FEMME debout et pas que le 8 mars!

  • By UFFP
  • 8 mars 2023
  • 2
  • 1411 Views

L’éditorial de la fondatrice de United Fashion for Peace

Ce mot que j’écris ce soir, est le résultat d’un voyage très personnel. C’est mon histoire aussi banale et déchirante soit elle. Mais à travers ce médium, un cri d’espoir pour les femmes et un plaidoyer sur leur résilience et surtout leur créativité. Il est né à une période charnière de ma vie, mais je m’exprime enfin aujourd’hui 8 mars journée internationale pour le droit des femmes et où j’ai été encore, une fois ( ironiquement ou malheureux hasard) confrontée à une épreuve, qui m’endurcit et qui me fait constater, aussi encore une fois, depuis mon veuvage… la difficulté d’être Femme dans un monde impitoyable et de prédation. Un monde où les hommes pensent pouvoir tout faire.

MUCEUM Marseille

Et pourtant, je ne suis pas à terre et je ne suis pas une victime sans défense, mais une femme consciente d’une réalité sociale objective que l’on vive dans le Nord ou le Sud. Oui je suis encore plus nourrie, plus convaincue de ma force et de cette arme pacifique que je choisis de brandir, à chaque fois que je suis déstabilisée par un contretemps, une épreuve, une difficulté, une perte.

à la MED CONFERENCE à Monastir en 2018 je recevais le PRIX SANITAS de l’innovation en médecine pour mes engagements dans les médecines alternatives

Je mets en mots les maux, sans être une féministe acharnée, mais juste en tant qu’humaine qui se bat pour avoir la pleine place qui lui revient de droit. Et ce, qu’importe les tragédies de ma vie ou de mon siècle. Tout ceci me démontre mon incroyable capacité de faire face. Depuis trois ans entre veuvage et remise en question à mesure que j’observe le Monde face à ses écueils. ses erreurs, ses victoires, qui me font malgré tout par la force du désespoir, car je suis mère, avancer.

Avec Alphadi prince du désert, Jacometti Haiti et Karim Tassi au Sénégal la crème des designers du Sud ( Sénegal)

On m’a demandé un jour que j’étais honorée par mes sœurs marocaines du réseau WIMEN, invitée pour prendre la parole à Casablanca face à des femmes chef d’Entreprise leader de la région, comment et pourquoi ce parcours de vie?

Gala du Gotha Noir Paris Club Efficience

je leur ai répondu alors spontanément que ma force vive est l’énergie ne venaient pas du fait que j’étais surdiplômée ou fille de, mais du désespoir, ce carburant qui m’a permis de survivre à tout et de constamment me renouveler.

Je suis fille du « jasmin » j’ai quitté mon pays d’origine  la Tunisie, il y a prés de vingt ans. Ma « révolution » je l’ai faite bien avant le printemps arabe, dix ans plus tôt. Quittant le régime de Ben Ali.

il y a plus de de dix ans, rêvant de liberté, d’émancipation. J’ai quitté une carrière et peut être même un autre destin,  celui de diplomate en Tunisie. L’amour m’avait amenée en France, mais je voulais surtout être libre.

J’avais fui la Tunisie de Ben Ali, moi la fille d’un Ambassadeur de Bourguiba, un héritage qu’il me fallait à tout prix  préserver.

Mais ma seconde « patrie » ne m’a pas déroulé ce tapis rouge tant rêvé. J’ai été confrontée très tôt aux affres de la non intégration.

Une longue  traversée du désert, mais avec la prise de conscience progressive que ma reconstruction ne pouvait et ne devait venir que de moi-même.

Plongée dans la solitude de mes choix et face à la nécessité de continuellement me repenser, j’ai compris très vite quel était mon chemin. Celui que je continue d’arpenter encore aujourd’hui et qui est ma raison d’être : me mettre au service des femmes et des enfants de ma région. Etre leur voix. Celle des opprimés, des oubliés et des défavorisés.

Mais aussi montrer leur excellence…

Association loi 1901 Caravane de mode éthique qui a défilé trois dans le monde et webzine lance il y a 12 ans

Quinze ans plus tôt, du  haut de mes années trentenaires, nouvellement établie en France, alors que je continuais à me chercher, je m’étais remise au mannequinat que j’avais quitté adolescente au Canada.

avec ma complice de toujours sur la gauche Diane Cazelles directrice artistique UFFP et deux designers Ouarda Helli Algerie France et Hammasset Faniya Tunisie 2e Caravane UFFP

Alors que je résidais en France, j’avais fait les couvertures dans ma région et je militais déjà pour une certaine idée de la beauté !

Défilé Ethical Fashion without Boundaries la 2e Caravane de mode éthique UFFP après celle du Burkina Faso ( Education for Peace) défile en plein coeur de la place Baudoyer pour les 40 ans du commerce équitable à la Fairpride de Paris. Stylisme Ouarda Helli France Algérie programmation de Feriel Berraies Guigny Pte de UFFP

Ma fibre humaniste me démangeait déjà…  mais ce Monde factice allait très vite me lasser.

au Festival mode et design de Carthage programmé par mes soins pour l’Association Ness EL FEN TUNISIE

Entamant une recherche en sciences sociales  et criminelle, je ressortais ma casquette de criminologue à Paris, et reprenais une thématique qui me tenait à cœur : les traumas infantiles de guerre et l’embrigadement de l’enfance dans les conflits armés. Une recherche en criminologie qui allait prendre près de sept ans, couronnée par la parution de mes deux essais « Enfance et Violence de Guerre » aux éditions l’Harmattan en 2015.

Un projet né de mes stages onusiens aux Tribunaux Pénaux Internationaux quand j’étais stagiaire auprès des Tribunaux Pénaux Internationaux pour l’Ex Yougoslavie et le Ruanda

Nominée dans toutes les catégories Prix de l’Action Féminine 2015 African Woman’s League pour mon activisme pour les femmes et enfant d’Afrique Hôtel le Métropole Brussels

Aujourd’hui encore, la question épineuse des « viols de guerre » et des « enfants soldats » continuent de me hanter et font partie des actions que je continuerai de soutenir en vue d’amener peut être une jour, une juste reconnaissance de leur gravité.

Car aujourd’hui encore, ces questions restent endémiques faute d’une réelle volonté politique des pays qui subissent ce fléau avec une fatalité déconcertante  pour ne pas dire « complicité » dans certains cas.

le magazine pour une planète éthique qui valorise les femmes du Sud et les initiatives éthiques
la génese de mon prénom d’origine perse

 Dans la foulée, je  suis tombée dans le  journalisme, voyant très vite que l’académique n’allait pas nécessairement donner la visibilité méritée à ces questions. C’est aussi partie de là que je me remettais à l’écriture, alors que je l’avais longtemps boudée. Le journalisme après la diplomatie, et le mannequinat militant, allait solidement prendre place dans ma vie.

les femmes toujours les femmes ici mon atelier naturopathie et aromachology pour l’Occitane en Provence Tunisie ( ma casquette en médecine douce)

Un parcours atypique, parfois accidenté, mais surtout le fruit d’un parcours de vie. Le résultat de mes convictions parfois utopistes qui m’ont longtemps mises « hors d’un système » que je trouve de plus en plus déshumanisé.

accompagnée de mes jumeaux à l’époque directrice de rédaction de NEW AFRICAN WOMAN partenaire média du WOMENS FORUM FOR ECONOMY AND SOCIETY à Deauville ( mon média panafricain propulsé avec les plus grands groupes de presse merci AUDE DE THUIN DE ZIEZENIS)

Mais étant  jusqu’au boutiste, pétrie d’un idéalisme effréné, je me rend compte encore aujourdhui que je suis  inapte à la compromission ou au consensus.

J’ai commencé par militer pour les femmes africaines en créant en 2010 un panafricain féminin international pour un groupe de presse britannique, une magnifique expérience qui m’a accompagnée pendant près de cinq ans.

Je revenais ainsi  à mon Afrique Subsaharienne tant aimée que j’avais quitté trente ans plus tôt, ayant vécu en Afrique de l’Ouest près de dix ans, étant la fille d’un  ambassadeur accrédité dans plusieurs pays limitrophes du Sénégal, siège de notre résidence diplomatique alors.

mon panafricanisme en action ici à la Dakar Fashion Week tenant le panafricain féminin crée pour IC PUBLICATIONS LONDON

 Ma plume avec le temps, était devenue le porte-parole de mon activisme altermondialiste. La cause des femmes et de l’enfance, véritablement  mon moteur,  allaient paver mon chemin. Prés de quinze ans à écrire et à militer et à organiser des évènements afin d’amener une meilleure lecture  des rapports entre les peuples NORD SUD.

UFFP a très vite jouit d’une notoriété internationale après ma nomination en 2015 par l’Union des femmes africaines à Bruxelles

Puis survint le printemps arabe, et ma vie a basculé, alors que je perdais violemment mon emploi en France, je voyais les femmes de ma région  (Afrique du Nord et Afrique Subsaharienne) rentrer dans une spirale infernale de négation de leurs droits. Je lançais alors UFFP United Fashion for Peace, ma caravane de mode éthique, aujourd’hui Association loi 1901 et webzine,  dans l’espoir que mes activités en vue de leur promotion amèneraient une meilleure compréhension des dangers qui guettent les deux rives de la Méditerranée.

Edition collector durant le printemps arabe. Edition du Maghreb

UFFP ( United Fashion for Peace ) est née suite à la révolution du jasmin et devait donner le pouvoir aux femmes de ma région. Aujourd’hui, UFFP  a plus de DOUZE ans et a  à son actif trois caravanes de mode éthique et un média  prolifique qui continue de montrer le meilleur de l’éthique des deux Bords, avec un intérêt certain pour les sujets venant du Sud. Tout ceci a été fait par la force du désespoir, sans fonds ni subventions, pour rester libre et garder le ton engagé et militant que je m’étais toujours promis.

mon pays me rend hommage et rend hommage à mon défunt époux Gilles GUIGNY

C’est fou comment parfois vos propres drames personnels, sont étroitement corrélés à de profonds mouvements historiques.

Recevant le Prix de l’Action Féminine par l’Ambassadeur de Tunisie à Bruxelles 2015

Dans mon cas ce fut une belle et douloureuse coïncidence.  Le projet de ce  3e livre  est né suite aux aléas du printemps arabe, alors que mes sœurs d’Afrique entraient progressivement dans un hiver arabe et « sahelien » islamiste et que moi je n’avais plus les moyens d’être rémunérée dans mon métier de journaliste pour continuer mon travail pour elles.

Ici Ambassadrice du FLACS Festival des littératures Afrique et Caraibes à Bruxelles

Mais j’ai continué pendant près de douze ans et encore aujourd’hui , à écrire sur elles,  c’était une promesse que je devais tenir malgré les aléas matériels, c’était devenu avec le temps, ma raison de vivre…

durant la 2e Caravane de mode éthique programmée par les Artisans du Monde par la Fairpride de Paris, en 2012

Oui cela n’arrive pas qu’aux autres, cela est arrivé à moi j’ai été sacrifiée…

Au fur et à mesure de mes interviews de femmes, de mes rencontres, j’étais de plus en convaincue de l’incroyable résilience des femmes. De leur aptitude à rebondir, à créer du néant, à s’en sortir.

Les Femmes d’Afrique ont été des icônes dans l’histoire mais un peu moins  aujourd’hui, car on cherche à les museler à tout prix. Car le sexe faible fait peur, on a bien trop vite compris nos pouvoirs et notre incroyable capacité à survivre à tout et à faire mieux.

un autre de mes ateliers sur le leadership au féminin en Tunisie avec des femmes Managers; IIFE Tunisie

Pourtant, elles sont le pilier des sociétés, sans elles, il ne saurait avoir un progrès dans la durabilité.

Aujourd’hui, j’aime à me définir, comme « une femme debout » et toutes ces femmes  que j’ai rencontrée « sont des femmes debouts » et je les remercie car elles  m’ont nourries à  travers chacun de leur parcours.

à La Maison Rose à Guédiawaye Sénégal qui recueille les filles mères célibataires des rues

Ces femmes sont toutes admirables, elles ont des combats distincts mais l’on se rejoint toutes dans ce besoin de faire bouger les lignes pour ne plus subir.

durant un autre de mes ateliers en médecine douce à Gammarth Tunisie

 Après la parution de mes deux essais sur les enfants et la guerre  ( « Enfance et Violence de Guerre » Tome 1 et 2 aux Editions l’Harmattan aout 2015) l’heure était venue de reprendre le projet, laissé en chemin.

1ere de Couverture pour le mensuel saoudien Al Maraa Al Arabiya. Mes combats d’activiste et de mannequin

Il était important pour moi de mettre en mots, ce combat personnel par tous les mediums possibles

(recherche scientifique, mannequinat, Edition de magazines, Présidence d’Association, défiles éthiques colloques, essais, formations en médecines douces) autant d’armes pacifiques qui m’ont donné du pouvoir pour inverser les fatalités. Ce pouvoir de tout temps qui nous permet de briser le silence que l’on a bien souvent, comme seul outil face à la souffrance.

ici mes billets santé dans les magazines de mon pays le Manager Tunisie

Au fond même si je suis une privilégie, le chemin que j’ai emprunté a été dur, terrible parfois, sinuex et cela rejoignait en quelque sorte, le combat de mes sœurs. Ce mot ce soir, est un cri d’amour,  un plaidoyer et une reconnaissance pour toutes ces femmes que j’ai rencontrées durant toutes ces années d’activisme. Le printemps des femmes  est encore là, tout est à faire encore!

le journal la Provence me choisit parmi les activistes durant la semaine de la Méditerranée

Mon deuil m’a obligée à sortir de la sphère publique et à fuir les vanités de mon métier, mais mon âme de guerrière est restée.

Je suis convaincue aujourd’hui plus qu’hier, qu’un monde durable ne peut exclure la meilleure moitié de l’humanité. Que cette même femme qui enfante le Monde, celle capable de donner à notre humanité la rédemption, doit sortir de certains marasmes politico juridiques et confessionnels.

Et dans les faits, l’histoire est autre. En Afrique  être femme, est une condition qui  porte en son sein certaines servitudes héritées d’une mentalité réfractaire et hostile à leur émancipation réelle.

Mais du Nord au Sud, les femmes ont un même combat, la parité et ce n’est pas encore gagné, même dans la société occidentale. A croire que le fait religieux et le conservatisme à l’égard du sexe dit « faible » prévaut et que les lenteurs sont les mêmes.

Il y a véritablement un gros travail à faire, dans les mentalités, pour justement ramener  à sa juste place, la réflexion  sur le rôle et le poids des femmes dans nos sociétés en pleine mutation. Je dédie cet éditorial du 8 mars 2023, à toutes mes sœurs africaines qui se battent au quotidien pour leurs droits et pour être des citoyennes à part égale dans leur société.

Je voudrais leur dire que oui, le monde, les religions, les coutumes, le désir masculin, les diverses crises économiques, politiques sociales, sanitaires nous touchent encore plus et nous fragilisent mais nous avons en nous dans tout cet HIVER un INVINCIBLE ETE!

durant mes ateliers en Tunisie de médecine douce pour le Women Empowering. Pour l’IIFE Tunisie

Nous donnons la vie, nous donnons l’espoir, nous sommes considérées le problème alors que nous sommes la SOLUTION … et même si je sais ce combat solitaire, dure, banalisé, je tiens à dire merci AUSSI à tous ces hommes aussi qui soutiennent nos combats pour l’égalité, l’émancipation, le rejet de coutumes meurtrières et ancestrales dans certaines régions du Monde.

je recois mon second prix pour l’innovation en médecine à Monastir en 2018

A tous ceux qui se mettent en danger pour nous sauver contre le viol, les mariages précoces, les féminicides et les inégalités quel qu’elles soient dans tous les domaines de la vie. Car seules par notre courage nous pouvons certes être redoutables si l’on a les moyens de nous en sortir. Mais avoir à nos côtes des hommes justes est une formidable bénédiction.

Et toutes ces choses qui font de nous des victimes non consentantes bien souvent, n’effacent pas pour autant notre incroyable capacité de continuellement se réinventer. De FEMME AFRICAINE NEW AFRICAN WOMAN à United Fashion for Peace, je sais notre incroyable inventivité et créativité, il suffit de croire en ses rêves de se battre et de ne jamais se marchander.

Feriel Berraies Guigny en février 2015 PRIX DE l’ACTION FEMININE 2015. AFRICAN WOMAN’S LEAGUE BRUSSELS

Oui j’ai perdu mon mari il y a trois ans, mon ancienne vie, j »ai été opérée six fois j’ai vécu cela dans la douleur la solitude et l’isolement du Covid et des diverses crises qui se sont succédées, j’ai perdu toutes les personnes du passé que je croyais dans mon cercle.

ici avec la créme de la haute couture Française durant le Festival Mode et Design de Carthage ( Didier Ludot à gauche) 2010 un an avant la révolution et le printemps arabe. Acropolium de Carthage

Mais j’ai grandi, je suis tombée puis me suis relevée plus forte. Oui je n’aurai jamais cru être un jour la « veuve’ et les « orphelins, je les ai défendus toute une vie, mais à présent c’était mon tour, mais avec personne pour me défendre. Alors oui, je sais la difficulté des femmes mères, célibataires, des familles monoparentales, des femmes qui seront toujours considérées comme des proies et des boucs émissaires dans un monde profondément masculin.

Signature de mes Deux Essais Enfance et Violence de Guerre. Salon la Plume Noire durant le prix Senghor à Paris

ET PARADOXALEMENT je suis encore plus puissante car j’ai survécu à l’injuste et l’impensable : la mort prématurée et violente d’un être aimé. Oui, nous avons un pouvoir incroyable sur le monde, nous les femmes et on ne nous le dit pas assez souvent.

Feriel Berraies Guigny guest invitée du lancement du réseau WIMEN MAROC

On aime à nous présenter comme des statistiques mais nous sommes plus que cela. Il faut simplement savoir se recentrer, apprendre à l’utiliser et croire en soi et ne plus subir avec fatalité. UNIES ET UNIS nous sommes redoutables!

femmes JE VOUS AIME restez debout!

invitée au Maroc comme femme leader de ma région

feriel Berraies Guigny

UFFP

UFFP la Fondatrice et Présidente FERIEL BERRAIES GUIGNY :
Tour à tour mannequin, criminologue, diplomate et journaliste, la franco tunisienne Fériel Berraies Guigny a lancé en février 2011, une Association loi 1901 du nom de United Fashion for Peace. Parmi les activités de l'Association, une Caravane de mode internationale qui met en avant la paix, la tolérance, le dialogue entre les civilisations par le biais de la mode et de l'artisanat éthique. Née dans la foulée du printemps arabe, cette Association réunit tous les artistes du monde pour la paix, désireux de donner de l'espoir dans des régions en crise ou en transition. Depuis le mois de mai dernier, le magazine en ligne a aussi vu le jour pour être le portevoix de tous ses combats pour une planète éthique. La première programmation de la Caravane de mode se fera prochainement en février 2012 en Afrique subsaharienne sous la thématique de l'éducation pour la paix à la Triennale de l'Education en Afrique. Sept pays ont été les Ambassadeurs, Tunisie, Maroc, Cameroun, Afrique du Sud, France/Niger et Burkina Faso.
Fériel Berraies Guigny dirige par ailleurs, depuis des années deux panafricains New African en co rédaction et New African Woman/ Femme Africaine qu'elle a crée pour le groupe de presse britannique IC publications. Elle a longtemps été journaliste correspondante presse pour la Tunisie.

UFFP Contenu rédactionnel webzine :
Magazine français pour une planète éthique. Se veut une plateforme internationale pour une mode éthique qui défend la paix, la tolérance, l'échange, le dialogue entre les civilisations par le biais de la culture, de la création et de l'artisanat. Rubriques : 'Planète éthique' - 'Le rendez-vous des entrepreneurs' - 'Ethnical Conso : beauté bio, manger éthique' - 'Ethical Fashion' - 'Eco Déco' - 'Culture éthique' - 'Eco Evasion' - 'Société et éthique' - 'Femmes d'Ethique' - 'Prix Ethique' - 'Paroles Ethique'.
Mission de l'Association UFFP :
La Caravane United Fashion for Peace est née ce mois de février passé dans la foulée du printemps arabe et suite au massacre de femmes ivoriennes dans le marché lors des affrontements civils dans le pays. C'est une Association loi 1901française, née du désir de rendre hommage a à tous ceux qui ont perdu la vie pour un idéal de paix dans le Monde, tous ceux qui ont été sacrifiés alors qu’ils recherchaient simplement la dignité humaine. Cette Association et plateforme internationale est apolitique, sans coloration religieuse ou ethnique, elle se bat pour la mode éthique, défend par le biais de la culture, de la création et de l'artisanat, la paix, la tolérance, l'échange, le dialogue entre les civilisations.
Dans le farouche désir de combattre pacifiquement les injustices sociales et économiques à l'encontre des peuples par la culture, elle entend véhiculer des messages d'humanité. Son slogan le beau au service de l'autre, permet des passerelles, des rencontres et l’ acceptation des diversités couture. L'esthétique pour l'éthique reste son credo.

