Share
Suivez nous

Plume Noire 2011 a célèbré les femmes

Ajouté par , Le mars 24, 2012 , dans Evénement

Le salon la Plume Noire a organisé un salon littéraire et socio culturel qui s’est tenu les 14 et 15 octobre dernier au musée de la Poste à Paris. United Fashion for Peace était partenaire de cet événement.

                 PANEL FEMMES ET MÉDIAS EN FRANCE

Le thème du salon cette année fut « Femmes qu’avez-vous fait de ce siècle ? un pied de nez aux femmes mais aussi un bilan sur les acquis mais aussi les défis qui attendent les femmes du 21 e s toute culture et génération confondues. A l’heure ou l’espace féminin est de plus en plus rétréci, les femmes doivent œuvrer sans relâche pour se positionner sur l’échiquier sociétal alors même que leur apport n’est plus à démontrer. Pourtant une certaine frilosité et une certaine mentalité persiste qui fait qu’elles doivent être toujours plus performantes, sexe faible et représentation réductrice oblige !
Conquérir de nouveaux espaces, se battre dans le Nord comme dans le Sud pour mériter leur place dans un Monde globalisé et sauvage où plus rien n’est acquis. C’est le combat des femmes au quotidien. Quoi de mieux du reste, que la littérature et la culture et les Arts pluriels pour célébrer la femme et son excellence ?

Durant cette édition 2011, un hommage littéraire a été rendu à une grande dame de la littérature française originaire de la Guadeloupe  » Maryse Condé. L’ouverture officielle de ce salon s’est fait autour de la 6ème édition du prix Littéraire Senghor, qui a récompensé un premier roman francophone et francophile. A ce titre, la lauréate 2011, fut Douna Loup, une suisse romande, récompensée pour son livre « L’Embrasure » paru aux éditions Mercure de France.
Après le vernissage qui a réunit des artistes plasticiennes dont Diane Cazelles, plusieurs thèmes forts ont aussi alimenté les deux jours de débats du salon dont  » L’engagement politique aux féminins » avec la participation d’ Aimée Gnambou Gnali (ex Ministre du Congo, opposante au régime présidentiel actuel) une femme engagée sur le front politique depuis 1963.

Autre débat tout aussi passionnant celui des « Femmes engagées, et militantes » avec les participations de femmes remarquables chacunes militant pour un avenir meilleur.

Carmen Boustani (Liban), professeur de littérature francophone à l’Université de Beyrouth.

Née à Zahlé, Carmen Boustani est Professeure des universités à l’Université libanaise, professeure associée au CERLIC à l’Université d’Angers, chercheure associée au laboratoire Dynalang (Paris V, Sorbonne), membre du groupe de recherche Bahissat à Beyrouth et également membre du conseil scientifique de l’école doctorale à l’Université libanaise. Son champ de recherche touche à la littérature francophone ; elle étudie comment les écrivains hors de France, qu’ils viennent Liban, du Québec, de Belgique, du Maghreb, d’Égypte, des Antilles ou d’Afrique infléchissent la langue française en lui donnant des accentuations différentes selon leur contexte national

Marie AHIN Présidente de l’Association AMA & Développement
Association qui œuvre en faveur des enfants orphelins victimes du sida en Afrique. D’origine Ivoirienne, Marie Ahin est titulaire d’un doctorat en droit international. Juriste spécialisée dans la propriété intellectuelle, cette jeune femme travaille en région parisienne avec de nombreux cabinets et entreprises à dimension internationale, mais son cheval de bataille est ailleurs. En effet, Marie Ahin est également présidente de l’association à but non lucratif AMA & Développement, qui a choisi de mobiliser tous moyens humains, matériels, techniques et financiers à sa disposition en faveur des catégories les plus défavorisées des pays de l’hémisphère sud. Crée en 2002, AMA & Développement s’est faire connaître du grand public à travers des campagnes de soutien pour les enfants orphelins et déplacés de guerre en Côte d’Ivoire, opération réussie et suivie plus tard par une collecte de jouets. Aujourd’hui, AMA & Développement se bat pour mettre en place un système de parrainage en vue d’aider les enfants victimes ou orphelins du VIH/SIDA…

Maudy Piot Présidente de l’Association « femmes pour le dire, femmes pour agir » qui s’intéresse aux Femmes Handicapées qui sont des femmes citoyennes avant tout !
A dix-sept ans un médecin lui avait dit : « Vous serez aveugle à trente ans ». C’est bien plus tard que sa vue s’en est allée définitivement. Mais entre temps, elle vivra la « perte au quotidien » qu’elle a si souvent décrite à partir de son expérience personnelle et de l’écoute de ses patients. Car Maudy, qui aurait voulu être médecin, sera tour à tour infirmière, kinésithérapeute, psychothérapeute et psychanalyste. Ses études la conduiront au DEA de psychanalyse et son mémoire intitulé « Entre l’oeil et le regard », reprendra son thème de prédilection : les « perdant la vue ».

Mariée, mère de deux grands enfants, elle consacre le plus clair de son temps libre, en dehors de sa profession, à des activités associatives (elle a fondé avec quelques personnes l’association FDFA en 2003) ainsi qu’à des tâches intellectuelles : articles, conférences…

Edwige-Laure Monbouli de l’ Association diaspora Congo, pour l’éducation, directrice des relations publiques. Cette jeune femme française d’origine congolaise est née à Brazzaville, elle est arrivée en France à l’âge de 4 ans avec sa famille. Elle fut citée dans le célèbre magazine féminin Marie-claire comme une des femmes les plus influentes en France en 2006.

Elle travaille depuis prés de 16 ans pour l’un des plus puissants groupes audiovisuels européens NRJ GROUP (Chérie FM, NRJ, Nostalgie, Rire et Chansons, NRJ 12, NRJ Paris) ; pour lequel elle à créé et dirige le département des Relations Publiques.
Elle fait partie de l’équipe créatrice et organisatrice de l’évènement musical majeur en France : Les NRJ MUSIC AWARDS, qui ont lieu depuis 12 ans à Cannes.

Très impliquée par la responsabilité sociale, elle est particulièrement concernée par L’éducation et la place réservée en France au métier d’enseignant. Elle a une reconnaissance infinie pour l’école de la république, ses professeurs, elle à créer pour leur rendre hommage la marque et le programme  » Un jour mon prof m’a dit « Elle a un réseau social important, fait des actions humanitaires axées sur l’éducation et la transmission. Elle a ainsi fondé 2 associations :

L’association pour L’Education et la transmission (pour la valorisation du métier d’enseignant et un partenariat parent/professeur/élève pour la réussite collective)

Le Réseau International des Congolais de L’extérieur (pour fédérer la diaspora des cadres franco-congolais et congolais pour une coopération dynamique et performante avec le Congo, ses institutions et ses ressortissants)

Aujourd’hui elle souhaite orienter sa carrière professionnelle vers de nouveaux horizons

Catherine Roupert di chiara (historienne) travaille sur Haïti

Catherine-Eve Roupert, qui a vécu en Haïti où elle était enseignante a signé dernièrement un livre intitulé « Histoire d’Haïti » La première république noire du Nouveau Monde ». Dans celui-ci elle raconte la longue et passionnante histoire de ce pays magique, une histoire peinte de façon colorée, savoureuse mais aussi très sombre.

Autre panel avec « Les femmes et l’édition où on a pu découvrir entre autre Mme

Sylvie Darreau, éditeur, basque spécialisé en littérature du Sud, surtout Moyen-orient, proche Orient, Maghreb, et Afrique subsaharienne. Grande militante au féminin.

