Share
Suivez nous

Asthme et enfance agissez vite et mieux !

Ajouté par , Le avril 6, 2020 , dans Beautiful & Zen, Santé

Dans 80% des cas chez l’enfant et 50% chez l’adulte, l’allergie est la cause principale de l’asthme. Plus de 4 millions de personnes sont touchées en France où la pathologie occasionne près de 1 000 décès chaque année (1). Si son origine allergique n’est pas recherchée et prise en charge parallèlement aux traitements médicamenteux, l’asthme peut entrainer une dégradation irréversible de la capacité respiratoire et handicaper le quotidien de millions de Français.

asthme

Pourtant, une fois le diagnostic posé, des traitements efficaces, à commencer par l’éviction (2), les traitements symptomatiques, puis si besoin la désensibilisation, existent et permettent une amélioration très sensible de la qualité de vie des patients.

asthme-espace-vert

Sondage IFOP : une pathologie mal comprise et une prise de conscience qui tarde

L’asthme est une pathologie étroitement liée à l’allergie mais cette réalité échappe encore largement aux Français. Seulement 39% des personnes interrogées considèrent qu’elle peut être la cause principale de l’asthme chez l’enfant (4) (sondage IFOP pour la Journée Française de l’Allergie, Février 2019). Ce chiffre est en totale contradiction avec la réalité épidémiologique : chez l’enfant, 80% des asthmes sont dus à l’allergie, une proportion qui atteint ensuite 50% chez l’adulte (5).

45% seulement des asthmatiques interrogés ont conscience du lien étroit entre asthme et allergies, preuve que les connaissances en la matière demeurent fragmentaires pour toutes les catégories de la population… y compris pour les premiers concernés !

Les Français sont par ailleurs loin d’appréhender toute la gravité de l’asthme. Selon notre sondage, 11% seulement d’entre eux jugent que l’asthme peut avoir des conséquences très graves, voire mortelles, alors que cette maladie est responsable de 383 000 décès par an dans le monde et près de 1 000 décès en France. Le coût pour la collectivité est également lourd avec 230 000 journées d’hospitalisation par an (6).

(1)        : au niveau mondial, les chiffres sont supérieurs à 1000 morts par jour.

(2)        : l’éviction consiste à éviter le contact entre la personne allergique et le (ou les) allergène(s) qui sont à l’origine de l’allergie : une démarche de bon sens qui, le plus souvent, ne génère aucun coût. :

(3)       Etude réalisée du 7 février au 13 février 2019 par l’IFOP pour l’Association Asthme & Allergies auprès de la population française (1 000 répondants âgés de 18 ans et plus), complété par un échantillon de 300 personnes se déclarant asthmatiques, via un questionnaire auto-administré en ligne. La représentativité de l’échantillon principal a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, profession de la personne interrogée) après stratification par région et catégorie d’agglomération.

(4)        : cause principale de l’asthme chez l’enfant de 5 à 13 ans

(5)       Blaiss MS. « Rhinitis-asthma connection: epidemiologic and pathophysiologic basis ». Allergy Asthma Proc, 26, p.35-40, 2005.

6)       : Santé Publique France, 2017

Diagnostic tardif et traitement potentiellement incomplets : des problèmes récurrents

Selon le Dr Marc Sapène, médecin pneumologue et président de l’association Asthme & Allergies, « l’origine allergique d’une majorité des asthmes est une réalité médicale méconnue, ce qui induit des problèmes de diagnostic importants puis des choix de traitements pas toujours optimaux. Sur un plan médical, il est impensable en 2019, qu’on ne recherche pas systématiquement l’origine allergique de l’asthme alors que des traitements adaptés permettent de prendre en charge l’allergie et d’améliorer durablement la qualité de vie des patients »

Dans les faits, 36% des jeunes directement touchés par l’asthme reconnaissent ainsi n’avoir jamais consulté de spécialiste pour établir de bilan allergologique de leur pathologie. C’est plus d’un million d’individus !

Cette situation fait écho au diagnostic tardif de l’allergie en France. Il faut attendre en moyenne 7 ans entre l’apparition des premiers symptômes allergiques et la consultation d’un allergologue. Pendant ces 7 années, une rhinite allergique a, par exemple, beaucoup de risques d’évoluer vers l’asthme. L’errance thérapeutique de l’asthme allergique s’explique aussi par une mauvaise estimation de l’âge à partir duquel l’origine allergique de l’asthme peut être décelée. Alors qu’il est possible d’établir un diagnostic de l’origine allergique de l’asthme dès 3 ans, voire avant : près de 7 Français sur 10 situent cet âge au-delà, voire très au-delà.

En ces temps de Covid, les enfants et les adultes qui ont une insuffisance respiratoire ou une maladie auto immune, sont les plus à risque !

 


Mots clés:

Suivez-Nous

Ne manquez plus nos astuces, buzz, bons plans et dernières tendances en les recevant par mail.

ok
Please: don't use the images and text of UFFP WEBZINE on websites, blogs or other media without my explicit permission_ 2010 ©UNITED FASHION FOR PEACE_ All Rights Reserved
United Fashion For Peace 2013 :: Powered by PiVO