Isabelle Maliba Kibassa « … le plus grand frein… la conception socioculturelle de la femme et de l’homme »‘!

  • By UFFP
  • 6 juin 2016
  • 0
  • 259 Views

Femme de tempérament, battante, fine politicienne, elle a grandi dans le giron de la politique dans sa terre natale au Congo, aujourd’hui dans sa patrie d’adoption, la Belgique, elle continue de faire bouger les lignes.

Alors que son RDA natal continue de subir le pire, elle est le porte flambeau de ces femmes libres, insoumises, qui ont une certaine idée de l’éthique en politique.

Elle fait partie des « femmes leadeuses » qu’UFFP affectionne particulièrement…

Elle est le Prix de l’Action Féminine 2015 de l’Union des Femmes Africaines. Députée provinciale de la région Wallone, femme politique engagée, maman poule, épouse, elle représente cette diversité féminine en Europe que l’on aime.

 

Mère de 4 enfants, est originaire du Congo (RDC), fille du ministre d’Etat feu Frédéric KIBASSA-MALIBA, épouse de Jean-Claude TSHISEKEDI. Venue de l’UDPS qui était déjà à l’International Socialiste, son adhésion au PS n’est qu’une filiation naturelle.
Depuis 2006, elle a été de toutes les élections, elle a notamment été candidate PS pour le Sénat en 2007. Aujourd’hui Conseillère appréciée à Tubize, Isabelle est aussi la vice-présidente des Femmes prévoyantes socialistes de Tubize.
Au Congo, en Belgique ou ailleurs en Afrique, du local à l’international Isabelle a toujours été une militante sans frontières. « Passion d’Agir ». Tout ce qui touche à la solidarité l’interpelle, le droit des femmes et la protection des enfants sont ses priorités. Investie dans les instances de la Mutualité Socialiste, c’est dans ce cadre qu’elle lance un projet de mutuelle de santé au Congo et d’une coopérative solidaire avec l’Afrique. Aussi enthousiaste devant ses dossiers que sur une piste de danse, c’est au rythme du cœur qu’Isabelle nous confirme qu’elle est bien une citoyenne du monde.
 UFFP vous la fait découvrir une nouvelle fois.
DSC_0102 (4) (Copier)

Isabelle Maliba Kibassa

Entretien avec UFFP :

Parlez nous de votre parcours en politique?

J’ai été nourrie dans le berceau politique dès le départ. Je savais que j’allais faire comme mon papa et je crois qu’il a su voir le potentiel que j’avais par rapport à sa mission politique. J’ai donc été vite initiée. D’ailleurs, mes amis me disent qu’ils ne sont pas étonnés de me voir là où je suis. Ce n’est pas un feu sacré, tout s’arrache. Il faut de la volonté, de la passion, l’intelligence du cœur, par rapport à son environnement aussi (cela ne sert à rien d’avancer en jouant des coudes, en faisant tomber les autres parce qu’arrivé au sommet, il se peut que l’on redescende et que l’on retrouve les mêmes personnes qu’on a fait tomber).

Je savais que j’allais aboutir là où je suis. J’ai juste mis un pied devant l’autre, je connaissais ma cible.

Être une femme issue de la diversité, quels sont les défis aux quotidiens?

Il est vrai qu’il y a des gens qui prennent un malin plaisir à vous rappeler que vous êtes différent (ça, je le sais et sincèrement ça ne me dérange pas), en poussant même le bouchon plus loin, différent donc inférieur…

Moi, ma tête est compartimentée en plusieurs tiroirs… et il y en a un que j’appelle corbeille ou « delete », c’est là où je balance tout ce qui peut me frustrer, car ça peut être énergivore, mais surtout inutile ! Ensuite, il ne me reste qu’à faire sublimer ma différence, parce qu’au final je sais que je gagne en acceptant la différence de l’autre.

À partir de là le quotidien n’est plus un défi !

Êtes-vous une féministe?

Oui… par la force des choses puisqu’il faut souvent taper sur le clou ! Et c’est avec beaucoup de tristesse que je constate que nos mamans, nos grands-mères se sont vraiment battues pour que nous ayons la reconnaissance de nos droits, et que nos jeunes filles haussent les épaules au lieu de manifester ne serait-ce qu’un sourire de reconnaissance le 8 mars.

Je m’insurge toujours !