United Fashion for Peace entend fédérer le meilleur de la création internationale dans le respect de la diversité, des us et des coutumes. Tout un symbole de paix aujourd'hui, alors que le Continent continue de subir les soubresauts de son histoire.
Investir dans la paix c'est investir dans les peuples
UFFP est une plateforme internationale destinée à valoriser la création éthique centrée sur le développement humain durable.
Pont couture entre les peuples du Monde, cette plateforme a pour vocation de faire la promotion d'une création éthique et sans frontières. Favoriser un jour le commerce équitable de ces produits, pouvoir faire venir les artistes sur Paris pour leur organiser des défilés et vendre leurs produits.
United Fashion for Peace, c’est un concept qui propose un défilé de mode « clés en main », une animation « décalée » à l’occasion d’une manifestation, d’un colloque, d’un forum, d’assises politiques, économiques, scientifiques.
United Fashion for Peace c’est la présentation d’artistes qui font vivre et revisitent une culture, c’est un témoignage de richesse et de savoir faire, c’est la promotion du développement durable avec l’ambition d’accéder à la conscience durable
United Fashion for Peace c’est un vecteur d'amour et le partage dans la création.
Pour les organisateurs il s'agit de créer un évènement mais aussi de véhiculer une philosophie de vie dans la création. Pour laisser quelque chose aux générations futures " loin des passerelles du luxe, UFFP est avant tout une histoire d'amour et d'amitié avec les peuples, leur création, leur identité et leur patrimoine au service de l'autre.

C'était une idée, elle est devenue un projet, aujourd'hui une Association qui a hâte de trouver des programmateurs, des sponsors et des partenaires afin de pouvoir sa première édition.
UFFP dans le Monde
UFFP est à la recherche de programmations dans le Monde, de partenaires et de sponsors qui souhaiteraient se rapprocher de l'éthique, du développement durable, de la préservation des Arts et métiers, des droits de l'homme, de la culture et de la parité, sans oublier le dialogue entre les civilisations qui sont les valeurs qu'elle véhicule.
A chaque programmation dans un pays où événement donné, sont mis en avant les créateurs du pays hôte qui sont dans l'éthique.
UFFP s'adapte à toutes les thématiques et les rencontres politiques, économiques, culturelles, développement, environnements, bio, bilatérales, multilatérales, fêtes d'indépendance, fêtes nationales, parité, jeunesse, droits de l'homme, ou encore pour médiatiser une problématique donnée de la région.
A terme, L'Association voudrait pouvoir faire également du caritatif, et organiser des ventes de charité, au profit d’une ONG ou association défendant des valeurs similaires et la mettre en avant à l'occasion d'un défilé programmé.
Siteweb: http://www.unitedfashionforpeace.com
contact: unitedfashionforpeace@gmail.com

UFFP mode d'emploi :
La promotion d’un pays passe par la mise en avant de ses valeurs, de ses atouts et par une communication à la fois ciblée, régulière et soutenue. La Côte d'Ivoire de la paix et de la réconciliation souhaite développer un tourisme culturel mais également donner une image positive d’une Afrique à la fois moderne et traditionnelle où les valeurs humaines, sociales et pacifiques prédominent.

View All Posts

2 comments on “FEMME debout et pas que le 8 mars!

  1. J’ai le privilège, l’immense Bonheur et la joie de connaître Feriel BERRAIES.
    C’est une femme intelligente, rare, exceptionnelle dont peu d’êtres humains peuvent découvrir et apprécier toutes ses qualités humaines et de Cœur. Son intelligence supérieure, sa vibration intérieure, son domaine émotionnel rarissime font de FERIEL un Être qu’il convient de respecter, d’écouter plus que tout.
    Si vous avez la chance de croiser son chemin de vie, alors mettez en application ce Vers d’Or de Pythagore :
    « L’ami est un autre soi-même, il faut l’honorer comme un Dieu ».
    J’ai la chance d’être son ami et mon seul désir c’est de le rester jusqu’à la fin de nos vies.
    Jean CAPOUILLEZ

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *