Share
Suivez nous

Evelyn Stirn  » aux femmes du Sud je dis: transgressez autant que vous pouvez » !

Ajouté par , Le avril 16, 2012 , dans Ethical Planet, Paroles Ethiques

Par Fériel Berraies Guigny



Beaucoup de femmes du Nord sont conscientes des enjeux qui sont en train de se dessiner dans le Monde arabe, depuis le printemps arabe. Beaucoup d’entre elles sont engagées et solidaires par rapport à leurs « sœurs du Sud »

Evelyn Stirn avocate, est l’une d’entre elles, invitée souvent à prendre la parole dans des forums africains et méditerranéens, UFFP vous fait découvrir une femme    trés engagée par rapport à l’Afrique et  la parité dans le Nord comme dans le Sud.

Bio Expresse:

Avocate, banquier d’affaires, Evelyn Stirn est multicasquettes rien ne l’arrête. Chargée de  cours en MBA à Sciences Po et à HEC. Elle est également gérante de Sic et Network,Vice-Présidente du Cercle MBC. Et last but not least, responsable de  l’Entité féminine des Contemporaines du MBC.


Entretien avec UFFP :

1/ Quelle est aujourd’hui la place de la femme dans la gouvernance en France? comment expliquer son manque de représentativité politique? Il faut de la patience car c’est un combat qui continue en permanence. Nous arrivons de très loin, la française n’a pu voter qu’en 1945 ce qui est tout de même inouï. Bien que nous ayons avancé, il reste encore énormément de choses à faire. Je ne suis pas dans le défaitisme car ce qui compte ce sont les résultats. Vous le savez je suis très favorable à la loi, car c’est par elle que nous contraignons l’ensemble des institutions à évoluer en particulier pour le droit des femmes.
2/ Changer les mentalités c’est un gros travail en soi, les quotas suffiront ils? seront ils pour autant garants de l’efficacité féminine? C’est exactement la limite du quota. Le quota à fait la preuve de son efficacité, en France c’est obligatoire dans les élections municipales et régionales. En revanche pour les législatives et les sénatoriales il n’y a pas de quota, il y a des chiffres malheureux, 12% et 18% pour le nombre de femmes à l’Assemblée Nationale et au Sénat. Ce qui est inacceptable, la preuve par le quota. Le quota a aussi la limite de faire parvenir au pouvoir des femmes qui ne sont pas nécessairement compétentes. Mais le système au bout d’un moment finit par les éliminer si j’ose dire.
3/ La gestion de la chose publique c’est avant tout une affaire d’hommes, en tant qu’avocate la loi suffira telle à faire plier les coutumes? dans les sociétés dites modernes en Europe, les femmes restent marginalisées, là on ne peut évoquer le prétexte de la religion et des coutumes comme dans le Sud, qu’en pensez vous? Je ne vois pas aujourd’hui et je le répète de meilleure arme que la loi. Il faut aussi changer les mentalités, une vie de femme c’est uniquement cinquante ans de vie active. Elles risquent de perdre du temps si elles ne sont pas appuyées par des lois, car des forums des conférence à elles seules ne peuvent suffire. La loi contraint et elle est nécessaire. Entre femmes du Nord on ne se l’avoue pas toujours, on imagine qu’on aura un sort différent car nous avons de meilleures conditions de vie que les femmes du Sud. Cela est faux car malgré toutes les lois et quelque soit l’endroit où nous vivons, le pouvoir reste profondément masculin. Lorsqu’un groupe détient le pouvoir, il n’a pas envie de le perdre. Les hommes détiennent ce pouvoir et ils se sentent menacés par l’avancée des femmes. Même si aujourd’hui, les femmes sont plus diplômées que les hommes, il reste que dans le domaine de l’économie et de l’industrie elles sont peu présentes. Très peu de femmes sont à la présidence de grands groupes, il y en a très peu en tout cas. Mme Lauvergeon n’est plus à AREVA . Les femmes au maximum, peuvent arriver à être directeur financier mais cela ne va pas au-delà. La loi française a obligé à avoir un quota de femmes membres dans un conseil d’administration est c’est fondamental. Quand elles arrivent à ce niveau elles peuvent être boostées par des pairs, mais c’est un combat au quotidien.

4/ En France la démocratie sociale, ce n’est pas uniquement les femmes, mais également la représentativité des minorités qu’en pensez vous? Que pensez vous en l’occurrence du débat sur l’identité nationale? la place du religieux? la laïcité? Je suis tout à fait d’accord, en revanche, je ne suis pas pour le communautarisme, beaucoup de personnes de la minorité en ont assez d’être désignées en tant que tel, simplement parce qu’elles portent un nom ou une couleur spécifique. Je crois qu’il faut viser à une intégration profonde et rapide. La société française donne les moyens de l’intégration par les études et les diplômes mais les problèmes se posent aussi pour les minorités. Les débats sur l’identité, la diversité c’est un piège au fond, c’ est un danger car il réinstalle le communautarisme  » si toi tu es différent de moi car tu viens d’ailleurs, parce que ton nom est différent je vais m’occuper de toi car tu es différent et tu viens d’une autre communauté » ! La meilleur réponse est l’intégration et d’utiliser les gros outils que sont l’école et la formation, lorsque vous êtes diplômés c’est un passeport considérable pour l’intégration! Il faut une dynamique d’intégration par le travail et l’école, on instrumentalise cette question à des fins politiques.
5/ La France traverse une profonde crise sociale, elle est aussi ébranlée par certains scandales politiques qui ternissent l’image des gouvernants qui sont censés être des role models? l’éthique en politique vous y croyez? nous ne devons jamais nous mettre dans cette idée là, car c’est la fin d’une société saine et démocratique, les humains sont ceux qu’ils sont, oui les choses ne vont pas bien, il va y avoir les élections, c’est aussi une période électorale et il peut y avoir un lien de cause à effet, on ne sait jamais. C’est une période assez malsaine à la veille de la présidentielle et donc tous les coups sont permis. Il faut garder l’idée d’une démocratie ouverte et perfectible. Éthique et politique oui cela doit être un objectif constant, sinon il n’y a plus de démocratie.
6/ Vous êtes une femme proche du Sud, vous aimez l’Afrique et le Monde arabe, vous y êtes très engagée? Quelles sont vos batailles? Je dis aux femmes du Sud comme du Nord de transgresser autant qu’elles peuvent, ne manquez pas cette période magnifique ! il y a des trains qu’il ne faut jamais laisser passer. Et l’histoire doit aller plus vite pour elles que nous en Europe. Elles ont toute les chances de leur côté, il ne faut pas rater le coche. Il faut une solidarité et pas uniquement de paroles. Il faut bien sur se donner la recette pour réussir. Dans un moment de renouveau, il y a moins d’inertie, il faut se mobiliser et être extrêmement concrète.
7/ Vous avez assisté aux errements de certains politiques face aux profonds bouleversements qui secouent l’Afrique du Nord, aujourd’hui qu’avez vous envie de dire au Nord, mais également à vos sœurs du Sud qui essaient de se positionner alors que leur destin est en cours? De manière sereine elles doivent exiger en fonction de leur coutume et société ce qu’elles considèrent comme normal, dans les domaines du politique et de l’ administratif et en matière de représentativité aussi. Elles doivent se dire que le Monde entier les regarde et que leurs dirigeants doivent tenir compte de cela pour les protéger.
8/ Appuyez vous des initiatives des femmes de la France plurielle en faveur du dialogue Nord Sud? on dit que l’UPM est une utopie vous en dites quoi? c’était une très bonne idée bien sur le projet est en stand by avec le printemps arabe. Mais une fois la situation stabilisée il faudra relancer le processus, c’est très important l’Union pour la Méditerranée. Il faut aussi les moyens financiers ! il faut des réalisations concrètes et rapides.
Les lenteurs de l’UPM c’est aussi Israël qui a peut être pas envie d’autres démocraties qu’elle? Non je pense que la paix est la base de toute communication et de toute construction c’est à travers elle que l’on pourra construire des passerelles entre les peuples et voir l’avenir avec plus de sérénité.
9/ Les femmes du Monde solidaires entre elles, c’est le début du changement pour vous? les forums des femmes de Deauville à Essaouira, le MENA et les femmes de l’OCDE ?tous les lieux d’échange sont théoriquement très positifs, mais il faut se méfier car certains forums sont devenus du business, il faudrait être plus démocratiques dans ces instances. Il faut qu’il y ait plus de femmes du Sud avec le Nord ou entre elles, les femmes du Sud sont brillantes. L’Afrique subsaharienne mériterait aussi plus de visibilité et l’Afrique du Nord devrait lui tendre la main et réciproquement. Il est vrai qu’il y a cette division entre les deux et cette fascination pour ce qui n’est pas moi !

L’Association United Fashion for Peace vous en pensez quoi? C’ est exactement ce qu’il faut faire, les actes concrets immédiats rapides et posés c’est fondamental, même si cela est perfectible un jour cela marchera. Les forums, les conférences, c’est que de la rhétorique au fond. Aujourd’hui, il faut des actions, des initiatives, s’inscrire dans le mouvement. Je vous félicite en tout cas, c’est exactement ce genre d’initiatives qu’il faut avoir !


Mots clés:

Suivez-Nous

Ne manquez plus nos astuces, buzz, bons plans et dernières tendances en les recevant par mail.

ok
Please: don't use the images and text of UFFP WEBZINE on websites, blogs or other media without my explicit permission_ 2010 ©UNITED FASHION FOR PEACE_ All Rights Reserved
United Fashion For Peace 2013 :: Powered by PiVO