Non ! Il y a des femmes qui sont mortes pour qu’on ait des droits aujourd’hui. Quand je vois des jeunes filles qui disent que c’est folklorique, je me dis qu’on doit penser à toutes celles qui se sont battues pour nos acquis ! Il nous faut leur rendre hommage.

 


 

Quel est le regard que vous portez sur la participation féminine en Belgique pour les femmes de la diversité? Mais également dans le Continent africain ? Quel regard portez-vous sur la parité, les quotas, l’égalité?

En Belgique, je le dis souvent, déjà rien qu’en parlant de la participation de la femme, il y a des avancées…mais elles restent timides.

Timides parce que les mentalités ne se sont pas encore totalement libérées, mais timides aussi parce que coté foyer, la femme reste naturellement la gardienne du temple.

Sur le continent africain, c’est pire encore, car certains hommes gardent encore cet esprit archaïque, comme quoi une femme ne doit pas travailler, avec comme rôle de prédilection : faire des enfants, faire la cuisine, et bien sûr, servir son homme, son GPS fonctionnel étant limité à la chambre, à la cuisine et à la salle à manger…

Bon pour certains, je caricature peut-être…

Mais arpentez les rues en Afrique pendant une campagne électorale, écoutez ce que l’on ose dire sur les femmes qui posent leurs candidatures, c’est immonde ! Et beaucoup de femmes se découragent alors pour ne pas être exposées à l’ignominie… Moi je balance ça à la corbeille !

Il nous faut cependant reconnaitre des avancées significatives, du côté des grands lacs par exemple, il y a beaucoup plus de femmes à des postes supérieurs en politique…mais malheureusement c’est aussi dans ce même coin où des hommes commettent les plus graves exactions sur les femmes…des femmes des pays voisins…mais pour moi ces hommes ont perdu tout sens du commun, l’animal a pris le dessus sur eux.

 

Vous êtes congolaise, quelles sont les femmes présentes en politique?

Ma terre natale est un vrai terreau fertile en politiciennes émergentes !

Avec moi il y a aussi ce bel exemple qu’est Cécile Kyenge, ancienne Ministre pour l’Intégration en Italie, elle est maintenant Députée européenne. Et sur place j’ai des tantes, des cousines ou des amies députées nationales, sénatrices ou ministres…

 

Les plus grands freins là-bas pour les femmes ?

Je pense que le plus grand frein est la conception  socioculturelle de la femme et de l’homme.

En Afrique, la femme arrive souvent au dernier plan. Le cadre culturel congolais marque de manière profonde les relations inégalitaires entre la femme et l’homme avec deux conceptions négatives qui se complètent, celle du regard de l’homme vis-à-vis de la femme et celle du regard de la femme vis-à-vis de la femme.

 

La violence endémique met en danger les femmes souvent cibles, boucs émissaires, victimes?

Les femmes sont d’un naturelle pacifiques, leur vie n’est qu’abnégation, forcément, c’est elles qui gardent l’église au milieu du village, car leurs hommes sont en train de guerroyer, elles sont considérées comme des éléments faibles, utilisées comme armes de guerre, comme chairs à canon, ou comme monnaie d’échange…je l’ai dit plus haut, les hommes qui font ça sont définitivement des animaux pour moi.

Comment parvenir à l’égalité des genres en Afrique selon vous?

Les femmes sont en train de s’organiser face à cette hostilité, Oui, on parle toujours de la raison du plus fort…

Que les hommes se méfient…tout au long de l’histoire de la vie sur terre, les plus gros et les plus forts n’ont pas su résister aux grands cataclysmes et aux changements climatiques, …ce sont souvent les créatures les plus humbles qui ont survécu.

C’est parmi les plus faibles que sont nées les plus belles histoires de solidarité, …par la symbiose, …l’ingéniosité adaptative à développer ses plus belles inventions… pour faire face à un monde hostile aux plus faibles. Posons-nous une question : où sont passés les dinosaures pourtant si gros, si solides et si fort ?… ils n’ont pas survécu au cataclysme ! Grâce au travail, à la solidarité et l’organisation les femmes résisteront…

 

Il y a pourtant tout un arsenal législatif CEDAW UA ONU qu’en est-il dans le terrain?

Des textes existent mais s’interprètent au gré des us et coutumes de chaque pays. Sur le terrain, ces législations équivalent à mettre un plâtre sur une jambe de bois car tout le monde reste dans ses retranchements.
On peut se poser la question de leur création dans le but de donner « bonne consciences » à leurs signataires…

 

Des conseils pour celles qui seraient tentées par une carrière politique?

Je vais vous raconter une histoire…

J’étais toute petite, j’avais dix ans et je pense que c’est à ce moment-là que mon côté pas « féministe », mais féminin quand même, m’est apparu comme étant une force. J’allais dans un quartier voir mon grand-père qui était propriétaire d’une cour commune et il y avait donc d’autres familles qui vivaient dans la parcelle. Un jour j’arrive et un homme et une femme se disputaient. La raison était la suivante : c’était un dimanche, la maman venait de rentrer de son travail (elle vend au marché) et les enfants sont allés pleurer chez elle en disant qu’ils avaient faim. Elle se dit que ce n’est pas possible, car quand elle est partie le matin, elle avait tout laissé dans la cuisine, il suffisait de réchauffer la nourriture et de la donner aux enfants. Mais le mari disait que tout ce qui se passe en cuisine ne le concerne pas, c’est à la femme de le faire, car c’est lui qui travaille et qui ramène de l’argent. La femme lui répondit que c’est vrai que c’est lui qui apporte de l’argent (mettons cela en euro, disons que c’est 100 euros), mais la nourriture que la famille mange vaut  400 euros. Les 100 euros que le mari rapporte, elle les utilise et les multiplie. S’ils ont assez de moyens, c’est parce qu’elle aussi travaille. Par conséquent, il va aussi s’occuper de la famille. Je trouvais que c’était une très bonne leçon. Pour 100 euros apportés, le mari pense qu’il a le droit de mettre ses pieds sur la table et ne rien faire alors que c’est la femme qui nourrit en fait la famille.

Donc la femme ne doit avoir aucun complexe. Le challenge, nous l’avons déjà. Il faut se dire que nous avons quelque chose en plus. Il ne faut pas vivre cela en se disant par exemple « je suis déjà un challenge, cela n’ira pas ». La femme dans mon exemple a eu le front de tenir tête à son mari. Le fait d’être des femmes, des mères, c’est déjà un challenge. Très sincèrement, il faut viser la cible et avancer.

Pour une femme  quelles sont les qualités requises pour le leadership ?

Je pense qu’il n’y en a pas…

Tout simplement il faut identifier clairement la cible. Quand cela est fait, rien ne peut se mettre entre vous deux. Et avancer, en ayant l’intelligence de son environnement, l’intelligence du cœur et beaucoup de passion.

Par ailleurs, revenant à mon histoire précédente, c’est cette image que j’aimerais avoir de la femme : une femme qui n’a pas peur de franchir des obstacles. C’est cette force, cette volonté qui est la base d’une femme entrepreneure. Donc il faut se mettre en tête qu’il faut être volontaire et avancer, et ne pas laisser de place au doute.

 

UFFP

UFFP la Fondatrice et Présidente FERIEL BERRAIES GUIGNY :
Tour à tour mannequin, criminologue, diplomate et journaliste, la franco tunisienne Fériel Berraies Guigny a lancé en février 2011, une Association loi 1901 du nom de United Fashion for Peace. Parmi les activités de l'Association, une Caravane de mode internationale qui met en avant la paix, la tolérance, le dialogue entre les civilisations par le biais de la mode et de l'artisanat éthique. Née dans la foulée du printemps arabe, cette Association réunit tous les artistes du monde pour la paix, désireux de donner de l'espoir dans des régions en crise ou en transition. Depuis le mois de mai dernier, le magazine en ligne a aussi vu le jour pour être le portevoix de tous ses combats pour une planète éthique. La première programmation de la Caravane de mode se fera prochainement en février 2012 en Afrique subsaharienne sous la thématique de l'éducation pour la paix à la Triennale de l'Education en Afrique. Sept pays ont été les Ambassadeurs, Tunisie, Maroc, Cameroun, Afrique du Sud, France/Niger et Burkina Faso.
Fériel Berraies Guigny dirige par ailleurs, depuis des années deux panafricains New African en co rédaction et New African Woman/ Femme Africaine qu'elle a crée pour le groupe de presse britannique IC publications. Elle a longtemps été journaliste correspondante presse pour la Tunisie.