Et enfin le dernier débat mais pas des moindres fut « Femmes et médias  » où l’on a pu découvrir Ayoko Mensah (Rédac en chef, Africultures) née à Paris en 1968, de parents français et togolais, Ayoko Mensah suit des études supérieures de lettres modernes et de journalisme à Paris. Après avoir travaillé, entre autres, pour Radio France Internationale, Planète Jeunes (groupe Bayard Presse) et I Télévision (groupe Canal Plus), elle assure entre 2005 et 2008 la rédaction en chef de la revue de référence sur les cultures africaines contemporaines, Africultures Elle est également la responsable éditoriale de la rubrique Danse de cette revue depuis 1998.
Depuis 2007, Ayoko Mensah dirige parallèlement la rédaction du premier magazine interculturel gratuit, Afriscope. .
Ayoko Mensah est expert en arts vivants de l’Afrique subsaharienne pour la Commission européenne et l’Organisation intergouvernementale de la Francophonie (O.I.F). Elle intervient dans de nombreux colloques et conférences internationaux et anime depuis 2007 des ateliers de formation au journalisme culturel en Afrique subsaharienne.

Hortense Assaga journaliste (Africa 24)

Journaliste, créatrice et Directrice de publication du magazine CitéBlack, on l’a connait pour ses émissions sur le Continent avec Africa 24 où elle nous fait découvrir les mille et un visage d’une Afrique qui ne cesse de nous enseigner des choses, avec ce regard de sociologue, chercheuse, Hortense aime à raconter avec un ton libre ces histoires qui sont avant tout humaines.

Véronique Auger rédactrice en chef du magazine européen de France 3, « Avenue de l’Europe » qui aborde, chaque samedi à 18h30, un thème de l’actualité des 27 pays de l’Union Européenne.

Tchisseka Lobelt modératrice du panel
Présidente de l’association Promo livres, elle officie également au Conseil Général de Guyane.

Rokhaya Diallo Présidente de l’Association les indivisibles et chroniqueuse
pour la télévision et la radio d’origine sénégalaise. Diplômée en droit et en marketing, elle travaille dans la production audiovisuelle. Militante contre le racisme et pour les droits des diversités..

Fériel Berraies Guigny Présidente de l’Association United Fashion for Peace et directrice de Rédaction du panafricain féminin New African Woman. Journaliste et criminologue de formation, Directrice de Rédaction de New African Woman et co-rédactrice en chef de New African, Fériel Berraies-Guigny, est aussi la fondatrice de l’Association « United Fashion for Peace » (UFFP), caravane de mode et média éthique on line qui met en valeur les créateurs et la mode éthique de la planète. L’objectif d’UFFP est de faire le lien entre le Nord et le Sud, de diffuser un message humaniste sur la paix et le développement durable à travers des défilés de mode et de participer à la promotion d’artistes et de créateurs dans le Monde. Un engagement qu’elle défend depuis des années pour défendre les femmes du Sud, les minorités en Europe et surtout la laïcité dans l’islam.

Toutes ces femmes sont venues débattre du rôle et de la place des femmes dans les médias en France, notamment quand il s’agit des minorités. De la faible représentation des diversités dans les grands médias et même du sexisme qui est très présent dans le milieu toute origine ethnique confondues.


Mots clés: , , ,
  • http://www.facebook.com/profile.php?id=100003405775975 Patje

    rien d’e9tonnant. il est clair quand on e9coute skyrock ou NRK que ce sont des rdaois machistes dans leurs propos. e7a n’arriverai pas si souvent si des femmes e9taient animatrices d’antenne elles aussi. mais meame une e9mission, que j’adore, C dans l’air’ sur france 5 , quand on y regarde de plus pre8s, les invite9s e0 qui on demande leurs avis, ces intellectuels, sont essentiellement des hommes. comme si de8s que e7a devient intelligent, c’est d’avis d’hommes dont il faut l’avis.le pire est TF1 et dechavanne avec la blondasse qui enfonce le clou en jouant un rf4le de potiche assume9e. et ces journalistes ou pre9sentatrices femmes, quand elles existent, se doivent d’eatre belles sinon, pas d’antenne. quid de la miss me9te9o de canal plus ? une honte qui entretient encore et encore que la place de la femme dans la socie9te9 c’est soit belle et ta gueule connasse

Suivez-Nous

Ne manquez plus nos astuces, buzz, bons plans et dernières tendances en les recevant par mail.

ok
Please: don't use the images and text of UFFP WEBZINE on websites, blogs or other media without my explicit permission_ 2010 ©UNITED FASHION FOR PEACE_ All Rights Reserved
United Fashion For Peace 2013 :: Powered by PiVO