Unie de Tanzanie, lors de eLearning Africa 2011, 25 mai 2011:

« Le rôle de l’Afrique est en train de passer de celui de spectateur à celui de participant actif dans le développement technologique… Si le monde en ligne est équipé pour amener du changement positif en Afrique, alors nous devons changer nos mentalités de façon décisive, collective et délibérée, comme un seul peuple vis-à-vis des TIC. »

Paul Kagame, Président du Rwanda, lors du Rassemblement Consultatif de la Commission sur les Bandes Larges du Développement Numérique, 9 septembre 2011 :

« La jeunesse africaine possède l’énergie, la passion et le dévouement pour utiliser ces technologies qui défient les changements globaux ; ils bénéficient grandement des TIC. Notre devoir, en tant que leaders, est de construire le bon environnement et de favoriser les investissements nécessaires qui leurs permettront de réaliser leur potentiel. N’attendons pas un autre siècle pour réaliser que la connexion à larges bandes a été une autre opportunité manquée pour l’Afrique. » 5 © ICWE GmbH 2012

La technologie dynamise l’économie

L’accès aux technologies numériques est important pour le développement de l’économie. La communication mobile et le Networking par internet peuvent aider les nouvelles entreprises à grandir, sans oublier que, dans beaucoup de pays africains, les nouvelles entreprises ont un rôle majeur dans le développement économique. La communication mobile et le Networking peuvent ouvrir de nouveaux types d’affaire et l’accès à de nouveaux marchés. Par exemple au Kenya, l’abolition des 16% de taxe sur l’équipement de téléphonie mobile en 2009 a entraîné une augmentation des achats de 200% dans le secteur. Le Kenya est aujourd’hui à la tête des transferts monétaires en téléphonie mobile avec 8,5 millions d’utilisateurs.

Consolider la population

Une meilleure éducation profite à toute la population. Les TIC, et surtout internet, ont contribué à encourager la démocratie et la liberté dans le monde entier en rendant l’information et la connaissance accessibles. Les connaissances spécialisées ne sont plus l’apanage d’un petit nombre d’experts, aujourd’hui beaucoup d’informations sont librement accessibles. Les développements politiques peuvent être aussitôt et très largement discutés et commentés sur les médias numériques.

Les TIC pour l’éducation en Afrique : Le Statut Quo

Beaucoup de pays africains sont en train d’étendre leur infrastructure TIC nationale et régionale afin d’améliorer l’accès à l’éducation et la formation à de plus larges portions de la population. Les stratégies nationales – concentrées sur les TIC ainsi que l’implémentation de

technologies à but éducatif à grande échelle dans les écoles et les universités, aident à l’accomplissement de cela. En 2007, 48 pays africains avaient déjà initié et développé une stratégie nationale concernant les TIC. 39 d’entre eux ont planifié des mesures décisives pour l’intégration des TIC dans le secteur de l’éducation.

La plupart des gouvernements se sont concentrés sur l’expansion de l’accès aux TIC, afin de renforcer la capacité de la population à utiliser les nouveaux médias et intégrer le potentiel des technologies modernes dans la formation des professeurs. Certains pays ont déjà fait un pas de plus en répondant aux besoins d’équipement éducatif informatique en milieu scolaire et en saisissant l’opportunité d’enseigner les langues locales.

La plupart des pays ont déjà dépassé la phase expérimentale. Par exemple, les organisations gouvernementales du Ghana, du Sénégal, du Rwanda et du Kenya travaillent ensemble avec le secteur privé, les institutions éducatives et les ONG à l’intégration des TIC dans le système éducatif national. La plupart des pays ont besoin de soutien afin de mettre en place des stratégies de TIC. Pour cette raison, les partenariats avec des organisations internationales pour le développement et les partenariats bilatéraux avec l’industrie de l’informatique sont souvent le plus important premier moteur de développement.

Les réseaux internationaux offrant le eLearning ou l’enseignement à distance sont des piliers importants de l’éducation à tous les niveaux. Le Réseau de Développement Global de l’Education (RDGE), une union forte de 120 organisations internationales, s’est appliqué à former des milliers d’employés administratifs et de cadres dans le monde entier depuis 1999 grâce aux dits cours d’apprentissage mixtes (un mélange de eLearning et de formation sur le terrain). Les thèmes des cours fournis par le RDGE incluent : combattre le SIDA, faire face

la gestion des ressources en eau, au manque de nourriture, aux conflits de gestion, étendre la télémédecine et l’engagement politique.

Les Universités à la Tête du Développement

Les universités africaines sont la force motrice ouvrant la voie pour une société numérisée et l’implémentation de projets adaptés. L’Afrique ne doit pas craindre la comparaison internationale dans les différents domaines du eLearning, bien que les circonstances restent souvent difficiles du aux déficits en infrastructures et au manque de ressources financières. A l’exception de l’Afrique du Sud et de la plupart des universités d’Afrique du Nord, les universités africaines ont un accès plus limité aux bandes larges que les ménages moyens en Europe. Cependant, des partenariats privés ont été formés là aussi – appelés Recherche Nationale et Réseaux Educatifs, qui font le lien entre les universités et les institutions éducatives au niveau national. Des exemples de cela sont le Réseau Ouest et Centre Africain d’Afrique de Recherche en Education (ROCARE) et AfricaConnect.

En plus du manque d’infrastructure technique, la capacité de la plupart des universités n’est pas suffisante pour offrir aux étudiants des contenus éducatifs qualifiés. C’est pour cette raison que les réseaux du eLearning et de l’enseignement à distance prennent une importance significative dans le domaine universitaire. Des exemples de cela incluent l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF), qui fournit des programmes d’enseignement à distance pour toute l’Afrique fancophone, ainsi que l’Université Virtuelle Africaine représentant le plus grand fournisseur de solutions elearning pour le monde académique.

L’Université Virtuelle Africaine (www.avu.org) est une Organisation Intergouvernementale Panafricaine établie par une charte comportant un mandat pour un accès considérablement

croissant à une éducation de qualité et à la formation, grâce à l’utilisation innovante des TIC. Une charte, établie par l’Université Virtuelle Africaine comme organisation intergouvernementale, a été signée jusqu’ici par 8 gouvernements africains – le Kenya, le Sénégal, la Mauritanie, le Mali, la Côte d’Ivoire, la Tanzanie, le Mozambique et la République Démocratique du Congo. L’Université Virtuelle Africaine a son siège à Nairobi au Kenya et son bureau régional à Dakar au Sénégal, avec des accords dans chaque pays hôte et le statut diplomatique pour ces deux gouvernements.

A ce jour, l’Université Virtuelle Africaine a délivré des diplômes à plus de 43 000 étudiants à travers l’Afrique et établi le plus grand réseau de eLearning et d’enseignement à distance comprenant plus de 27 pays d’Afrique subsaharienne. L’atout principal de l’institution est sa capacité à travailler dans tous les paysages politiques et par-delà les frontières et les langues en Afrique anglophone, francophone et lusophone. Elle est un Portail Libre de Ressources Educatives (http://oer.avu.org), qui est disponible partout dans le monde et s’est vu récemment décerner le prix de la Meilleure Initiative Emergeante en Portail d’Education dans la catégorie « choix du public ». Selon le président de l’Université Virtuelle Africaine, Dr Bakary Diallo, « cette récompense montre que l’Afrique est passée d’un modèle de développement qui tire ses ressources de la communauté internationale, à un modèle qui pousse en avant le développement d’un contenu pertinent et intéressant contribuant au dialogue international sur l’éducation. »

L’Afrique est Mobile

« L’Afrique est le marché de téléphonie mobile à plus forte croissance du monde et le plus grand après l’Asie. » 3 Les téléphones portables sont le premier mode d’accès à internet en Afrique de l’Est avec un total de 99% des souscriptions à internet (dernier rapport de la Commission de

Communication du Kenya). En comparaison aux dispendieuses connexions internet à large bande, les réseaux mobiles en Afrique sont très largement développés. C’est la raison pour laquelle les solutions « mobiles » présentent des avantages importants en Afrique.

De plus, dans de multiples régions africaines, on s’appuie déjà beaucoup sur les réseaux de téléphonie mobile pour l’éducation et la formation continue. Les entreprises et l’agriculture s’en servent également afin de rester informées des développements du marché et de collecter des données. Les réseaux d’information des producteurs et des traders en produits agricoles, tels que Infonet Biovision au Kenya ou Market Infonet en Ouganda, sont des exemples notables de cela.

Dans le secteur médical, des projets d’éducation continue impliquant l’utilisation de systèmes mobiles tels que les Assistants Numériques Personnels (PDA en anglais) et les ordinateurs portables sont de plus en plus utilisés. L’organisation américaine SATELLIFE sert de service d’information par satellite pour les docteurs et le personnel médical depuis 1987. Aujourd’hui partie prenante de fhi360-SATELLIFE, elle offre l’accès à l’information (à la pointe de la littérature médicale et de la santé) et les outils pour traiter cette information, à ceux qui en ont le plus besoin dans la plupart des pays en développement. Elle apporte également l’efficacité des emails aux services de santé des régions et accroît significativement leur accès aux dernières découvertes concernant des sujets pertinents tels que le SIDA, la malaria, la santé de l’enfant et de la mère, et des systèmes de gestion de la santé, d’une part, ainsi que la capacité à réunir, analyser et utiliser ces données pour la prise de décision et l’allocation des ressources d’autre part. 10 © ICWE GmbH 2012

Le eLearning dans les Ecoles

De nombreux projets en Afrique sont dédiés à l’équipement des écoles primaires et secondaires en termes d’infrastructure technique telle que les ordinateurs, la connexion à internet, un réseau international pour les écoles et des équipements tels que les Smartboards (tableaux d’école numériques).

Un très grand nombre de projets de eLearning se sont répandus sur tout le continent. Par exemple, au Ghana, le gouvernement soutient le déploiement des ressources partagées par informatique dans les écoles dans tout le pays. Au Niger, au Kenya, en Zambie et en Namibie, des initiatives similaires sont en cours depuis plusieurs années.

eLearning Africa : La Conférence

eLearning Africa entend fournir un réseau panafricain de professionnels du domaine de l’éducation basée sur les technologies, ainsi qu’une plateforme pour ceux qui souhaitent développer des formes d’éducations en Afrique pour l’avenir.

Après sept années d’existence, eLearning Africa est devenue l’évènement africain annuel le plus important pour les décideurs et les contacts clés dans le domaine du eLearning. L’objectif principal de la conférence est d’examiner comment les pays en développement peuvent être le mieux assistés dans l’établissement de nouvelles infrastructures, apprendre d’autres pays et intégrer leurs projets à l’objectif essentiel du développement durable. En même temps, elle tend à fournir une vitrine du potentiel et des accomplissements de l’Afrique. 11 © ICWE GmbH 2012

D’après Rebecca Stromeyer, initiatrice de la conférence et Directrice exécutive de ICWE GmbH, les questions essentielles sont : que pouvons-nous apprendre de l’Afrique et que peuvent apprendre les africains les uns des autres ?

La conférence réunit plus de 1 700 experts du eLearning, practiciens, chercheurs et parties prenantes de plus de 90 pays. Les fournisseurs de eLearning connectent les utilisateurs des technologies de l’apprentissage, les enseignants, les professeurs et les chercheurs des écoles et des universités, les présidents d’université, les directeurs des établissements éducatifs privés et publics, et les ministres et officiels. Les représentants des compagnies des technologies de l’information, des télécommunications et des logiciels côtoient les représentants du gouvernement, des organisations intergouvernementales et non-gouvernementales et les employés des organismes de développement. Plus de 80% de ceux-ci proviennent de pays africains. eLearning Africa est la plus grande conférence sur l’éducation assistée par les technologies du continent africain.

Cet évènement se tient dans un pays différent chaque année. Jusqu’ici, il a eu lieu en Ethiopie, au Kenya, au Ghana, au Sénégal, en Zambie et en Tanzanie. En 2012, le Bénin sera l’hôte de eLearning Africa du 23 au 25 mai à Cotonou. Le fait que la conférence se tienne chaque année dans un nouvel endroit met en exergue la nature transnationale de l’événement tout en soulignant les caractéristiques spécifiques de chaque pays hôte. L’équipe internationale de ICWE organise la conférence en coopération étroite avec le ministère de l’éducation, le ministère des TIC ou la Présidence de la République des divers pays hôtes.

eLearning Africa insiste sur les nombreuses initiatives dans l’éducation soutenue par les technologies et la formation pour le développement. Des exemples récents incluent des projets de eLearning dans les écoles africaines, la promotion de l’apprentissage

technologique dans les soins médicaux et le combat contre le SIDA, ainsi que l’utilisation du eLearning pour l’agriculture, le tourisme, l’énergie, les ressources naturelles, la jeunesse, la formation et dans les affaires. La promotion des causes de la femme est également l’un des thèmes importants à travers toutes les conférences eLearning Africa.

eLearning Africa s’est révélée être une plateforme efficace pour les nouvelles idées et les solutions réalistes. Une récente évaluation internationale a montré que plus de la moitié des répondants au questionnaire avaient déclaré que leur participation à la conférence avait directement conduit à de nouveaux projets. Bien que la plupart des participants financent eux-mêmes leur présence à la conférence, l’équipe organisatrice a développé un parrainage ciblé qui permet un équilibre juste de la participation – prenant par exemple en compte les besoins des éducateurs africains à faibles revenus.

eLearning Africa  d’hier à aujourd’hui

Lieux précédents de l’évènement et nombre de participants:

 2006 Ethiopie: 832 participants

 2007 Kenya: 1406 participants

 2008 Ghana: 1502 participants

 2009 Sénégal: 1350 participants

 2010 Zambie: 1778 participants

 2011 Tanzanie: 1702 participants


Mots clés: ,

Suivez-Nous

Ne manquez plus nos astuces, buzz, bons plans et dernières tendances en les recevant par mail.

ok

Afrique des Droits des Femmes

Stop au sexisme qui tue !

Afrique des Droits des Femmes

Adieu RIP messieurs les Présidents !

Please: don't use the images and text of UFFP WEBZINE on websites, blogs or other media without my explicit permission_ 2010 ©UNITED FASHION FOR PEACE_ All Rights Reserved
United Fashion For Peace 2013 :: Powered by PiVO