UFFP Contenu rédactionnel webzine :
Magazine français pour une planète éthique. Se veut une plateforme internationale pour une mode éthique qui défend la paix, la tolérance, l'échange, le dialogue entre les civilisations par le biais de la culture, de la création et de l'artisanat. Rubriques : 'Planète éthique' - 'Le rendez-vous des entrepreneurs' - 'Ethnical Conso : beauté bio, manger éthique' - 'Ethical Fashion' - 'Eco Déco' - 'Culture éthique' - 'Eco Evasion' - 'Société et éthique' - 'Femmes d'Ethique' - 'Prix Ethique' - 'Paroles Ethique'.
Mission de l'Association UFFP :
La Caravane United Fashion for Peace est née ce mois de février passé dans la foulée du printemps arabe et suite au massacre de femmes ivoriennes dans le marché lors des affrontements civils dans le pays. C'est une Association loi 1901française, née du désir de rendre hommage a à tous ceux qui ont perdu la vie pour un idéal de paix dans le Monde, tous ceux qui ont été sacrifiés alors qu’ils recherchaient simplement la dignité humaine. Cette Association et plateforme internationale est apolitique, sans coloration religieuse ou ethnique, elle se bat pour la mode éthique, défend par le biais de la culture, de la création et de l'artisanat, la paix, la tolérance, l'échange, le dialogue entre les civilisations.
Dans le farouche désir de combattre pacifiquement les injustices sociales et économiques à l'encontre des peuples par la culture, elle entend véhiculer des messages d'humanité. Son slogan le beau au service de l'autre, permet des passerelles, des rencontres et l’ acceptation des diversités couture. L'esthétique pour l'éthique reste son credo.

United Fashion for Peace entend fédérer le meilleur de la création internationale dans le respect de la diversité, des us et des coutumes. Tout un symbole de paix aujourd'hui, alors que le Continent continue de subir les soubresauts de son histoire.
Investir dans la paix c'est investir dans les peuples
UFFP est une plateforme internationale destinée à valoriser la création éthique centrée sur le développement humain durable.
Pont couture entre les peuples du Monde, cette plateforme a pour vocation de faire la promotion d'une création éthique et sans frontières. Favoriser un jour le commerce équitable de ces produits, pouvoir faire venir les artistes sur Paris pour leur organiser des défilés et vendre leurs produits.
United Fashion for Peace, c’est un concept qui propose un défilé de mode « clés en main », une animation « décalée » à l’occasion d’une manifestation, d’un colloque, d’un forum, d’assises politiques, économiques, scientifiques.
United Fashion for Peace c’est la présentation d’artistes qui font vivre et revisitent une culture, c’est un témoignage de richesse et de savoir faire, c’est la promotion du développement durable avec l’ambition d’accéder à la conscience durable
United Fashion for Peace c’est un vecteur d'amour et le partage dans la création.
Pour les organisateurs il s'agit de créer un évènement mais aussi de véhiculer une philosophie de vie dans la création. Pour laisser quelque chose aux générations futures " loin des passerelles du luxe, UFFP est avant tout une histoire d'amour et d'amitié avec les peuples, leur création, leur identité et leur patrimoine au service de l'autre.

C'était une idée, elle est devenue un projet, aujourd'hui une Association qui a hâte de trouver des programmateurs, des sponsors et des partenaires afin de pouvoir sa première édition.
UFFP dans le Monde
UFFP est à la recherche de programmations dans le Monde, de partenaires et de sponsors qui souhaiteraient se rapprocher de l'éthique, du développement durable, de la préservation des Arts et métiers, des droits de l'homme, de la culture et de la parité, sans oublier le dialogue entre les civilisations qui sont les valeurs qu'elle véhicule.
A chaque programmation dans un pays où événement donné, sont mis en avant les créateurs du pays hôte qui sont dans l'éthique.
UFFP s'adapte à toutes les thématiques et les rencontres politiques, économiques, culturelles, développement, environnements, bio, bilatérales, multilatérales, fêtes d'indépendance, fêtes nationales, parité, jeunesse, droits de l'homme, ou encore pour médiatiser une problématique donnée de la région.
A terme, L'Association voudrait pouvoir faire également du caritatif, et organiser des ventes de charité, au profit d’une ONG ou association défendant des valeurs similaires et la mettre en avant à l'occasion d'un défilé programmé.
Siteweb: http://www.unitedfashionforpeace.com
contact: unitedfashionforpeace@gmail.com

UFFP mode d'emploi :
La promotion d’un pays passe par la mise en avant de ses valeurs, de ses atouts et par une communication à la fois ciblée, régulière et soutenue. La Côte d'Ivoire de la paix et de la réconciliation souhaite développer un tourisme culturel mais également donner une image positive d’une Afrique à la fois moderne et traditionnelle où les valeurs humaines, sociales et pacifiques prédominent.

View All Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *