Sarah Toumi « le bonheur ne s’obtient que par le partage, la base de la solidarité et de l’Humanisme » !

  • By UFFP
  • 1 novembre 2013
  • 0
  • 278 Views

Sarah Toumi fait partie de ces tunisiennes qui se battent au quotidien pour tenter de reconstruire son pays la Tunisie. C’est avec « Acacialma », la coopérative des femmes du village de Bir Salah,  qu’elle oeuvre au quotidien pour tenter d’inverser une donne sociale et politique, particulièrement défavorable aux femmes, depuis l’avènement du printemps arabe. Rendre autonome et renforcer les capacités des femmes à travers le développement d’activités économiques entièrement dirigées par des femmes en milieu rural, est son cheval de bataille. C ‘est à  l’occasion du prix Women for Change( Fondation Orange en partenariat avec le Womens’s Forum de Deauville)  dans son édition 2013, que nous avons pu nous entretenir avec elle.

tunisie_LWC_PLUS_V2-1 (Copier)

Entretien avec UFFP :
Parlez nous de votre Action, historique et objectifs
 J’ai co-fondé l’association Ajmi Toumi / DREAMin Tunisia en 2003 avec mon père à la suite de ma première visite en Tunisie dans le village paternel où j’ai découvert ce que les mots injustice, inégalités et pauvreté voulaient dire, moi qui était habituée à passer les vacances au Mont Saint Michel chez ma grand-mère maternelle bretonne.
Cette association est domiciliée dans le village de Bir Salah (3033 Hencha, Sfax) et possède depuis 2006 un local : le Fortin de la Connaissance, qui accueille les enfants du village pour des activités de soutien scolaire et d’éveil culturel.
En 2007, l’Association Ajmi TOUMI a subit des représailles et son trésorier a été arrêté sans jugement et mis en prison pendant 7 mois afin de le dissuader de continuer ses actions. Nous avons malgré tout, continué notre combat contre les injustices sociales, environnementales, économiques dans toute la Tunisie à travers :
– le don et la distribution de 350 000 livres francophones avec ADIFLOR
– le don et la distribution de 300 ordinateurs
– le don et la distribution de plus de 1000m3 de mobilier hospitalier et scolaire pour les particuliers et les associations
Ce n’est qu’en 2011 que notre action a pris de l’envol, avec l’avènement de la liberté d’entreprendre et de s’exprimer. Depuis 2012, nous avons lancé notre programme de reforestation Acacias for All visant à lutter contre la pauvreté, l’inégalité des genres et la désertification en Tunisie et depuis 2013, nous sommes partenaires de la Fondation Orange pour un projet pilote d’autonomisation des villages tunisiens.
Quand cela a commencé? quelle est  votre cible en particulier? 
 Cela a commencé en 2003 dans le village de Bir Salah (Hencha, Sfax) et notre cible ce sont les femmes : en tant que citoyennes, travailleuses, mères, épouses, être humains. Par conséquent nous avons mis en place progressivement des programmes pour leurs enfants, pour leur formation personnelle et professionnelle, pour leur bien-être, pour renforcer leur citoyenneté et leur émancipation économique.
Vos défis,vos avancées, les difficultés au quotidien?
 Notre défi principal c’est de changer d’échelle, après plusieurs année de réussite à l’échelle locale de Bir Salah. Les difficultés sont quotidiennes, dans un pays où les femmes ne sont prises au sérieux que dans leur statut de mère et ou d’épouse mais pas comme entrepreneuses ou actrices du changement. J’ai dû faire beaucoup de concessions pour être acceptée, mais aujourd’hui mon travail porte ses fruits et grâce à mes succès personnels et professionnels, je suis devenue un exemple pour les femmes du village qui ont confiance en moi et me respectent. Désormais, quand je leur propose de faire du sport ou de s’initier à Internet, elles ont assez confiance en moi pour me dire « On y va », même si elles ne savent pas ce que cela va leur apporter avant d’avoir commencé. Ensuite elles me disent qu’en effet, grâce à la gymnastique elles ressentent mieux leur corps et grâce à Internet elles peuvent autant s’informer que surveiller leurs enfants sur facebook.
Quel appel voudriez vous lancer à l’international?
 Je souhaiterai dire au monde que ce dont nous avons besoin, ce n’est pas de la charité, mais de la confiance. Les femmes avec qui je travaille possèdent de fantastiques talents artistiques qu’elles mettent en réalisation dans leur artisanat. Elles ne veulent pas être aidées, elles veulent travailler et pouvoir subvenir aux besoins de leur enfants comme tout le monde, s’offrir de jolis vêtements ou du parfum à l’occasion sans avoir à supplier pères ou époux de leur donner de l’argent. Chacun peut participer à l’émancipation de ces femmes en contribuant à leur assurer un travail, soit en tant qu’investisseur, soit en tant que consom’acteur.  Je crois que le jour où ces femmes auront un salaire, elles n’auront plus peur de se déplacer parce qu’elles n’auront de compte à rendre à personne.
Quel est votre regard du statut des femmes dans votre pays et région, Comment faire pour leur donner le pouvoir?
Je crois que le plus important, c’est de redonner confiance aux femmes. Les médias nous ont matraqué d’images et d’affaires de vols et de meurtres depuis la révolution. Sans compter le « téléphone arabe » qui propage des histoires pour faire peur aux jeunes femmes. Il faut mobiliser les femmes et organiser des collectifs de femmes qui permettront la réappropriation de l’espace public par les femmes, à égalité avec les hommes. Dans les villages, organiser des groupes de femmes qui prendront ensemble le transport rural pour défier leur peur du harcèlement sexuel. Dans tout le pays, organiser des tournées de femmes de toutes catégories qui viendront parler de leurs difficultés et de comment elles les surmontent au quotidien dans un environnement instable.
Le printemps arabe et la crise au Sahel a amené le pire pour les femmes et les enfants,quel est votre vision? pour la Tunisie, les choses sont assez compromises, qu’en pensez vous, pourtant les tunisiennes sont super mobilisées concrètement que faudrait il faire? 
La révolution de janvier 2011 a suscité l’espoir de millions de tunisiens qui s’attendaient à voir leurs conditions de vie s’améliorer. Il s’est trouvé que c’est l’inverse qui s’est produit pour la majorité et bien sûr les femmes et les plus vulnérables ont été les premiers touchés. Le sentiment d’insécurité est le plus grand problème actuel pour les femmes tunisiennes des milieux les moins favorisés, il les contraint à s’enfermer chez elle, à se couvrir, cette peur les enchaîne, pour le plus grand plaisir de ceux qui sont contre les droits des femmes et qui prennent un malin plaisir à persécuter celles qui refusent de se contraindre à cette loi de la rue.
l’Humanisme et la solidarité sont souvent absents que faire pour raviver ce mieux vivre ensemble?
Nous vivons dans un monde où l’être humain est conditionné pour produire de la valeur économique et consommer, mais ce modèle commence à s’effriter car les nouvelles générations découvrent les regrets de leur parents qui se disent « Si j’avais moins travaillé et plus aidé les autres » ou « J’ai l’impression d’avoir dilapidé ma vie pour quelques pièces ». Je crois que l’intergénérationnel nous permettra de raviver la solidarité et l’Humanisme car ce dialogue dans l’Histoire permettra à tous d’avancer et d’essayer d’éviter de reproduire les même erreurs.  Les entreprises ont pleinement leur rôle à jouer dans ce travail car le bien-être est aujourd’hui une condition essentielle de la productivité des employés qui sont avant tout des Êtres Humains à la recherche du bonheur. Or le bonheur ne s’obtient que par le partage, la base de la solidarité et de l’Humanisme.
votre expérience à Women for Change?
Ce fût une expérience riche dans tous les sens du terme car j’y ai découvert les 4 femmes exceptionnelles que sont les finalistes mais aussi de nombreuses femmes influentes au Women’s forum qui se sont intéressées à mon projet. Du haut de mes 26 ans, je pense que c’est une belle réussite d’avoir vécu une expérience pareille et surtout d’avoir obtenu la confiance de la Fondation Orange qui a pensé à moi pour ce prix.

UFFP

UFFP la Fondatrice et Présidente FERIEL BERRAIES GUIGNY :
Tour à tour mannequin, criminologue, diplomate et journaliste, la franco tunisienne Fériel Berraies Guigny a lancé en février 2011, une Association loi 1901 du nom de United Fashion for Peace. Parmi les activités de l'Association, une Caravane de mode internationale qui met en avant la paix, la tolérance, le dialogue entre les civilisations par le biais de la mode et de l'artisanat éthique. Née dans la foulée du printemps arabe, cette Association réunit tous les artistes du monde pour la paix, désireux de donner de l'espoir dans des régions en crise ou en transition. Depuis le mois de mai dernier, le magazine en ligne a aussi vu le jour pour être le portevoix de tous ses combats pour une planète éthique. La première programmation de la Caravane de mode se fera prochainement en février 2012 en Afrique subsaharienne sous la thématique de l'éducation pour la paix à la Triennale de l'Education en Afrique. Sept pays ont été les Ambassadeurs, Tunisie, Maroc, Cameroun, Afrique du Sud, France/Niger et Burkina Faso.
Fériel Berraies Guigny dirige par ailleurs, depuis des années deux panafricains New African en co rédaction et New African Woman/ Femme Africaine qu'elle a crée pour le groupe de presse britannique IC publications. Elle a longtemps été journaliste correspondante presse pour la Tunisie.

UFFP Contenu rédactionnel webzine :
Magazine français pour une planète éthique. Se veut une plateforme internationale pour une mode éthique qui défend la paix, la tolérance, l'échange, le dialogue entre les civilisations par le biais de la culture, de la création et de l'artisanat. Rubriques : 'Planète éthique' - 'Le rendez-vous des entrepreneurs' - 'Ethnical Conso : beauté bio, manger éthique' - 'Ethical Fashion' - 'Eco Déco' - 'Culture éthique' - 'Eco Evasion' - 'Société et éthique' - 'Femmes d'Ethique' - 'Prix Ethique' - 'Paroles Ethique'.
Mission de l'Association UFFP :
La Caravane United Fashion for Peace est née ce mois de février passé dans la foulée du printemps arabe et suite au massacre de femmes ivoriennes dans le marché lors des affrontements civils dans le pays. C'est une Association loi 1901française, née du désir de rendre hommage a à tous ceux qui ont perdu la vie pour un idéal de paix dans le Monde, tous ceux qui ont été sacrifiés alors qu’ils recherchaient simplement la dignité humaine. Cette Association et plateforme internationale est apolitique, sans coloration religieuse ou ethnique, elle se bat pour la mode éthique, défend par le biais de la culture, de la création et de l'artisanat, la paix, la tolérance, l'échange, le dialogue entre les civilisations.
Dans le farouche désir de combattre pacifiquement les injustices sociales et économiques à l'encontre des peuples par la culture, elle entend véhiculer des messages d'humanité. Son slogan le beau au service de l'autre, permet des passerelles, des rencontres et l’ acceptation des diversités couture. L'esthétique pour l'éthique reste son credo.

United Fashion for Peace entend fédérer le meilleur de la création internationale dans le respect de la diversité, des us et des coutumes. Tout un symbole de paix aujourd'hui, alors que le Continent continue de subir les soubresauts de son histoire.
Investir dans la paix c'est investir dans les peuples
UFFP est une plateforme internationale destinée à valoriser la création éthique centrée sur le développement humain durable.
Pont couture entre les peuples du Monde, cette plateforme a pour vocation de faire la promotion d'une création éthique et sans frontières. Favoriser un jour le commerce équitable de ces produits, pouvoir faire venir les artistes sur Paris pour leur organiser des défilés et vendre leurs produits.
United Fashion for Peace, c’est un concept qui propose un défilé de mode « clés en main », une animation « décalée » à l’occasion d’une manifestation, d’un colloque, d’un forum, d’assises politiques, économiques, scientifiques.
United Fashion for Peace c’est la présentation d’artistes qui font vivre et revisitent une culture, c’est un témoignage de richesse et de savoir faire, c’est la promotion du développement durable avec l’ambition d’accéder à la conscience durable
United Fashion for Peace c’est un vecteur d'amour et le partage dans la création.
Pour les organisateurs il s'agit de créer un évènement mais aussi de véhiculer une philosophie de vie dans la création. Pour laisser quelque chose aux générations futures " loin des passerelles du luxe, UFFP est avant tout une histoire d'amour et d'amitié avec les peuples, leur création, leur identité et leur patrimoine au service de l'autre.

C'était une idée, elle est devenue un projet, aujourd'hui une Association qui a hâte de trouver des programmateurs, des sponsors et des partenaires afin de pouvoir sa première édition.
UFFP dans le Monde
UFFP est à la recherche de programmations dans le Monde, de partenaires et de sponsors qui souhaiteraient se rapprocher de l'éthique, du développement durable, de la préservation des Arts et métiers, des droits de l'homme, de la culture et de la parité, sans oublier le dialogue entre les civilisations qui sont les valeurs qu'elle véhicule.
A chaque programmation dans un pays où événement donné, sont mis en avant les créateurs du pays hôte qui sont dans l'éthique.
UFFP s'adapte à toutes les thématiques et les rencontres politiques, économiques, culturelles, développement, environnements, bio, bilatérales, multilatérales, fêtes d'indépendance, fêtes nationales, parité, jeunesse, droits de l'homme, ou encore pour médiatiser une problématique donnée de la région.
A terme, L'Association voudrait pouvoir faire également du caritatif, et organiser des ventes de charité, au profit d’une ONG ou association défendant des valeurs similaires et la mettre en avant à l'occasion d'un défilé programmé.
Siteweb: http://www.unitedfashionforpeace.com
contact: unitedfashionforpeace@gmail.com

UFFP mode d'emploi :
La promotion d’un pays passe par la mise en avant de ses valeurs, de ses atouts et par une communication à la fois ciblée, régulière et soutenue. La Côte d'Ivoire de la paix et de la réconciliation souhaite développer un tourisme culturel mais également donner une image positive d’une Afrique à la fois moderne et traditionnelle où les valeurs humaines, sociales et pacifiques prédominent.

View All Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *