Share
Suivez nous

Anne Virginie et Anicet  » mieux connaitre les abeilles c’est aussi protéger la planète chacun à sa façon » !


Apiculteurs depuis deux générations,  Anne-Virginie et anicet sont un couple dans la vie et également les propriétaires de la ferme des Miels d’Anicet »les abeilles et le miel sont toute notre vie! Nous sommes des passionnées, des épicuriens, des curieux et nous considérons notre métier comme un mélange parfait entre l’entomologie, la biologie et la botanique » explique le couple d’apiculteurs.
photos crédit  Mathieu Dupuis
Une ferme  installée à 260 km de Montréal, dans une région forestière qui se nomme les Hautes-Laurentides. Un des territoire privilégié du Québec pour faire de l’apiculture car il est composé principalement de nature sauvage (collines boisées, de prairies naturelles, de lacs et de rivières) ou de zones agricoles  certifiées biologiques. Un cheptel de 1 000 ruches est réparti sur un territoire de 100 kmet leur permet de produire du miel certifié biologique  » nous avons également un centre d’élevage de reines abeilles dont le travail de sélection repose essentiellement sur la rusticité, la tolérance aux maladies et l’adaptabilité de l’abeille à son territoire ainsi qu’aux conditions environnementales »
Les gestes apicoles quotidien sont faits dans le plus grand respect de l’abeille, de la nature et de l’environnement.
miel
 Anne-Virginie, 37 ans, aquitté la vie urbaine pour la vie à la ferme. Un choix de vie qui s’exprime avec passion dans ce livre sur le miel. Comptable agréée de formation,  elle a quitté sa tour à bureaux du 17e étage d’un grand cabinet comptable et décidé de s’installer en région pour faire de l’apiculture. «Se laisser séduire par les abeilles», ça résume mon choix de vie. En douze ans, je suis devenue une «curieuse mielleuse» qui reçoit le miel qu’Anicet rapporte des champs afin de le transformer en petit pot d’or miellé, en savon, en pains d’épices, etc. Je travaille également au quotidien à l’éducation, la sensibilisation et la commercialisation des produits de la ferme » ajoute.t-elle.
miel3
Anicet, 35 ans, est né dans une ruche. Il a suivi plusieurs formations universitaires en apiculture en Alberta, puis en Californie pour devenir aujourd’hui l’un des rares éleveurs de reines du pays. Il travaille par passion, mais aussi par souci de renverser naturellement le taux de mortalité d’abeilles annuel effarant observé partout dans le monde depuis quelques années en sélectionnant les spécimens les plus rustiques, résistants et adaptés à leur environnement. Son expertise apicole est reconnue internationalement et il met la main à la ruche au quotidien pour assurer la santé des colonies. En observant Anicet ouvrir la ruche, on comprend l’amour qu’il a pour les abeilles, un amour né de la complicité d’un gamin avec son père apiculteur, mais également cette synergie ancestrale empreinte de respect, qui fusionne les abeilles à l’apiculteur passionné.
Entretien avec Anne Virginie et Anicet et UFFP
Pourquoi ce livre ?
La première chose importante à mentionner c’est que les apiculteurs sont des gens très passionnés, car autant les abeilles peuvent être dociles autant elles peuvent être piquantes donc on ne pratique pas ce métier si l’on n’a pas un amour profond pour elles. Cette passion quotidienne amène instantanément un désir de partager avec les autres sur le monde des abeilles et sur les plaisirs du miel.
Et encore pourquoi? Parce que mieux connaitre les abeilles c’est aussi protéger la planète chacun à sa façon. Pour nous, protéger les abeilles, c’est un projet de société. En améliorant les connaissances apicoles de tous et chacun, les gens vont comprendre qu’outre  de faire de délicieux miels, les abeilles jouent aussi un rôle très important dans la nature, dans nos vies, celui de polliniser (d’assurer la reproduction) de milliers d’espèces florales et végétales qui nous nourrissent.
De plus, le livre vise à éduquer les gens sur la nature propre du miel. Le miel c’est un des plus beaux produits du terroir car, dans chacun des pots, on retrouve tout ce qui est présent dans l’environnement de la ruche, c’est le reflet de la nature. À chaque saison, les miels ont des textures et des goûts différents. Tel une bonne huile d’olive ou un bon vinaigre, chacun des miels à un potentiel aromatique propre et il ce combine à certains aliments afin d’en retirer le plus grand plaisir gustatif.  Il est important de mentionner qu’ici au Québec c’est le sirop d’érable qui est le produit « chouchou» et que nous n’avons pas une grande «culture miel». Une autre bonne raison décrire un livre qui informe sur les miels du Québec.
Parlez nous de vos miels ?
Nous combattons chaque jour l’idée que le miel est un produit homogène et sans surprise, dont les principales qualités sont d’être jaune, sucré et vendu dans un pot en forme d’ourson. Selon nous le bonheur du miel se trouve dans sa diversité et dans sa nature crue… Manger à l’état brut il s’agit de l’un des produits le moins transformé que l’on peut trouver sur notre table. La ferme commercialise entre cinq et sept variétés à déguster comme de bons vins, attentives à l’univers de saveurs qui se déploie doucement en bouche. La cuvée de printemps, riche en pollen de pissenlit, est plus piquante. Celle de tilleul, presque incolore, et légèrement mentholée alors que le sarrasin est plus corsé et rappelle un voyage dans l’étable. Certains de nos miels sont également vendus «brut» c’est-à-dire mise en pot sans filtration afin de conserver des traces de pollens, cire et propolis.
Vos produits gourmands et ateliers ?
Les produits gourmands des Miels d’Anicet ont été développés au fil du temps, suite à nos voyages apicoles, à nos rencontres avec les consommateurs et à nos échanges avec les chefs restaurateurs. Aujourd’hui, nous offrons des moutardes au miel, des pains d’épices, des miels aux noix, des confitures aux petits fruits, des tartinades au chocolat, etc.  De plus, nous sommes également partenaires dans la ferme de ma belle-soeur qui elle se spécialise dans la production d’hydromel dont la Cuvée de la Diable, un hydromel liquoreux recommandé par les plus grands sommeliers (http://desrochersd.com)
Nos moutardes au miel, certifiées biologiques, sont fabriquées à partir de moutardes de première qualité et de 40 % de miel d’Anicet. Elles sont sans sucre ajouté, ce qui les distingue de la majorité des moutardes au miel vendues sur le marché qui elles, contiennent seulement 5 % de miel et majoritairement du sucre. Notre pain d’épices au miel de sarrasin combine un savoir-faire ancestral, des ingrédients biologiques et se distingue par l’absence de sucre ajouté, une savoureuse tranche de vie.
Dans notre atelier, nous fabriquons également des produits de soin pour la peau qui sont  enrichis en actifs issus de la ruche. Ainsi, lors de la récolte, la cire d’abeille est récupérée pour faire des savons, des crèmes et des onguents auxquels ont y ajoute du miel et de la propolis. Ici, rien ne se perd. Mieux : tout ce qui sort d’ici est biologique, et le détail n’est pas négligeable.
Tous nos savons sont faits à la main et sont hydratants grâce à leur glycérine naturelle. Ils sont 100 % naturels et contiennent une majorité d’ingrédients issus de culture biologique et/ou du commerce équitable. Dans notre procédé de saponification à froid, les savons sont élaborés avec des ingrédients de première qualité : des huiles végétales, de première pression et biologique de préférence, des huiles essentielles pour leur odeur, des colorants naturels comme les argiles, les infusions de fleurs, du lait, des fleurs, des graines…brefs, tout ce qui peut faire cohabiter santé et plaisir dans nos salles de bains.
Les recettes du livre ?
Les recettes du livre sont en partie des recettes familiales et des recettes de chefs collaborateurs. Dans la famille, nous sommes des gourmands depuis deux générations. Ma grand-maman était aubergiste et la maman d’Anicet, une grande cuisinière. Ça fait plus de trente ans que dans la famille, on cuisine au miel, ce qui nous a permis de développer de belles recettes. Notre ferme est située dans un territoire nordique, boréal et forestier ce qui nous permet de produire des miels de grande qualité et unique au Québec. Ainsi, les chefs restaurateurs de Montréal nous ont adoptés et agissent comme des ambassadeurs de nos miels. Certains d’entre eux ont accepté de collaborer dans le livre et de nous donner certaines de leurs recettes. Nous avons, par exemple, un des plus grands chefs pâtissiers nord-américains, Patrice Demers, et le sous-chef du restaurant Toqué (relais château) Charles-Antoine Crête qui y participent.
Où trouver vos produits ?
Au Québec, dans les magasins d’aliments naturels, dans les épiceries fines, dans les sections biologiques des chaines d’épicerie et à la ferme. Pour les autres régions et l’international, sur notre boutique en ligne : www.mielsdanicet.com
INITIATION À L’APICULTURE
L’apiculture est un métier ou un passe-temps captivant qui nous permet de connecter avec la nature et avec une collectivité incroyable. Ces insectes sociaux, les abeilles, n’existent que pour leur collectivité, la colonie, et chacune s’affaire à sa tâche pour assurer l’avenir de l’ensemble. J’invite donc tout un chacun à côtoyer les abeilles, mais je dois tout de même dire que pratiquer l’apiculture n’est plus une chose de simple. Il faut du savoir et du temps, car l’amour ne suffit plus….
PROTÉGER LES ABEILLES
Propulsées par une véritable passion pour l’apiculture, nous sommes engagés activement dans la sauvegarde des abeilles et la mise en valeur du travail qu’elles accomplissent. Nous explorons les quatre coins de la planète, avides de mille et une découvertes gustatives, soucieux de faire des gestes significatifs dans la lutte pour la survie des abeilles et d’acquérir sans cesse de nouveaux outils de perfectionnement.
Chacun de nous est toutefois conscient que, malgré toute l’énergie déployée, nous ne pourrons pas à nous seuls faire toute la différence. Protéger les abeilles est un projet de société! Tant que des changements importants dans nos modèles agricoles ne seront pas mis en place, aussi longtemps les abeilles continueront à mourir. L’indifférence des gens face à leur sort est explicable en partie par leur manque de connaissance face à cet insecte qui donne la couleur à notre assiette et qui nous nourrit en pollinisant plus du tiers des aliments que l’on consomme.
L’abeille est un formidable indicateur naturel, un baromètre sans égal de la qualité de notre environnement. Par ses va-et-vient entre la ruche et la nature, elle dresse le bilan de l’état de santé des écosystèmes en effectuant une biopsie de tout ce qu’elle butine. Les végétaux, l’eau, le sol, les particules contenues dans l’air ; tout ce qui nous entoure est prélevé en partie par les abeilles, qui fournissent ainsi l’empreinte de notre environnement. Depuis les 20 dernières années, les populations d’abeilles sont en déclin, une empreinte bien inquiétante de notre environnement de même que des conséquences sur la vie humaine et sur la biodiversité
 L’autre partie vient du manque de volonté réelle de changer nos habitudes alimentaires afin de faire des choix responsables et par le fait même de mettre pression sur les gouvernements et l’industrie agrochimique. L’implication des pouvoirs politiques est essentiel pour entraîner un mouvement de protection des abeilles, des pollinisateurs et des écosystèmes. Une réévaluation des modèles agricoles s’impose également dans le but d’harmoniser les pratiques, de revaloriser la diversification des cultures, de revenir à un caractère plus humain dans le travail agricole, de réduire le nombre d’espaces en monoculture et d’investir dans un développement durable favorable aux pollinisateurs. Cette démarche doit entraîner une meilleure collaboration entre agriculteurs et apiculteurs, afin que des solutions réalistes puissent être envisagées. Il est également urgent d’intervenir face à l’utilisation et à l’homologation des pesticides en favorisant, notamment, une agriculture moins dépendante des intrants chimiques. Les apiculteurs ont le potentiel d’être des acteurs importants, des informateurs de première ligne en ce qui concerne l’impact des diverses sources de pollution affectant les abeilles.
Nous espérons donc voir naître une collectivité, qui, telle une colonie d’abeilles, s’affairerait à la tâche. L’heure est venue de recommencer à semer autour de nous la vie, de faire des choix responsables quant à ce que nous voulons voir dans nos assiettes, dans nos champs et dans nos campagnes. La terre que nous empruntons à nos enfants mérite bien que l’on fasse pour elle les choix qui s’imposent afin que ses richesses soient préservées.


Suivez-Nous

Ne manquez plus nos astuces, buzz, bons plans et dernières tendances en les recevant par mail.

ok

Afrique des Droits des Femmes

AMREF sauvons les mamans d’Afrique !

Please: don't use the images and text of UFFP WEBZINE on websites, blogs or other media without my explicit permission_ 2010 ©UNITED FASHION FOR PEACE_ All Rights Reserved
United Fashion For Peace 2013 :: Powered by PiVO